CSG pour les retraités : pas de changement important à attendre

CSG pour les retraités : pas de changement important à attendre
Les retraités visés par la hausse de la CSG ne doivent pas s’attendre à une réforme importante du dispositif. - © AJ_Watt

La modification annoncée par le Premier ministre, Edouard Philippe, concernera seulement « 100 000 Français ».

Les retraités visés par la hausse de la CSG entrée en vigueur au début de l’année ne doivent pas s’attendre à une réforme d’ampleur du dispositif, après les propos du Premier ministre, Edouard Philippe, mardi 20 mars.

Le gouvernement avait fait voter, dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, une augmentation de la contribution sociale généralisée. L’objectif était de compenser la perte de recettes occasionnées par la suppression de la cotisation salariale maladie et la baisse de la cotisation salariale chômage intervenues le 1er janvier, cette dernière devant également disparaître le 1er octobre. Les retraités vivant seuls justifiant d’un revenu fiscal de référence supérieur à 14 404 € par an ont vu leur CSG progresser de 6,6 % à 8,3 %. 

Dans un entretien à BFM TV/RMC, le Premier ministre a cité l’exemple d’« un couple » dont le total de « l’addition des deux retraites » est supérieur « au seuil du revenu fiscal de référence » fixé pour deux parts à 22 051 €.

Une hausse pour « 7,5 millions » de retraités

Edouard Philippe a évalué à « 7,5 millions » le nombre de personnes touchées par la hausse du « taux plein de CSG », « 100 000 Français » subissant « une augmentation de leur CSG alors que l’addition des deux niveaux de pension les place juste au-dessus du seuil ».

La modification envisagée par le chef du gouvernement visera ces « 100 000 Français-là ».

La réforme figurera « dans la prochaine loi de finances », a indiqué le Premier ministre. Mais s’agissant de la CSG, c’est la loi de financement de la Sécurité sociale qui doit fixer les règles. Un texte adopté en fin d’année, à moins qu’une loi rectificative soit votée plus tôt.