Maladie en fin de carrière : n'avancez pas la date de votre retraite !

1 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© fizkes - iStock

Si vous aviez prévu de partir en retraite dans les mois à venir et que vous vous retrouvez en arrêt de travail suite à une intervention chirurgicale ou une longue maladie, il peut être judicieux de ne pas entamer trop vite les démarches pour prendre votre retraite, voire d’annuler votre demande si vous aviez déjà déposé un dossier. Même si vous savez que vous ne reprendrez pas le travail.

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"
  • Une « check-list »
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
En savoir plus

En cas d’arrêt maladie, votre entreprise est tenue de compléter les indemnités versées par la Sécurité sociale de manière à vous garantir 90 % de votre salaire brut pendant une première période de 30 à 90 jours, selon votre ancienneté dans l’entreprise, puis 66,66 % de ce salaire pendant une seconde période d’une durée identique. Au-delà, si vous êtes toujours arrêté, vous ne percevez plus en principe que les indemnités journalières de la Sécurité sociale (50 % de votre salaire journalier de base). 

Jusqu’à 100 % de votre salaire

Mais de nombreuses conventions collectives prévoient des conditions d’indemnisation plus avantageuses qui peuvent vous permettre de percevoir 100 % de votre salaire pendant une longue période. Si vous êtes dans cette situation, vous aurez intérêt à rester juridiquement en arrêt maladie le plus longtemps possible et à ne pas avancer la date de votre départ en retraite. Et même si votre employeur montre certains signes d’impatience, il ne peut pas légalement vous obliger à prendre votre retraite.

Tant que vous êtes en arrêt maladie, vous conservez le même niveau de vie, car sauf accident de parcours ou carrière atypique, votre salaire est plus élevé que la pension à laquelle vous pouvez prétendre !

Astuces

Tant que vous êtes indemnisé, vous continuez à valider des trimestres (60 jours de maladie = 1 trimestre de plus), ce qui peut vous permettre d’améliorer le taux de votre retraite et d’obtenir des points de retraite complémentaire Agirc-Arrco supplémentaires.

A lire aussi