Pouvoir d’achat en 2019 : bénéficierez-vous des réformes fiscales ?

Pouvoir d’achat en 2019 : bénéficierez-vous des réformes fiscales ?
Les mesures fiscales et sociales du gouvernement ne bénéficieront pas à tous les Français en 2019. - © alfexe

Hausses des prix des carburants à la pompe, suppression de la seconde tranche de la taxe d’habitation, revalorisation de la prime d’activité… Voici l’impact des mesures fiscales et sociales du gouvernement sur le pouvoir d’achat pour 2019.

Votre pouvoir d’achat va-t-il augmenter en 2019 ? Selon une étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), les réformes fiscales et sociales prises par le gouvernement vont engendrer un gain de pouvoir d’achat de 3,5 milliards d’euros l’année prochaine, soit un gain de 0,3 % du revenu disponible brut. Une bonne nouvelle après une année nulle en 2018. L’estimation est inférieure à celle de l’exécutif, qui table sur 5 milliards d’euros. Toutefois, l’impact global des mesures fiscales du gouvernement sera amputé de 1,8 milliard d’euros avec la hausse des cotisations de retraite Agirc-Arrco.

« L’effet sur le pouvoir d’achat du projet de loi de Finances 2019 sera positif globalement mais cela dépendra des revenus des ménages. Il y aura des gagnants et des perdants », a expliqué dans Les Echos Mathieu Plane, l’économiste de l’OFCE chargé de l’étude.

Les mesures ayant un impact positif

Les salariés profiteront de la suppression des cotisations maladie et chômage sur leur feuille de paie, qui représente sur toute l’année un gain de 4,5 milliards d’euros par rapport à 2018 sur le pouvoir d’achat. La suppression des cotisations salariales sur les heures supplémentaires à compter du 1er septembre 2019 pour tous les salariés, dans le privé comme dans le public, fera gagner 0,7 milliard d’euros en 2019 et 2 milliards en année pleine.

Une partie des Français bénéficiera de la suppression de la seconde tranche de la taxe d’habitation à l’automne 2019, qui représente 3,5 milliards d’euros.

La revalorisation de la prime d’activité, de l’Allocation adulte handicapé (qui passera en novembre 2019 de 860 à 900 €) et du minimum vieillesse (+ 35 € en janvier 2019) augmenteront le revenu des ménages de 1,7 milliard d’euros.

Enfin, la CSG baissera pour 300 000 retraités, soit un gain de 300 millions d’euros.

Les mesures ayant un impact négatif

En revanche, la désindexation des pensions de retraite du régime général, des allocations familiales et des allocations logement représente un manque à gagner de 3,2 milliards d’euros en tablant sur une revalorisation de seulement 0,3 % et une inflation de 1,3 % l’an prochain. Les retraités seront les gros perdants.

Autre mesure négative sur le pouvoir d’achat : la réforme du mode de calcul des APL entraînera un manque à gagner de 1 milliard d’euros.

Enfin, la hausse des taxes sur l’énergie, en particulier les carburants (taxe carbone et TICPE), pèsera pour 2,8 milliards d’euros sur les Français et l’augmentation de la fiscalité sur le tabac (50 centimes de plus par paquet de cigarettes en avril, 50 centimes en novembre 2019) pour 800 millions d’euros.

A LIRE AUSSI :

- Agirc-Arrco : ce qui va changer en 2019

- Retraites : corriger des erreurs dans votre relevé de carrière

- Quelles allocations pour les parents isolés ?

Et aussi sur Dossier familial