50 conseils et astuces pour bien préparer votre retraite

18 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© monkeybusinessimages - iStock

Préparez votre retraite dès le début de votre carrière

Vous vous dites que c'est un peu prématuré de penser à la retraite ? Erreur ! Pour faire valoir ses droits le moment venu, il faut les connaître le plus tôt possible. Et cela commence avant même l'entrée dans la vie active. 

Étudiant : négociez votre indemnité de stage

À partir d'un certain niveau de gratification, vos stages effectués dans le cadre de vos études vous font acquérir des trimestres. Une cotisation précoce, certes, mais très précieuse dans le calcul global de vos droits, quelques décennies plus tard. Pensez-y !

Engrangez 4 trimestres par an

Pour vous garantir quatre trimestres de cotisations retraite par an, les règles diffèrent entre les secteurs public et privé. Auquel cas, on parlera d'années incomplètes. Que vous soyez salarié, commerçant, fonctionnaire, professionnel libéral ou encore artisan, des règles bien précises de cotisation ont été édictées et sont à connaître. 

Conservez bien vos fiches de paie

Bulletins de salaire, attestations Pôle emploi... Tous ces documents doivent être précieusement conservées et classés jusqu'à l'obtention de votre pension de retraite. Ils permettent aux régimes de retraite de s'assurer, des années voire des dizaines d'années après, que des cotisations retraite ont déjà été précomptées. 

Temps partiels, aidants, indépendants... Les bonnes astuces

Salarié à temps partiel : cotisez sur la base d'un temps plein

Travailler à mi-temps affecte le montant de votre future retraite. Des millions d'actifs français sont concernés : près d'un salarié du privé sur cinq, selon la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares). Mais, il existe une astuce ! La surcotisation. 

Bientôt ou déjà à la retraite : recevez nos articles par email
Chaque semaine, recevez les dernières actualités "retraite" pour faire les bons choix !

Récupérez vos trimestres d'aidant

Si vous vous occupez d'un proche en situation de handicap ou de perte d'autonomie, deux dispositifs peuvent vous permettre de faire prendre en compte ces périodes d'accompagnement dans le calcul de vos droit à la retraite : l'affiliation gratuite ou encore la majoration de trimestres.

Professions libérales : cotisez plus pour améliorer vos futures pensions

Pour espérer percevoir une meilleure pension de retraite, les professionnels libéraux disposent de trois options : travailler plus pour cotiser plus ; recourir à l'épargne retraite individuelle pour se créer un complément de revenu le moment venu ; opérer une surcotisation lorsqu'on est affilié à la Cipav ou à la Cavec. 

Conjoints d'un chef d'entreprise ? Faites valoir vos droits !

Si vous travaillez de manière régulière dans l'entreprise de votre conjoint ou de votre partenaire de Pacs, vous devez obligatoirement choisir un statut : celui de salarié, celui d'associé ou celui de conjoint collaborateur. Chacun présente ses avantages... et ses inconvénients !

Expatriés : vous cotisez auprès d'une caisse spécifique

À moins d'être détaché par votre entreprise pour une courte durée, lorsque vous partez travailler à l'étranger, vous arrêtez de cotiser en France. Vous relevez alors du régime de retraite du pays dans lequel vous vous êtes installé et allez acquérir des droits dans ce pays. L'occasion de vous renseigner sur l'intérêt de d'adhérer à la Caisse des Français de l'étranger.

© Thinnapob - iStock

Les bons réflexes en cours de carrière

Et si vous investissiez dans la location meublée ?

Si vous recherchez une solution simple et efficace pour compléter vos revenus une fois en retraite, l'achat d'un bien immobilier destiné à être loué est une piste intéressante à explorer. D'autant que ce type d'investissement profite d'une fiscalité très avantageuse, sous conditions.

Créez votre compte retraite

Les régimes de retraite les plus importants ont développé des espaces sécurisés où chacun peut, après inscription, avoir facilement accès aux informations retraite le concernant. Il en va ainsi du régime général, du régime complémentaire Agirc-Arrco, du régime des retraites de la fonction publique d'État ou encore du régime des salariés et des exploitants agricoles via la MSA. 

