Les stages de préparation à la retraite : un accompagnement sur mesure

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© jacoblund - iStock

Plutôt que de demander à bénéficier de vos droits retraite à l’aveuglette, n’est-il pas plus judicieux de comprendre dans ses grandes lignes les modes de calcul des pensions, de valider par vous-même un éventuel départ anticipé pour carrière longue ou de savoir comment faire votre demande de retraite facilement ? La réponse est oui, évidemment ! Pour cela, il peut être pertinent de vous inscrire à un stage de préparation à la retraite, proposé aujourd’hui par nombre d’organismes de formation. Contrairement aux réunions d'informations organisées par votre employeur ou par votre mutuelle obligatoire, ces stages sont payants. Il faut compter environ 1000 € pour deux jours de formation.

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"
  • Une check-list pour ne rien oublier
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
J'y vais

Comment reconnaître un bon stage ?

Faites attention à différents éléments, car tous les stages ne se valent pas. En premier lieu, scrutez le programme pour ne pas vous tromper. Très souvent, sous un titre générique du style « Préparer sa retraite » ou « Projet de vie à la retraite », c’est davantage un stage de développement personnel qu’une session décortiquant par le menu le calcul des pensions et les stratégies potentielles de départ à adopter qui vous sera proposé.

Soyez également attentif au profil du formateur : un « spécialiste retraite » ou un « expert ayant occupé des postes à responsabilité en entreprise » peut, certes, être agréable et bon pédagogue, mais se révéler d’une compétence limitée face à certaines situations plus complexes que d’autres (carrière d’expatrié, conjoint collaborateur, personne ayant exercé sous différents statuts professionnels, etc.).

Une participation active, c’est mieux

Enfin, renseignez-vous sur le mode d’interaction (distanciel ou présentiel), le nombre de jours (la durée n’est en rien un indicateur de qualité) et la pédagogie appliquée : quiz et/ou jeux en groupe doivent impérativement faire partie des méthodes qui permettent d’appréhender, et donc de comprendre, des notions complexes.

Le stage peut être payé par votre entreprise

Ce type de stage peut faire partie d’un accord d’entreprise de GPEC (gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences), que ce soit dans le cadre d’un plan de départ volontaire ou pour tous les salariés ayant atteint un certain âge (60 ans, par exemple).

A lire aussi