Tour de vis sur les retraites complémentaires dès 2019 ?

Tour de vis sur les retraites complémentaires dès 2019 ?
Tour de vis sur les retraites complémentaires dès 2019 ? - © mattjeacock

Le Medef propose d’appliquer un abattement temporaire sur les retraites complémentaires versées aux générations nées à partir de 1957, en fonction de l’âge de leur départ en retraite.

Le projet d’accord sur l’avenir des régimes Arrco et Agirc, que le patronat a soumis aux syndicats en fin de semaine dernière en vue de la réunion de négociation qui doit se tenir aujourd’hui, est moins drastique que celui présenté il y a trois semaines. Il contient néanmoins des mesures radicales pour redresser les comptes des régimes de retraites complémentaires des salariés du privé.

Certes, l’idée d’abaisser le taux de la pension de réversion versée au conjoint survivant d’un assuré décédé est abandonnée. En revanche, celle d’appliquer un abattement sur les pensions versées à ceux qui liquident leur retraite avant un certain âge est maintenue, avec quelques concessions.

Ainsi, dès 2019, les actifs qui partent à la retraite à l’âge légal (62 ans) se verraient appliquer un abattement sur leurs retraites complémentaires, dégressif et temporaire : 30 % la première année, 20 % la seconde, 10 % la troisième. La même règle s’appliquerait à ceux qui ont commencé à travailler jeune et qui peuvent bénéficier d’une retraite anticipée (à 60 ans, voire avant).

Le Medef propose par ailleurs de sous-indexer les pensions servies aux retraités de 1,5 point par rapport à l’inflation, en 2016, 2017 et 2018.

Sans surprise, ces propositions ne devraient pas recueillir l’adhésion des syndicats lors de la réunion d’aujourd’hui. Ces derniers militent en effet pour une augmentation des cotisations plutôt que pour une diminution des pensions.

Les partenaires sociaux devront donc se réunir de nouveau dans le courant de l’été pour trouver enfin un terrain d’entente, lors d’une ultime séance de négociation.