Retraite : les salariés à temps partiel peuvent cotiser sur la base d'un temps plein

1 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Jae Young Ju - iStock

« L’impact du temps partiel sur le calcul de la durée d’assurance est désormais limité, y compris pour celles et ceux qui ont un temps partiel très réduit », constate Marilyn Vilardebo, fondatrice et présidente d’Origami & Co. En 2021, il suffit d’avoir cotisé sur la base d’un salaire annuel de 6 150 € minimum (soit un tiers-temps au Smic) pour valider 4 trimestres. « En revanche, si ces périodes à temps partiel font partie des 25 meilleures années, elles peuvent avoir des répercussions sur le niveau du salaire annuel moyen qui sert de base de calcul à la pension versée par le régime général et réduire sensiblement le nombre de points Agirc-Arrco », ajoute la spécialiste.

Un plafond proratisé

Dans le régime de base, les cotisations à l’Assurance-vieillesse sont calculées dans la limite du plafond mensuel de la Sécurité sociale (41 136 € en 2021). En cas de temps partiel, ces cotisations sont calculées sur la base d’un plafond réduit. La réduction s’effectue au prorata de la durée du travail, quel que soit le salaire. Or, c’est cette somme qui sera retenue pour faire la moyenne de vos 25 meilleures années. Cette règle du plafond réduit s’applique également pour le calcul des cotisations versées à l’Agirc-Arrco.

Conséquence : si vous travaillez à mi-temps, vous obtenez moitié moins de points de retraite qu’en travaillant à temps plein.

Surcotiser : une perte de salaire pour une meilleure retraite

Pour limiter l’impact de ces périodes à temps partiel sur votre future retraite, il est possible de surcotiser sur la base d’une rémunération à temps plein. Certains accords d’entreprise et conventions collectives prévoient d’ailleurs une application systématique de cette possibilité, parfois pour une durée limitée (par exemple, 5 ans). À défaut, vous devrez la négocier avec votre employeur. Le revers de la médaille ? Vous aurez un salaire net très faible. À moins que votre employeur accepte de prendre à sa charge le supplément de cotisations salariales.

Astuces

18 % des salariés du privé travaillent à temps partiel. Près de 8 sur 10 sont des femmes. (Source : Dares)

 

A lire aussi