Déclaration d’impôt sur le revenu : les erreurs à éviter

Impôt des salariés : les sommes qu’il ne faut pas déclarer

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Certaines des sommes perçues par les salariés sont exonérées d'impôt. Les montants sont plafonnés.

Les avantages en nature qui échappent à l’impôt

Certains avantages en nature accordés par votre employeur échappent à l’impôt : la contribution de votre employeur aux titres-restaurant dans la limite de 5,55 euros par ticket en 2021 et aux chèques-vacances dans la limite de 1 554,58 euros en 2021 ; l’aide versée par votre employeur ou le comité social et économique (CSE)  pour le financement de services à la personne (cesu préfinancés) dans la limite de 1 830 euros par an ; les cadeaux offerts par l’employeur ou le comité d’entreprise pour un événement particulier si leur montant n’a pas dépassé 250 euros en 2021 par événement et par année civile.

Ne déclarez pas les sommes reçues d’un plan d’épargne salariale

Si vous avez demandé à percevoir sans délai votre prime d’intéressement ou votre quote-part individuelle de participation, ces sommes sont en principe imposables comme des salaires. En revanche, si vous les avez affectées dans les quinze jours suivant leur versement à votre plan d’épargne entreprise (PEE), plan d’épargne collectif en vue de la retraite (Perco) ou sur un nouveau plan d’épargne retraite (Per d’entreprise), elles sont exonérées d’impôt sur le revenu en totalité s’agissant de votre quote-part individuelle de participation et à hauteur de 30 852 euros en 2021 euros pour la prime d’intéressement. Seul le surplus éventuel doit être ajouté au salaire à déclarer.

De même, vous n’avez pas à déclarer les sommes ou les jours portés au crédit d’un compte épargne temps. Ils seront imposés lorsque vous les utiliserez, à moins que vous les transfériez ensuite sur votre Perco ou votre Per entreprise, auquel cas ils échapperont définitivement à l’impôt sur le revenu.

Les indemnités de licenciement sont exonérées d’impôt

Toutes les indemnités versées dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (licenciement ou départ volontaire) sont exonérées d’impôt en totalité. De même que l’indemnité légale de licenciement ou celle prévue par votre convention collective ou par un accord professionnel. Si vous avez reçu davantage, l’exonération est plafonnée à la moitié de l’indemnité versée ou au double du salaire brut perçu au cours de l’année civile précédant le licenciement, dans la limite de 246 816 € en 2021. Si le montant prérempli sur votre déclaration ne tient pas compte de cette fraction exonérée, corrigez-le ligne 1AJ à 1BJ.

Toutes les indemnités de stage ne se déclarent pas

Si vous êtes étudiant et que vous avez accompli un stage, l’année dernière, dans le cadre de vos études, les indemnités reçues sont exonérées d’impôt à hauteur de 18 655 euros, en 2021. Si le montant qui apparaît à l’écran ne tient pas compte de cette exonération, corrigez-le en indiquant à la rubrique « Salaires » que vous n’avez rien perçu ou, si vous avez gagné plus que 18 655 euros, n’indiquez que la différence.

Ne déclarez pas les salaires d’apprenti

Les salaires des jeunes en contrat d’apprentissage sont exonérés à hauteur de 18 655 euros, en 2021. Mais attention, dans l’année d’entrée en apprentissage ou celle de la fin, cette limite doit être ajustée au prorata des mois d’apprentissage. Par exemple, Si vous n’avez travaillé que neuf mois en tant qu’apprenti, l’exonération est plafonnée à 13 991,25 euros (18 655 × 9/12). Si le montant indiqué sur votre déclaration ne tient pas compte de cette exonération, corrigez-le en indiquant à la rubrique « Salaires » que vous n’avez rien perçu ou, si vous avez gagné plus que le montant exonéré, n’indiquez que la différence.

Les jobs d’étudiant : demandez une exonération d’impôt

Les salaires versés aux étudiants âgés de moins de 26 ans au 1er janvier 2021 qui ont travaillé pendant l’année scolaire ou durant leurs vacances sont exonérés d’impôt à hauteur de 4 664 euros. Cependant, cette exonération n’est pas automatique ; il faut la demander pour en profiter. Si vous déposez votre propre déclaration, vos salaires sont en principe déjà préremplis sur votre déclaration. Pour bénéficier de l’exonération, vous devez rayer le montant indiqué et ne déclarer, le cas échéant, que le montant qui excède 4 664 euros. Si vous êtes rattaché au foyer fiscal de vos parents, ne reportez pas les sommes en question sur leur déclaration ou ne déclarez que le surplus.

A lire aussi