Le Perp est-il fait pour vous ?

Le Perp est-il fait pour vous ?

Le Plan d'épargne retraite populaire (Perp) offre un avantage fiscal, une gestion financière diversifiée, réglementée et surveillée. D'autres produits ont également des atouts pour vous aider à compléter votre retraite. Comment choisir ?

Les modalités d'alimentation du Perp offrent une réelle souplesse : vous investissez ce que vous voulez quand vous voulez, en respectant simplement le montant minimal fixé librement par chaque établissement. Beaucoup vous proposent d'épargner à partir de quelques dizaines d'euros par mois. Ces versements sont déductibles de votre revenu imposable, dans certaines limites.

Le Perp s’adresse à  tous, mais il présente surtout un intérêt pour les salariés du privé. Les indépendants disposent aussi d’un autre outil d’épargne, les contrats Madelin et les fonctionnaires de la Préfon retraite.

Le Perp, une économie d'impôt

Le montant investi déclenche une économie d'impôt sur le revenu. Elle est d'autant plus importante que vous êtes taxé dans une tranche élevée du barème de cet impôt. Bien sûr, cet avantage fiscal est sans attrait pour les Français qui ne sont pas imposables.

Les limites de l'avantage fiscal

Les versements réalisés sur le Plan d'épargne retraite populaire sont déductibles de votre revenu imposable dans la limite d'un plafond fixé à 10 % du revenu tiré de votre activité professionnelle l'année précédente (après abattement de 10 % pour frais professionnels), avec un maximum de huit fois le plafond de la Sécurité sociale.

Vous pourrez donc déduire jusqu'à 10 % au titre de votre revenu 2013, sans dépasser 29 626 €.

Pour les personnes qui ont de faibles revenus ou qui ne travaillent pas, un autre plafond peut être retenu : il correspond à 10 % du plafond de la Sécurité sociale de l'année précédente (3 703,2 € en 2013).

Les plafonds s'apprécient pour chaque membre de la famille

Ces plafonds s'apprécient séparément pour chaque membre de la famille.

Par exemple, Monsieur pourra déduire les versements réalisés sur son Plan d'épargne retraite populaire jusqu'à 10 % de son salaire, tandis que Madame, femme au foyer, déduira les siens jusqu'à 3 703,2 €, à condition toutefois que chacun ait ouvert un Perp. À noter : si, une année, vous n'avez pas versé jusqu'au plafond, le reliquat est disponible pour l'une des trois années suivantes.

Si vous êtes fortement imposé

Si vous êtes fortement imposé, le Plan d'épargne retraite populaire peut offrir une économie d'impôt intéressante pour la partie de votre épargne que vous êtes prêt à immobiliser pour votre retraite. D'autres produits fonctionnant sur le même principe, avec le même avantage fiscal (exemples : les contrats article 83, les contrats loi Madelin, ou la Préfon) vous sont peut-être également accessibles. Les diverses possibilités de gestion sont un élément de choix.

L'article 83 pour les salariés

Ainsi, l'article 83, destiné aux salariés, propose aussi bien des supports en euros, sécuritaires, que des supports en unités de compte, plus dynamiques, et laisse de nombreuses possibilités de gestion aux entreprises adhérentes comme aux salariés affiliés.

Les versements peuvent être réalisés par l'entreprise comme par les salariés.

Le contrat Madelin pour les indépendants

Les contrats Madelin, destinés aux commerçants, artisans, industriels et autres professions libérales, proposent des supports en euros plus anciens. De même, ces contrats laissent en général au souscripteur une plus grande liberté pour placer son épargne sur des Sociétés d'investissement à capital variable (Sicav) ou des Fonds communs de placement (FCP).

A contrario, le PERP, lui, est plus souple sur les versements : vous épargnez en effet ce que vous voulez quand vous voulez, alors qu'un contrat Madelin vous oblige en principe à faire des versements tous les ans.

La Préfon pour les fonctionnaires

Si vous êtes fonctionnaire ou ancien fonctionnaire, vous pouvez cotiser à la Préfon. Ce régime fonctionne d'une façon très particulière : vous achetez des points, qui sont convertis le moment venu en rente. La comparaison avec le Plan d'épargne retraite populaire est donc difficile.

Si vous êtes peu imposé

N'oubliez pas que le premier objectif est d'améliorer votre retraite et non de payer moins d'impôt. Si vous êtes peu imposé, le Plan d'épargne retraite populaire peut aussi vous offrir une économie d'impôt. Mais elle sera modeste.

