Retraite : en carrière longue, comment optimiser vos revenus ?

5 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© shironosov - iStock

Percevoir sa pension dès 60 ans tout en travaillant

Annie, salariée commerciale d’un imprimeur, est en droit de partir à la retraite à taux plein, deux ans avant l’âge légal (62 ans), car elle répond aux caractéristiques du dispositif « carrière longue ». En effet, elle a commencé à travailler jeune, ce qui lui a permis d’engranger cinq trimestres retraite avant la fin de l’année de ses 20 ans. En outre, sa carrière professionnelle n’a connu aucune interruption.

© DF

Une pension de 17 632 € brut par an

En conséquence, lorsqu’elle atteindra son soixantième anniversaire en octobre prochain, elle pourra bénéficier d’une pension de base du régime général de 12 957 euros brut par an et d’une pension complémentaire Agirc-Arrco de 4 675 euros brut par an, soit un total de 17 632 euros brut par an (1 470 € par mois).

Deux inconvénients

Premier problème qui inquiète Annie : sa pension sera de 38 % plus faible que son salaire actuel de 28 500 euros brut par an (2 375 € par mois). Seconde difficulté, sa pension Agirc- Arrco sera ponctionnée d’un malus de 10 % durant trois ans. Elle percevra au total 17 164,50 euros par an pendant cette période. Or, son fils de 20 ans poursuivant ses études supérieures, ses dépenses ne vont pas diminuer.

Un salaire de 23 400 € brut par an

Pour compenser cette diminution de revenus, Annie envisage de retravailler comme salariée afin de gagner 23 400 euros brut par an (1 950 € brut par mois, soit 1 500 € net par mois environ). Elle s’inscrira ainsi dans le dispositif du cumul emploi-retraite afin de bénéficier à la fois de ses retraites et de nouveaux revenus issus d’une activité professionnelle.

Aucuns nouveaux droits à la retraite

Avec le cumul emploi-retraite, bien que des cotisations soient obligatoirement prélevées sur les nouveaux revenus d’activité engrangés, elles ne génèrent aucuns nouveaux droits. Aucun trimestre ou point de retraite supplémentaire ne majorera les pensions existantes. Cette règle s’applique même si le retraité est affilié, pour son travail, à un régime de retraite différent de ceux qui lui versent ses pensions et auquel il n’a jamais été affilié.

Un cumul emploi-retraite plafonné à 12 683,40 € brut par an

Un bémol : si elle fait valoir ses droits avant l’âge légal et qu’elle retravaille immédiatement après en conservant son statut de salariée, elle ne pourra prétendre qu’à un cumul emploi- retraite limité, ce qui signifie que les nouveaux revenus perçus seront plafonnés. Pour en déterminer le montant, il convient d’effectuer deux calculs (voir encadré ci-dessous) :

Astuces

Bientôt ou déjà à la retraite : recevez nos articles par email
Chaque semaine, recevez les dernières actualités "retraite" pour faire les bons choix !

En tenant compte de la moyenne de ses salaires, ses nouveaux revenus seront limités à 11 335,50 euros brut par an (28 500 € — 17 164,50 €).

En tenant compte du plafond de 160 % du Smic, ses nouveaux revenus pourront aller jusqu’à 12 683,40 euros brut par an (29 847,90 € — 17 164,50 €) : c’est ce second plafond, plus élevé, qui sera retenu.

© DF

Reporter le cumul emploi-retraite à 61 ans

Bien qu’éligible à un départ anticipé, rien n’empêche Annie de poursuivre son activité salariée et de demander sa retraite un an après avoir atteint son taux plein, à 61 ans, puis de cumuler sa pension avec le revenu d’une activité. Mais cette solution est-elle plus intéressante que la première ?

Une pension de 17 963 € brut

Sa pension globale viagère sera certes plus élevée (17 963 € brut par an), mais de 331 € brut par an seulement (17 632 € - 17 963 €).

Ce faible écart est dû aux points Agirc-Arrco additionnels engrangés grâce aux cotisations obligatoires prélevées une année de plus et à l’absence de surcote appliquée sur sa pension de base (13 151 €), puisqu’elle ne s’enclenche qu’au-delà du taux plein et de l’âge légal.

Pas de malus Agirc-Arrco

De plus, Annie échappera au malus Agirc-Arrco de moins 10 % durant trois ans, conformément aux dispositions conventionnelles prises par les partenaires sociaux qui gèrent ce régime. Elle sera donc sûre de percevoir une fois pour toutes ses 4 812 euros brut annuels de retraite complémentaire.

Un cumul emploi-retraite toujours plafonné

Pour autant, le cumul emploi-retraite restera plafonné, Annie n’ayant toujours pas atteint l’âge légal. Concrètement, la première année, en supposant que son salaire brut n’évolue pas, ses nouveaux revenus seront limités davantage encore. Avec une pension de retraite globale légèrement plus élevée qu’auparavant, elle devra circonscrire ses revenus de reprise d’activité à 11 884,90 € brut par an cette fois (29 847,90 € — 17 963 €). En contrepartie, elle n’aura plus qu’une année à patienter pour bénéficier, dès 62 ans, d’un cumul emploi-retraite intégral.

Les règles du cumul emploi-retraite plafonné

Pour le régime général, la somme des pensions et des salaires bruts de reprise d’activité ne doit pas dépasser soit la moyenne des salaires perçus au cours des trois derniers mois civils d’activité, soit 160 % du Smic (29 847,90 € brut pour 2021) si ce montant est plus avantageux. Pour l’Agirc-Arrco, le total pris en compte est soit celui du dernier salaire brut, soit la moyenne de salaire des dix dernières années, soit 160 % du Smic. Si ces plafonds sont dépassés, le montant de la retraite de base est réduit à hauteur du surplus de salaire engrangé et la retraite Agirc-Arrco est totalement suspendue.

Attendre 62 ans pour cumuler pension et salaire

Déçue par le cumul emploi-retraite limité, Annie est prête à attendre l’âge légal, soit 62 ans, pour faire valoir ses droits à la retraite. Cette solution est de loin la meilleure, car elle cumule trois avantages :

Une meilleure pension de retraite

Ses pensions de base et complémentaire seront majorées et atteindront 13 319 € et 4 948 € respectivement, soit un total annuel brut de 18 267 €.

Un bonus Agirc-Arrco de 10 %

Il sera appliqué à sa pension Agirc-Arrco durant un an. Cette majoration temporaire est accordée à tous les salariés qui, une fois leur taux plein atteint, décalent de deux ans leur demande de pension. Annie percevra donc 5 442,80 € la première année de sa retraite, puis 4 948 € de façon viagère les années suivantes.

Un cumul emploi-retraite intégral

Annie répond aux deux critères autorisant son déplafonnement : ses pensions ont été liquidées à taux plein et elle est partie à l’âge légal (ou après). De ce fait, elle pourra engranger les 1 950 € brut par mois dont elle a besoin, sans être obligée de respecter un délai de six mois si elle retourne travailler chez son ancien employeur et sans démarche spécifique à effectuer auprès de ses caisses de retraite, ni justificatifs à fournir.

A lire aussi