Cumul emploi-retraite : ouvrir un PER pour maîtriser sa fiscalité

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Veni vidi...shoot - iStock

Grâce au cumul emploi-retraite, il est possible d’additionner, sous certaines conditions, ses pensions de retraite et les revenus d’une activité professionnelle. Mais pour ceux qui sont déjà imposables dans les tranches les élevées du barème de l’impôt sur le revenu, ou qui risquent de s’y retrouver en faisant la somme des deux sources de revenus différentes, la fiscalité risque de jouer les trouble-fête. Le gain en pouvoir d’achat apporté par le versement de votre pension de retraite en plus de vos revenus professionnels va partiellement être gommé par le supplément d’impôt que vous aurez à payer.

Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"
Consultez le guide pratique "Je prépare ma retraite"
  • Une check-list pour ne rien oublier
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
  • J'y vais

    Par exemple, si en plus de votre salaire, vous percevez 1 000 € de retraite par mois, vous n’aurez que 700 € de plus par mois dans votre poche si vous êtes imposé dans la tranche à 30 % ; 590 € si vous passez dans celle à 41 % et seulement 550 € si vous atteignez la tranche la plus élevée à 45 %. Pas très motivant...

    L’astuce du PER individuel

    La solution ? Ouvrir un plan d’épargne retraite individuel (PERin) sur lequel votre épargne est en principe bloquée jusqu’à la retraite. Vous pourrez alors y verser chaque année tout ou partie du supplément de revenus issu du cumul emploi-retraite. Les sommes versées sur un PERin étant déductibles de votre revenu imposable, cette stratégie vous permettra de maîtriser votre fiscalité en gommant tout ou partie du supplément d’impôt lié au cumul emploi-retraite.

    Comme vous êtes déjà à la retraite, vous n’êtes pas lié par la contrainte de blocage des fonds spécifiques au PERin. Mais, dans la mesure où l’épargne est fiscalisée à la sortie, vous aurez intérêt à attendre d’avoir définitivement arrêté de travailler pour récupérer votre épargne, de manière à avoir un taux d’imposition moins élevé que celui que vous aviez lorsque vous cumuliez pension de retraite et revenus professionnels. C’est la condition pour être gagnant. Car, si vous ne voulez pas que le fisc vous reprenne d’une main ce qu’il vous avait donné de l’autre, il faut qu’il y ait un différentiel de fiscalité entre la période d’activité et la période de retraite.

    A lire aussi