Les régimes complémentaires de retraite, Arrco et Agirc, accentuent leur déficit

Les régimes complémentaires de retraite, Arrco et Agirc, accentuent leur déficit

Mauvaise nouvelle pour les salariés du privé : les dettes des régimes complémentaires, Arrco et Agirc, continuent leur envol. Les statistiques concernant leur déficit en 2014 viennent de tomber.

Comme prévu, le déficit des régimes complémentaires de retraite, Arrco (pour tous les salariés, cadres et non cadres) et Agirc (pour les cadres seulement), continue de se creuser : il est passé de 4,4 milliards d’euros en 2013 à 5,6 milliards d’euros en 2014.

Ces 5,6 milliards d’euros correspondent au déficit technique, c’est-à-dire le déficit dû au seul déséquilibre entre les cotisations et les pensions.

Le déficit net des deux régimes, lui, a doublé en 2014, à 3,1 milliards d’euros.

Si aucune réforme n’est engagée, les réserves de l’Agirc s’épuiseront en 2018, et celle de l’Arrco en 2027.

Négociations en cours

Les partenaires sociaux ont engagé des négociations pour redresser les comptes des régimes complémentaires. Plusieurs pistes sont évoquées :

  • fusion de l’Agirc et de l’Arrco ;
  • gel ou baisse du niveau des retraites ;
  • augmentation des cotisations ;
  • recul de l’âge d’obtention de la retraite complémentaire à taux plein.

Les décisions sont attendues pour juin 2015.