Retraite des femmes : les compensations pour motifs familiaux

Retraite des femmes : les compensations pour motifs familiaux
Si vous arrêtez de travailler ou travaillez à temps partiel pour vous occuper de vos enfants, ces périodes peuvent être validées gratuitement, en tant que trimestres cotisés. - © Martinan

Des trimestres supplémentaires peuvent vous être alloués pour des motifs familiaux. N’en laissez filer aucun.

Pour les femmes au foyer

Si vous arrêtez de travailler ou travaillez à temps partiel pour vous occuper de vos enfants, ces périodes peuvent être validées gratuitement, en tant que trimestres cotisés, par l’assurance-vieillesse des parents au foyer (AVPF). Pour cela, il faut percevoir pendant ces périodes certaines allocations familiales (allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant, complément familial, complément de libre choix d’activité, prestation partagée d’éducation de l’enfant) et, si vous vivez en couple, avoir des revenus inférieurs à certains plafonds définis sur ici. En pratique, c’est la CAF qui se charge de cotiser pour vous, sur la base d’un salaire équivalent au SMIC.

Vous avez eu des enfants

La majoration de durée d’assurance pour enfant (MDA) est la plus connue. Elle offre huit trimestres supplémentaires par enfant. Si vos enfants sont nés avant le 1er janvier 2010, ces huit trimestres vous seront attribués d’office. S’ils sont nés après, seulement quatre trimestres par enfant vous seront automatiquement alloués. Pour les quatre autres trimestres, vous avez le choix : les conserver, les attribuer au père ou les partager entre vous. Mais votre décision doit être prise au plus tard aux quatre ans et demi de votre enfant. À défaut, ils vous seront accordés d’office.

Il peut être tentant de les attribuer au père s’il peut prétendre à une meilleure retraite que la vôtre et si vous avez pris un congé parental (voir point suivant).

« Mais il n’est pas certain que les parents soient toujours ensemble à l’heure de la retraite, prévient Pascale Gauthier, associée chez Novelvy. Même si elles n’ont jamais arrêté de travailler et n’ont a priori pas besoin de ces quatre trimestres, les femmes peuvent avoir intérêt à les conserver pour pouvoir lever le pied avant l’âge de la retraite, qui risque de reculer. Cela suppose qu’elles aient les moyens de vivre en attendant de pouvoir faire liquider leur retraite. Mais au moins, lorsqu’elles demanderont leur retraite, elles auront tous leurs trimestres. »

Vous avez pris un congé parental

Vous avez le droit à une majoration de durée d’assurance égale à la durée du congé parental à condition qu’il ait été à plein temps. Cette majoration n’étant pas cumulable avec celle pour enfant, elle ne vous sera attribuée que si elle s’avère plus favorable pour vous. Ce sera le cas si vous avez pris un congé de trois ans car vous pourrez alors bénéficier de douze trimestres de majoration au lieu des huit maximum de MDA pour enfant. Ce sera aussi le cas dans l’hypothèse où vous auriez décidé de donner quatre trimestres de MDA au père de l’enfant.

Vous vous occupez d’une personne dépendante

Si vous n’exercez aucune activité professionnelle et avez un enfant ou un adulte handicapé à 80 % minimum à votre charge, ou si vous prenez un congé de proche aidant, votre statut d’aidant familial vous donne également le droit à l’assurance-vieillesse des parents au foyer (AVPF).

Cette affiliation est désormais indépendante du niveau de vos revenus. Votre durée d’assurance sera aussi allongée, dans la limite de huit trimestres au total, pour chaque période de prise en charge de 30 mois. Pour les enfants, cette majoration se cumule avec la MDA. Pour les aidants familiaux, seules les périodes postérieures au 1er février 2014 ouvrent droit à cette majoration.

Les trimestres de maternité : un droit non systématique

Si l’année de votre accouchement, les cotisations prélevées sur votre salaire suffisent pour valider quatre trimestres, vos congés maternité ne seront pas pris en compte. Dans le cas contraire, vous aurez un trimestre par enfant pour les enfants nés avant le 1er janvier 2014, quelle que soit la durée réelle du congé et un trimestre par période de 90 jours de congé maternité pour les enfants nés après cette date.