Les pensions de réversion font peau neuve

Fini les multiples conditions à respecter pour obtenir une partie de la pension de retraite de son conjoint ou ex-conjoint décédé. Toutes vont disparaître au profit de trois règles.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
En 2018, 4,4 millions de personnes ont perçu une pension de réversion.
© adobestock

Uniformisation de l'accès à 62 ans

Dans un couple marié, le conjoint survivant pourra prétendre à la réversion à partir de ses 62 ans. Aujourd’hui, dans de nombreux régimes de retraite, 55 ans suffisent pour percevoir la pension.

Fin de la réversion pour les divorcés

> Les personnes qui auront divorcé après la mise en place du régime universel ne pourront plus obtenir la réversion. Le cas échéant, la "rétrocession” de points de retraite – notamment si l’un des conjoints a interrompu durablement sa carrière pour s'occuper de l'éducation de ses enfants – devrait être intégrée sous forme de prestation compensatoire par le juge aux affaires familiales, lors du divorce.

La règle des 70 %

> C’est le principal changement. On prendra en compte le niveau de vie du couple avant le décès, afin de garantir une réversion égale à 70% des droits à la retraite préexistants. Par exemple, pour un couple disposant de 3500 euros brut par mois de pension totale (2300 euros pour l’homme et 1200 euros pour la femme), le calcul de la réversion tiendra  compte d’abord des 70 % de droits à la retraite du couple, soit 2 450 euros par mois. De cette somme sera ensuite retranchée la pension du survivant. Si le mari décède en premier, l’épouse percevra ainsi 1250 euros de réversion par mois (2450 euros − 1200 euros) ; si c’est elle qui décède en premier, l’époux survivant percevra 150 euros de réversion par mois (2450 euros − 2300 euros).

> Avec les règles actuelles, le conjoint qui dispose de la pension la plus élevée peut prétendre à 300 euros par mois (si sa femme était salariée et si sa pension Agirc-Arrco était par exemple de 500 euros) ou à 600 euros par mois (si sa femme était fonctionnaire).

LE 1ER JANVIER 2025, QUI SERA CONCERNÉ ?

Les nouvelles règles de réversion ne concerneront pas les personnes déjà en retraite avant le 1er janvier 2025 : au décès de leur (ex-)conjoint, même s’il survient après 2025, les règles actuelles, différentes selon les régimes, continueront de s’appliquer. On ne sait pas encore quelles seront les règles applicables aux générations nées avant 1963, qui poursuivront leur activité au-delà de leurs 62 ans.

df
Roselyne Poznanski
Publié le

Partager cet article :