Faites corriger votre relevé de carrière

Tout le monde peut se tromper... même l'administration. Soyez vigilant ! Tous les futurs retraités ont désormais la possibilité d'accéder en ligne à leur compte retraite. Un outil pratique pour vérifier et faire corriger son relevé de carrière en temps réel. 

Comment estimer le montant de votre future pension ?

Pour avoir une visibilité réelle de vos futurs droits à la retraite, et donc des montants des pensions que vous êtes susceptible de percevoir, il existe trois outils : le relevé de carrière, l'estimation indicative globale (EIG) et le simulateur M@rel.  

Demandez un entretien individuel retraite

Parce qu'il peut être sollicité à mi-chemin de la vie professionnelle, dès 45 ans, parce qu'il est personnalisé, gratuit et ouvre des perspectives, il serait dommage de se passer d'un EIR : un entretien individuel retraite. 

Les astuces utiles en fin de carrière

L'heure du départ est encore loin, mais il faut s'y préparer. Quand pourrez-vous partir dans les meilleures conditions ? On vous aide à prendre les bonnes décisions.

Faites un inventaire minutieux de tous vos trimestres

Lorsque l’heure de la retraite approche, le moindre trimestre manquant est particulièrement pénalisant pour deux raisons : soit il va être synonyme de décote sur le montant des pensions, soit il signifie qu’il va falloir continuer à travailler… D’où l’importance de faire la chasse aux éventuels trimestres manquants sur votre relevé de carrière.

Vérifiez votre âge de taux plein

L’âge de taux plein, on le sait, est un des paramètres clés du système actuel des retraites : l’atteindre, c’est se garantir des pensions de retraite optimales. Ce que l’on sait moins, en revanche, c’est que le taux plein (qui correspond à un taux de calcul de la pension de base de 50 %) peut être obtenu à différents moments de la vie.

Retraite anticipée : faites la chasse aux « jeunes » trimestres

Lorsqu’on est jeune, il n’est pas rare de travailler ponctuellement. Ces fameux jobs d’été ou d’étudiants sont très précieux car ils peuvent vous permettre de bénéficier du dispositif de retraite anticipée pour carrière longue, ce qui n’est pas rien !

Attendez le plus tard possible pour racheter des trimestres

Si vous partez en retraite avant vos 67 ans, vous ne pourrez percevoir votre retraite à taux plein que si vous réunissez la durée d’assurance requise pour y prétendre. À moins de racheter des trimestres pour combler les trous et majorer artificiellement votre durée d’assurance. 

Faites racheter vos trimestres par votre employeur...

Racheter ses trimestres à la veille de son départ en retraite coûte cher et vous prive de la possibilité d’étaler vos paiements sur plusieurs années puisqu’il faut avoir tout payé avant de demander le versement de votre retraite.

Rien ne vous empêche d’emprunter les sommes en question auprès de votre banque… Mais il y a aussi une petite astuce : suivez le lien !

...ou négociez plutôt une rupture conventionnelle

Certains salariés proches de l’âge de la retraite ou qui ont déjà 62 ans craignent d’être poussés vers la sortie avant de totaliser le nombre de trimestres requis pour obtenir leur retraite à taux plein. Ils s’interrogent sur l’opportunité de racheter leurs trimestres manquants pour ne pas subir la décote. 

Malade en fin de carrière ? N'avancez pas la date de votre retraite !

Si vous aviez prévu de partir en retraite dans les mois à venir et que vous vous retrouvez en arrêt de travail suite à une intervention chirurgicale ou une longue maladie, il peut être judicieux de ne pas entamer trop vite les démarches pour prendre votre retraite, voire d’annuler votre demande si vous aviez déjà déposé un dossier.

Même si vous savez que vous ne reprendrez pas le travail...

© Blue Planet Studio - iStock

Reprenez une activité de courte durée pour prolonger vos droits au chômage

Si vous finissez votre carrière au chômage et ne pouvez prétendre à une retraite à taux plein à 62 ans, un dispositif peut vous permettre de continuer à être indemnisé par Pôle emploi, même si vous avez épuisé vos droits (36 mois pour les plus de 55 ans). Vos allocations vous seront versées jusqu’à ce que vous ayez réuni le nombre de trimestres nécessaires pour le taux plein ou, à défaut, jusqu’à 67 ans.

