La taxe foncière va augmenter dans au moins neuf villes de plus de 100 000 habitants

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
À Strasbourg, le 16 septembre 2019. - olrat

Neuf mairies ou établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) de communes de plus de 100 000 habitants ont décidé d’alourdir la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB), a révélé Les Echos jeudi 10 février.

Le quotidien s’appuie sur « l’examen des budgets primitifs, des rapports d’orientations budgétaires ou des délibérations sur les pactes financiers et fiscaux », pour affirmer que des hausses vont être mises en œuvre dans au moins « neuf territoires sur quarante-deux » communes de plus de 100 000 habitants.

Le journal évoque différents territoires où la taxe foncière va augmenter :

  • à Annecy, la TFBB va progresser de 1,5 point ;
  • à Strabourg, l’Eurométropole compte relever la part métropolitaine de la taxe foncière sur le foncier bâti, de 1,15 % à 4,6 % ;
  • à Tours, la TFBB va grimper de 4,5 points.

Stagnation à Paris, au Havre, à Nice ou à Toulon

D’après Les Echos, la taxe foncière va rester stable « dans la plupart » des communes de plus de 100 000 habitants, notamment Paris, Le Havre, Nice ou Toulon.

En général, « les hausses d’impôts locaux » sont appliquées « dans les années qui suivent les élections municipales », rappelle le quotidien. Les dernières élections municipales ont eu lieu en 2020. Mais l’année suivante, « les taux des taxes foncières sur les propriétés bâties ou non bâties » avaient crû dans seulement « quatre territoires » incluant des communes de plus de 100 000 habitants,pour une hausse moyenne de 0,3 %, « selon l’étude annuelle du cabinet FSL ».

Comme le remarque Les Echos, les collectivités territoriales vont bénéficier d’une revalorisation des bases locatives utilisées pour le calcul de la taxe d’habitation et de la taxe foncière, à hauteur de 3,4 %. Cet effet de l’inflation va accroître mécaniquement le montant des impôts locaux.

POUR ALLER PLUS LOIN