L'assurance-vie, un cadre fiscal favorable

D'autres formules peuvent alors vous permettre de vous constituer un capital dans un cadre fiscal favorable. En choisissant plutôt un contrat d'assurance-vie, par exemple, vous profiteriez d'autres avantages : une épargne disponible en cas de problème et bénéficiant d'une fiscalité favorable, la possibilité de puiser dans le capital au moment de la retraite en fonction de vos besoins…

Le Plan d'épargne en actions si vous souhaitez jouer en Bourse

Si vous n'êtes pas trop près de votre départ à la retraite et si vous avez envie de miser sur la Bourse, le Plan d'épargne en actions (PEA) peut aussi convenir. Cette stratégie sera plus risquée - la Bourse peut toujours baisser -, mais elle vous permet de rester libre de récupérer votre capital quand vous voulez, y compris, après huit ans, en faisant des retraits de temps en temps sur votre plan.

Et si vous préférez convertir votre capital en rente, sachez que la rente issue du PEA est non imposable (seuls les prélèvements sociaux sont dus sur une partie de son montant). En comparaison, celle issue d'un Plan d'épargne retraite populaire est fiscalisée comme une retraite, et celle issue d'un contrat d'assurance-vie partiellement imposable.

Vous pouvez continuer à investir sur votre Plan d'épargne populaire

Même principe sur le Plan d'épargne populaire (PEP). Ce placement ne peut plus être souscrit aujourd'hui. En revanche, si vous en détenez un, vous pouvez continuer à y faire des versements, dans la limite de 92 000 € par plan. Là encore, l'épargne peut être récupérée sous forme de capital ou de rente défiscalisée. Et le PEP est moins risqué que le PEA, puisque l'établissement est tenu de vous restituer au terme au moins les sommes versées. En général, la gestion proposée dans ce plan est donc très prudente.

Si vous n'êtes pas imposable

Si vous n'êtes pas imposable, vous ne choisirez pas le Perp pour son intérêt fiscal. Il peut quand même vous permettre de vous préparer progressivement un complément de retraite. À moins que vous ne lui préfériez des placements plus souples, comme l'assurance-vie.

Comment est gérée cette épargne ?

La plupart des plans d'épargne retraite populaire commercialisés aujourd'hui comptent plusieurs supports d'investissement : quelques Sicav ou FCP, investis en Bourse, et aussi un support sécuritaire, sans risque, le fonds "en euros". Sur ce dernier, l'assureur verse chaque année des intérêts, dont le montant varie en fonction de ce qu'a rapporté sa gestion financière. Ces intérêts, définitivement acquis, s'ajoutent au capital, le tout produisant à son tour des intérêts. Des supports similaires sont proposés sur les contrats d'assurance-vie.

Cap sur la sécurité

Dans le cas du Perp, une partie de plus en plus importante de votre capital devra être placée en sécurité sur ce support en euros à mesure que s'approchera la date à laquelle vous comptez prendre votre retraite. À compter de l’âge légal de la retraite, le capital accumulé sur le plan pourra être converti en rente. Toutefois, depuis la réforme des retraites de novembre 2010, il peut aussi être reversé sous forme de capital, à hauteur de 20 %.

Récupérer les sommes investies sur le Perp avant la retraite

D'ici là, vous ne pouvez le récupérer de façon anticipée que dans des cas précis. Ces possibilités ont été étendues par la réforme : invalidité, décès du conjoint ou du partenaire pacsé, fin de droits aux allocations chômage pour les salariés ou liquidation judiciaire d'une entreprise individuelle pour les non-salariés, surendettement…

Si vous disparaissez pendant cette phase d'épargne, il ne sera bien sûr pas perdu. Il permettra de verser une rente viagère (ou un capital si le montant est très faible) aux personnes que vous aurez choisies. S'il s'agit d'enfants mineurs, ils recevront une rente éducation.

Évaluer la gestion de votre Perp

Le Perp vous engage pour toute votre vie. C'est pourquoi sa gestion est très encadrée. Pour chaque plan, un comité de surveillance, élu en majeure partie par les épargnants eux-mêmes, veille à la défense de leurs intérêts et contrôle la gestion de l'assureur. Ce comité peut même décider de transférer le plan auprès d'un autre établissement, si nécessaire.

Vous pouvez changer d'établissement

De même, si vous n'êtes pas satisfait de votre Plan d'épargne retraite populaire, vous pouvez décider de transférer votre capital sur un autre plan. Mais l'établissement que vous quittez est libre de prélever des frais à cette occasion.

Moralité ? Si vous souscrivez un Perp, comme pour tout placement, choisissez-le soigneusement. Étudiez notamment le montant des frais prévus par l'assureur (frais de gestion, frais de transfert, etc.), et la diversité et la qualité des supports d'investissement proposés.

Et aussi sur Dossier familial