Vous saurez tout de cette astuce méconnue dans le lien suivant. 

Décalez le versement de votre retraite d'un ou deux mois

De nombreux assurés souhaitent partir en retraite dès qu’ils auront soufflé leurs 62 bougies et fixent le point de départ du versement de leur pension au premier jour du mois civil qui suit la date de leur anniversaire. Mais ce n’est pas forcément la meilleure date pour faire liquider sa retraite.

Retraite : choisissez la bonne date de départ

Finissez l'année pour améliorer votre salaire annuel moyen

Dans les régimes de base de la Sécurité sociale (régime général des salariés du privé, Sécurité sociale des indépendants et régimes agricoles), on fait la moyenne des revenus que vous avez perçus au cours des 25 meilleures années de votre carrière pour déterminer le revenu annuel moyen qui sert à calculer votre retraite.

Partez à la retraite en début d'année pour payer moins d'impôt

Tout salarié du secteur privé ou agricole qui part en retraite perçoit une indemnité de départ, souvent appelée indemnité de fin de carrière (IFC). Celle-ci est imposable au premier euro, sauf si elle est versée dans le cadre bien spécifique d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Son montant dépend de plusieurs paramètres : la convention collective, votre ancienneté dans l’entreprise, votre statut de cadre ou de non-cadre et, bien sûr, votre niveau de salaire. 

Ne surestimez pas la surcote !

C’est une constante que l’on retrouve au fil des générations récemment parties en retraite : la durée requise pour le bénéfice du taux plein reste le déterminant majeur du départ à la retraite. Autrement dit, la plupart des seniors font valoir leurs pensions lorsqu’ils atteignent le nombre de trimestres requis pour leur génération : 167 s’ils sont nés en 1960, par exemple. 

Optez pour la retraite progressive si vous êtes déjà à temps partiel

Ce dispositif est-il réservé aux actifs à plein temps ? Non, indique Pascale Gauthier, associée chez Novely Retraite : « il n’est pas nécessaire de réduire effectivement son temps de travail. En clair, vous pouvez profiter de ce dispositif, même si vous travaillez déjà à temps partiel ».

Partez plus tôt en retraite grâce à votre CET

Si votre entreprise a mis en place un compte épargne-temps (CET), vous pouvez y stocker certains jours de congé ou de repos que vous n’avez pas pu prendre pour pouvoir les utiliser ultérieurement en temps ou en argent.

Cet outil peut vous être utile pour gérer votre fin de carrière. Il vous offre la possibilité de prendre un congé de fin de carrière financé avec les jours que vous y avez accumulés. Certaines entreprises proposent même un abondement à ceux qui envisagent cette possibilité de départ anticipé.

Transférez les droits de votre CET sur un Perco ou un Percol

S’il vous reste des jours de congés accumulés sur votre compte épargne-temps (CET) au moment de votre départ en retraite, vous allez recevoir une somme correspondant à la conversion de vos jours en argent. Cette somme supportera les cotisations sociales et l’impôt sur le revenu. Mais il est possible, à condition de l’anticiper, d’éviter cette taxation et de récupérer vos droits en franchise d’impôt. 

Optez pour la retraite progressive pour éviter le malus

La retraite progressive permet aux salariés qui le souhaitent de commencer à percevoir une partie de leur pension de retraite, dès 60 ans, tout en continuant à travailler à temps partiel. Ils cumulent ainsi pension de retraite et salaire à temps partiel. Lorsqu’ils cesseront définitivement de travailler, leur retraite sera recalculée pour tenir compte des trimestres et des points supplémentaires qu’ils ont acquis pendant cette période d’activité réduite. 

Droits à la retraite : faites les bons calculs

Bénéficiez de 10 % sur le montant de vos pensions

Même si cela semble une évidence, il n’est pas inutile de préciser qu’une fois calculées, les pensions de retraite n’augmentent pas, sauf erreur magistrale de calcul… qui reste à prouver. Pire : au fil des prélèvements sociaux – qui, à l’inverse, ne cessent d’augmenter – et d’une quasi-absence de revalorisation, le pouvoir d’achat des retraités stagne ou baisse légèrement.

