Retraite : les solutions pour doper sa future pension

Retraite : les solutions pour doper sa future pension
Mieux vaut élaborer une stratégie qui vous permettra, à terme, de percevoir des revenus complémentaires.

La cessation d’activité est souvent synonyme de baisse de niveau de vie : pour y parer, investissez dès maintenant dans l’immobilier et les produits d’épargne.

Lorsque vous prendrez votre retraite, il est fort probable que vos ressources diminueront. Et plutôt que de subir cet état de fait, mieux vaut élaborer une stratégie qui vous permettra, à terme, de percevoir des revenus complémentaires.

« Acheter sa résidence principale est la première étape de la préparation de la retraite, même si on n’en a pas toujours conscience lors de l’achat », résume Ludovic Herschlikovitz, le fondateur du site retraite.com.

Ainsi, vous n’aurez plus à payer de loyer ou à rembourser un crédit quand vous aurez cessé de travailler. Vous pouvez également investir dans l’immobilier locatif afin, cette fois, de percevoir des revenus complémentaires.

Retraite : des placements spécifiques ou des enveloppes plus généralistes

Autre option : les placements financiers spécifiques, comme le Perp, le Perco, le Madelin ou la Préfon, ou des enveloppes plus généralistes, comme l’assurance-vie.

« L’idéal est de mixer les solutions : acheter sa résidence principale, ouvrir un contrat d’assurance vie et, éventuellement, choisir un placement retraite adapté à sa situation », ajoute Ludovic Herschlikovitz.

Les emprunts d’État à long terme ne rapportent plus rien, puisque l’OAT 10 ans (obligations assimilables du Trésor, qui sont des emprunts d’État émis sur dix ans) évolue aux environs de 0,50 %.

Ainsi, pour obtenir un peu de rendement sur vos placements, investir dans des actifs à risque devient incontournable. Certes, il ne s’agit pas d’investir à 100 % en Bourse, mais plutôt d’ajouter une dose d’actions, dont l’ampleur dépend de votre âge et de votre aversion au risque.

Voilà pour la théorie. Dans la pratique, les contraintes du quotidien contrecarrent souvent les bonnes résolutions.

Préparer sa retraite au plus tôt

Financer les études de ses enfants, conserver son train de vie pendant une période de chômage, etc., voilà des considérations qui prennent souvent le pas sur une stratégie d’épargne retraite. Néanmoins, afin de mettre toutes les chances de votre côté, ne vous y prenez pas au dernier moment.

« À 50 ans, il est presque trop tard. Il faut y réfléchir au plus tôt et commencer à investir dès 40 ans, si possible », analyse l’économiste Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne.

Les actifs d’aujourd’hui doivent d’ailleurs s’en préoccuper bien plus tôt que leurs parents. En cause, leur pension de retraite qui sera plus faible que celle de leurs aînés et l’évolution démographique.

« Autrefois, on héritait de ses parents à 50 ans, lorsqu’on était encore dans la vie active. Aujourd’hui, avec l’allongement de la durée de vie, ce n’est qu’une fois à la retraite depuis plusieurs années que l’on hérite. Il ne faut pas compter sur les successions pour compléter ses revenus », ajoute Philippe Crevel.

Contact utile

  • AMF Épargne Info Service : pour toute question sur les placements financiers, composez le 01 53 45 62 00 (prix d’un appel local), du lundi au vendredi, de 9 heures à 17 heures.