Préparer sa retraite : et si vous investissiez dans une location meublée ?

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© in4mal - iStock

L’immobilier locatif est le seul type d’investissement que vous pouvez financer à crédit. Avec des taux d’intérêt toujours très bas (0,85 % sur 15 ans et 0,98 % sur 20 ans en mai 2021, selon le baromètre de l’Observatoire Crédit Logement/CSA), ce serait dommage de se priver de cette opportunité. Mais plutôt que de jeter votre dévolu sur tel ou tel dispositif défiscalisant de type Pinel ou Denormandie qui vous contraint à prendre un engagement de location, à respecter des plafonds de loyer et des zones d’investissement, pourquoi ne pas opter pour la location meublée de longue durée ?

Une imposition avantageuse

Plus souple d’un point de vue juridique que la location nue, la location meublée est assortie d’un régime fiscal attractif qui est à l’origine de son succès auprès des bailleurs. Contrairement aux logements loués vides dont les loyers sont imposés en tant que revenus fonciers, les loyers d’une location meublée sont imposables dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), même si vous n’exercez pas cette activité à titre professionnel. Jusqu’à 72 600 € par an, les loyers sont imposables selon un régime simplifié, le micro-BIC : on applique un abattement de 50 % aux loyers déclarés pour déterminer le résultat imposable.

Même si vous n’atteignez pas ce seuil, vous pouvez opter pour le régime réel qui permet, comme son nom l’indique, de déduire toutes vos charges – intérêts d’emprunt, charges de copropriété, etc. – pour leur montant réel. C’est là que le meublé prend tout son sens, car le régime des BIC vous permet d’amortir le logement, y compris les travaux d’agrandissement et de construction ainsi que les meubles. L’addition de toutes les charges et la mécanique de l’amortissement vous permettent d’avoir un résultat égal ou proche de zéro et de ne pas payer d’impôt, ou très peu, pendant une très longue période. Tout en vous constituant un patrimoine immobilier que vous valorisez.

15 % : c'est le taux de majoration des loyers des meublés par rapport à la location nue. Source : Baromètre SeLoger, 2021. 

 

A lire aussi