D’où l’intérêt de faire liquider ses pensions sans rien omettre. Entre autres vérifications à accomplir, vous pouvez facilement déterminer si vous avez droit à la majoration de 10 % du montant de vos futures pensions.

Les trimestres que vous pouvez oublier

S’ils ont été déclarés, tous les petits jobs de jeunesse comptent pour votre retraite, que vous ayez été serveur, pion ou moniteur de colonie de vacances. Ils sont précieux, car il suffit d’avoir travaillé un ou deux mois pendant ses vacances scolaires pour en valider le double ou le triple avant même d’avoir commencé sa carrière.

Toutefois, certains peuvent plomber votre calcul...

Parents : profitez de trimestres gratuits !

On ne le sait pas suffisamment : les mères ne sont plus les seules à pouvoir bénéficier de trimestres retraite « gratuits » pour leurs enfants. Depuis un peu plus de dix ans, les pères peuvent prétendre, eux aussi, à cette majoration de leur durée d’assurance, égale au maximum à 4 trimestres retraite au titre de l’éducation de leur enfant.

Compensez les effets du malus Agirc-Arrco

Votre complémentaire est minorée de 10 % les trois premières années de votre retraite. Sauf dans certains cas.

Échappez au malus Agirc-Arrco

Pour certains profils, comme les salariés cadres, la retraite complémentaire Agirc-Arrco constitue non pas 50 % du total de leur pension, mais davantage… Logiquement, plus celle-ci est élevée, plus le manque à gagner financier dû au malus est important, puisque ce dernier est proportionnel et non forfaitaire.

© Andrii Zastrozhnov - iStock

Ne passez pas à côté de votre contrat de retraite supplémentaire !

Certaines entreprises ont mis en place au profit de leurs salariés des contrats de retraite supplémentaire (contrats dits de « l’article 83 », notamment) alimentés par des cotisations obligatoires. Ils sont liquidables à partir de l’âge de la retraite sous forme de rente viagère.

Or, il arrive fréquemment que des salariés changent d’entreprise sans savoir que leur employeur a souscrit ce type de contrat pour eux...

Travaillez deux ans de plus pour obtenir une surcote de 10 %

Dans le régime de base, si vous continuez à travailler au-delà de 62 ans et de la durée d’assurance requise pour le taux plein, vous pouvez prétendre à une majoration de votre pension, appelée surcote. Son taux est fixé à 1,25 % (sauf dans le régime des professions libérales où il est de 0,75 %).

Ce taux s’applique à chaque trimestre civil entier ayant donné lieu au versement de cotisations à votre charge, c’est-à-dire à l’exclusion des trimestres validés gratuitement, au titre de la maladie ou du chômage, par exemple. La surcote est appliquée au montant annuel brut de votre pension, avant la majoration de pension de 10 % des parents de trois enfants et plus.

Utilisez votre CPF juste avant de partir à la retraite

Votre compte personnel de formation (CPF) cesse d’être alimenté et les droits acquis avant la date d’effet de votre retraite deviennent en principe inutilisables, même si vous reprenez une activité dans le cadre du cumul emploi-retraite.

Pour autant, votre compte n’est pas fermé car vous conservez la possibilité d’utiliser vos droits pour financer des actions de formation pour vous permettre d’acquérir les compétences nécessaires pour des missions de volontariat ou de bénévolat dans le cadre du CEC, le compte d’engagement citoyen. 

Suivez un stage de préparation à la retraite

Plutôt que de demander à bénéficier de vos droits retraite à l’aveuglette, n’est-il pas plus judicieux de comprendre dans ses grandes lignes les modes de calcul des pensions, de valider par vous-même un éventuel départ anticipé pour carrière longue ou de savoir comment faire votre demande de retraite facilement ? La réponse est oui, évidemment !

Les bons plans à connaître une fois à la retraite

Le niveau de ressources baisse avec la retraite. Mais il existe des parades pour améliorer son niveau de revenus, préserver sa santé et profiter au mieux de son temps libre. Suivez nos conseils d'experts !

Vous allez payer moins d'impôts...

