Indépendants et libéraux : servez-vous du cumul emploi-retraite !

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Paperkites - iStock

Comme dans les autres régimes de retraite, l’âge minimum de la retraite est fixé à 62 ans pour les professions libérales et les indépendants (artisans, commerçants, chef d’entreprise). Or, bien souvent, ces professionnels continuent à travailler au-delà de l’âge minimum de la retraite et attendent d’avoir définitivement arrêté de travailler pour demander le versement de leur retraite.

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"
Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"
  • Une check-list pour ne rien oublier
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
  • J'y vais

    Quand on est à son compte, c’est plus simple

    « Cela n’a pas de sens. Il faut dissocier la fin de son activité professionnelle du déclenchement de ses retraites. Chaque année de différé est une année de perdue. Pour une retraite de 2 000 € par mois, attendre un an de plus pour la percevoir, c’est perdre définitivement 24 000 €. Or, on peut parfaitement commencer à percevoir ses retraites tout en continuant à travailler. Et c’est effectivement plus simple lorsqu’on est à son compte », explique Marilyn Vilardebo, directrice et fondatrice d’Origami & Co.

    Un avantage pour les indépendants et les libéraux

    Car, à la différence des salariés qui sont obligés de rompre leur contrat de travail pour obtenir leur retraite, les indépendants ne sont pas obligés d’arrêter de travailler pour demander le versement de leur retraite. Ils peuvent liquider leurs droits et poursuivre leur activité professionnelle dans le cadre du cumul emploi-retraite.

    S’ils ont tous leurs trimestres, ils peuvent alors cumuler, sans aucune limite, leur pension de retraite avec leurs revenus professionnels aussi longtemps qu’ils le souhaitent.

    S’ils n’ont pas tous leurs trimestres, « le cumul reste possible dans la limite d’un plafond au-delà duquel leur pension de retraite risque d’être rabotée, voire suspendue, selon les régimes », précise Marilyn Vilardebo. Soit 20 568 € par an s’ils sont indépendants ou 41 136 € s’ils exercent une profession libérale ou une activité indépendante dans une zone de revitalisation rurale (ZRR) ou une zone urbaine prioritaire (ZUP).

    Quand cotiser pour rien fait gagner de l'argent

    Le principal inconvénient du cumul emploi-retraite des indépendants est qu’une fois leur retraite liquidée, ils vont continuer à cotiser, mais à fonds perdus. En clair, leurs cotisations ne leur permettront pas d’acquérir de nouveaux droits qui compteront pour leur retraite. Mais cette perte sera négligeable par rapport au gain généré par le versement plus précoce de leur pension.

    Bientôt ou déjà à la retraite : recevez nos articles par email
    Chaque semaine, recevez les dernières actualités "retraite" pour faire les bons choix !
    A lire aussi