Préparer sa retraite : quand faut-il racheter des trimestres ?

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Mladen Zivkovic - iStock

Si vous partez en retraite avant vos 67 ans, vous ne pourrez percevoir votre retraite à taux plein que si vous réunissez la durée d’assurance requise pour y prétendre. À moins de racheter des trimestres pour combler les trous et majorer artificiellement votre durée d’assurance.

Vous pouvez racheter jusqu’à 12 trimestres correspondant à des années d’études supérieures, à des années civiles incomplètes ou à des années d’expatriation. Pour peu que vous puissiez racheter tous vos trimestres manquants, un rachat peut vous permettre de partir, dès 62 ans, avec à peu près la même retraite que celle que vous auriez eue en travaillant jusqu’au bout.

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"
  • Une « check-list »
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
En savoir plus

De bons arguments d’être tenté par un rachat

Plus vous êtes jeune, plus le barème du rachat de trimestres vous avantage. En effet, le coût du rachat de trimestres dépend de votre âge, du type de rachat (taux seul ou taux + durée d’assurance) et de la moyenne des trois dernières années de salaire ou revenu.

De plus, la somme que vous consacrez à cette opération est intégralement déductible de votre revenu imposable l’année du rachat. Si le timing est encore bon pour bénéficier des tarifs à prix cassés, réservés aux jeunes qui rachètent leurs stages dans les deux ans qui suivent la fin du stage et/ou leurs années d’études supérieures dans les dix ans qui suivent leurs études, alors la tentation de s’y prendre le plus tôt possible peut être forte.

L’avenir peut vous donner raison… ou pas !

Sauf que c’est prendre un sacré pari sur l’avenir. Aujourd’hui, cette opération est intéressante car, avant 67 ans, le montant de votre retraite dépend en grande partie de votre durée d’assurance. Mais qu’en sera-t-il demain ?

Si finalement vous partez en retraite à 67 ans, racheter des trimestres ne vous aura servi à rien. Car, à partir de cet âge, vous aurez automatiquement droit au taux plein quelle que soit votre durée d’assurance. Cette opération risque même d’être catastrophique si vous être confronté à un coup dur à la veille de prendre votre retraite – chômage, maladie, inaptitude – car il existe des dispositifs spécifiques qui peuvent vous permettre d’obtenir le taux plein sans être obligé de vous lancer dans un rachat coûteux.

Autant de raisons pour lesquelles il est préférable d’attendre l’année qui précède votre départ en retraite pour vous lancer dans un rachat.

A lire aussi