Polypensionnés, ce que vous devez savoir

Le cumul de différents statuts au cours de votre carrière vous impose la plus grande vigilance pour rassembler la totalité de vos droits, lors du départ en retraite. Mode d’emploi.
4mn de lecture
Les polypensionnés ont droit à différentes pensions de base, d’une part, et complémentaires, d’autre part.
Les polypensionnés ont droit à différentes pensions de base, d’une part, et complémentaires, d’autre part.

Faites le point sur la multiplicité de vos droits à la retraite

Avoir exercé sous différents statuts professionnels fait de vous un 
« polycotisant », autrement dit, un assuré qui a cotisé non pas à un régime de retraite de base et à un régime de retraite complémentaire, mais à plusieurs régimes de base. Par exemple, vous avez été salarié agricole en début de carrière (vous avez donc cotisé à la MSA), puis salarié d’une entreprise non agricole (vous releviez du régime général), et vous êtes aujourd’hui commerçant (vous êtes affilié à la Sécurité sociale des indépendants, ex-RSI). De ce fait, vous avez droit à différentes pensions de base, d’une part, et complémentaires, d’autre part, ce qui va vous obliger à frapper à la porte de chacun de ces différents régimes.

Identifiez le régime interlocuteur

Pour simplifier ce parcours, la liquidation unique des régimes alignés, ou LURA, est entrée en vigueur en juillet 2017. Elle vous concerne si vous êtes né en 1953 ou après et si vous avez cotisé de façon successive, alternative ou conjointe à l’un 
des 3 régimes dits « alignés », à savoir le régime général de la Sécurité sociale, la MSA et l’ex-RSI. Concrètement, vous n’avez qu’une seule demande de retraite de base à effectuer auprès de votre dernier régime d’affiliation, considéré comme étant le régime « interlocuteur » unique. Dans le cadre de la LURA, c’est lui, et lui seul, qui se chargera de calculer et de vous verser le montant global de la pension de base à laquelle vous avez droit.

A lire aussi : Prendre sa retraite : 5 erreurs à éviter

Suivez l'avancement de votre dossier

Pour autant, le régime interlocuteur unique ne fait pas tout. En particulier, ce n’est pas 
à lui de vérifier les droits acquis auprès des autres régimes alignés. « Cette régularisation relève encore de chaque régime et non du seul régime interlocuteur. Or, souvent, cela coince... », avertit Emeric Pichon, responsable du service des liquidations de retraite chez Novelvy Retraite.

La solution ? Prendre les choses en main en demandant à chaque régime de base aligné de quels justificatifs éventuels il a besoin pour valider votre dossier retraite et le remettre sans tarder au régime interlocuteur. « Servir de relais évite bien des problèmes de transmission d’informations, et donc des retards », ajoute Emeric Pichon.

N'oubliez pas vos autres pensions

Une fois votre demande unique de retraite de base sur les rails, 2 autres démarches vous attendent. La première vise les autres régimes auxquels vous avez été affilié et qui n’entrent pas dans le cadre de la LURA : la Cipav si vous avez été un temps consultant libéral, par exemple. C’est à vous seul de contacter ce régime pour percevoir une seconde pension de base en fonction des droits que vous y avez acquis (et que vous devez prendre la peine de vérifier).

La seconde démarche concerne les régimes complémentaires, puisqu’aucun d’entre eux n’entre dans le dispositif LURA. Pour agir avec efficacité, munissez-vous d’un relevé 
de carrière récent, à télécharger en ligne à partir de votre espace personnel sur le portail officiel interrégimes Info-retraite.fr. À partir de janvier 2019, il sera en principe possible d’effectuer sur ce même portail une demande unique de retraite en ligne, tous régimes de base et complémentaire confondus et tous profils confondus (à l’exception de la retraite progressive). Mais avant cette date, vous devez contacter un à un tous vos régimes complémentaires.

Apprêtez-vous à gérer en même temps plusieurs volets de votre dossier retraite, même si certains régimes de base, comme le régime général par exemple, peuvent transmettre, avec votre accord, votre demande de liquidation à l’Agirc-Arrco, régime complémentaire des salariés du secteur privé ou du secteur agricole. Ultime précaution pour une liquidation de l’ensemble de vos droits sans anicroche et en temps voulu : faites parvenir vos différentes demandes de retraite 6 à 4 mois avant la date choisie pour le premier versement !

Pension de réversion : à qui s’adresser ?

Le régime interlocuteur unique reste compétent pour examiner les droits à réversion (en fonction de la durée du mariage, des ressources du ou des bénéficiaires...) si la retraite de base a été attribuée dans le cadre de la liquidation unique des régimes alignés (LURA). À défaut, il sera généralement désigné en fonction de la durée d’assurance la plus longue. Pour les autres pensions de réversion de base ou complémentaires, des demandes individuelles, régime par régime, doivent être formulées.

À lire aussi
df
Roselyne Poznanski
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Sur le même thème