Départ en retraite : ces trimestres qui peuvent faire baisser votre pension...

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Lightstar59 - iStock

S’ils ont été déclarés, tous les petits jobs de jeunesse comptent pour votre retraite, que vous ayez été serveur, pion ou moniteur de colonie de vacances. Ils sont précieux, car il suffit d’avoir travaillé un ou deux mois pendant ses vacances scolaires pour en valider le double ou le triple avant même d’avoir commencé sa carrière. À l’heure des comptes, ils peuvent permettre d’atteindre la durée d’assurance requise pour le taux plein.

Il peut arriver que ces petits boulots ne figurent pas sur votre relevé de carrière. « Si vous avez conservé les justificatifs, il est possible de demander leur régularisation au moment de la reconstitution de votre carrière. Mais avant d’entamer cette démarche, vous devrez vous assurer que vous ne jouez pas contre votre camp ! Tout dépend de votre parcours professionnel », explique Dominique Prévert dirigeant associé d’Optimaretraite. 

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"
  • Une « check-list »
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
En savoir plus

Des trimestres qui plombent le calcul

Prenons l’exemple d’une infirmière qui a eu une courte activité salariée avant de s’installer à son compte, comme c’est le cas de la plupart des professions libérales . Elle peut prétendre à deux retraites de base : une versée par le régime des salariés et l’autre par celui des professions libérales. À 62 ans, elle a la durée d’assurance requise pour le taux plein, mais elle s’aperçoit que le régime général a oublié 4 trimestres de petits boulots peu payés répartis sur trois années civiles incomplètes.

Dans la mesure où elle a cotisé moins de 25 ans dans ce régime, toutes les années pour lesquelles il y a au moins un trimestre validé vont être prises en compte pour calculer son salaire annuel moyen – y compris celles correspondant à ses petits boulots. Moralité ? « Demander à régulariser ces 4 trimestres ne servira à rien pour calculer le taux de liquidation de ses retraites puisqu’elle a déjà le nombre de trimestres qu’il lui faut. Au contraire, leur prise en compte va plomber le calcul de son salaire annuel moyen et elle va se retrouver avec une retraite plus faible que celle qu’elle aurait eue sans ces 4 trimestres oubliés ! », conclut Dominique Prévert.

A lire aussi