Abattement fiscal, crédit d’impôt et réduction des impôts locaux : il existe trois sources d’économie possibles pour les personnes en retraite. Des aubaines non négligeables pour prendre du mieux possible ce virage dans la gestion de vos finances personnelles.

Mariez-vous (même tard) pour la réversion !

Qu’on se le dise : seules les personnes mariées ou l’ayant été peuvent percevoir une pension de retraite dite de réversion. Cette règle exclut donc les partenaires de pacs ou les concubins, même s’ils ont eu des enfants en commun.

D’où l’intérêt, si ce n’est déjà fait, de se marier « afin de pouvoir offrir une véritable protection financière à son conjoint sans rien avoir à débourser, ce qui est tout de même remarquable », comme le souligne Dominique Prévert, dirigeant associé d’Optimaretraite.

Retravaillez sans contrainte !

Retravailler à la retraite peut avoir du sens. Pour certains ex-salariés , il s’agit d’arrondir ses fins de mois ; pour d’autres, d’exercer une passion à titre professionnel ou de prodiguer son expertise à un rythme qui n’a plus rien à voir avec celui qui prévalait au cours de la vie active. 

Servez-vous du cumul emploi-retraite

Comme dans les autres régimes de retraite, l’âge minimum de la retraite est fixé à 62 ans pour les professions libérales et les indépendants (artisans, commerçants, chef d’entreprise).

Or, bien souvent, ces professionnels continuent à travailler au-delà de l’âge minimum de la retraite et attendent d’avoir définitivement arrêté de travailler pour demander le versement de leur retraite.

Ouvrez un PER pour maîtriser votre fiscalité

Grâce au cumul emploi-retraite, il est possible d’additionner, sous certaines conditions, ses pensions de retraite et les revenus d’une activité professionnelle. Mais pour ceux qui sont déjà imposables dans les tranches les élevées du barème de l’impôt sur le revenu, ou qui risquent de s’y retrouver en faisant la somme des deux sources de revenus différentes, la fiscalité risque de jouer les trouble-fête.

Le gain en pouvoir d’achat apporté par le versement de votre pension de retraite en plus de vos revenus professionnels va partiellement être gommé par le supplément d’impôt que vous aurez à payer.

© Spotmatik - iStock

Voyagez moins cher avec les réductions seniors !

Train, avion, voiture, transport en commun : les retraités qui ont la bougeotte peuvent bénéficier tout au long de l'année de tarifs réduits très avantageux. 

Bénévoles : pensez au compte engagement citoyen

Vous exercez des responsabilités au sein d’une association ? Le compte engagement citoyen (CEC) vous permet de valoriser votre engagement et d’acquérir des droits à la formation.

Prolongez votre complémentaire santé

Lorsque vous partez en retraite, vous avez la possibilité de conserver la complémentaire santé de votre employeur. Ce qui peut être avantageux si elle comporte des garanties intéressantes sur des postes de santé coûteux (optique, dentaire, prothèses auditives…) ou des forfaits pour des soins non couverts par la Sécurité sociale (médecine douce, par exemple). 

Profitez d'examens de santé gratuits

Des dépistages de cancers aux bilans de santé réguliers, sans oublier les vaccinations saisonnières... Tous les seniors peuvent, sans conditions de ressources, bénéficier de prestations de santé totalement gratuites.

Vérifiez si vous avez droit à la CSS

Même si l’on ne s’en rend pas compte lorsque l’on est actif, le budget consacré à la souscription d’une complémentaire santé ne cesse d’augmenter lorsque l’on est en retraite. Il est même presque deux fois plus élevé à 65 ans passés qu’entre 25 et 45 ans (Drees, 2019).

D’où l’importance de faire les bons choix lorsque l’on quitte une entreprise, mais aussi de s’interroger sur un éventuel bénéfice de la complémentaire santé solidaire (CSS)...

Demandez les aides auxquelles vous avez droit

De l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) à l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) en passant par les aides au logement... De nombreuses aides financières, certaines méconnues, existent pour les seniors.

Seniors, les bons plans pour vos loisirs

Spectacles, cinéma, sport… Vous pouvez pleinement profiter de vos loisirs à petits prix avec les cartes de réduction pour les seniors !

A lire aussi