Déclarer les indemnités journalières de maladie et de maternité

Les indemnités journalières versées en cas d’arrêt de travail pour maladie ou maternité sont imposables comme des salaires, sauf exceptions. Elles doivent figurer sur votre déclaration d'impôts.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

1mn de lecture
Pendant leur congé maternité, les femmes perçoivent des indemnités journalières.
Pendant leur congé maternité, les femmes perçoivent des indemnités journalières.

Normalement, les montants préremplis sur la ligne « Revenus d’activité » de votre télédéclaration incluent les indemnités journalières pour maladie. Sinon, vous devez les ajouter. Il s’agit de toutes les indemnités perçues en 2017, même si elles correspondent à un arrêt maladie fin 2016, car il est tenu compte de la date de versement des prestations.

  • Si l’employeur a maintenu votre salaire pendant votre arrêt de travail, c’est lui qui a perçu à votre place vos indemnités journalières (selon le principe dit de « subrogation »).
  • En pratique, le montant prérempli sur votre déclaration doit correspondre à celui de vos salaires (déclarés par votre employeur), qui ne tient pas compte des indemnités journalières, plus ces indemnités (déclarées par l’Assurance-maladie).

Une exception : les indemnités versées en cas de maladie longue

Les indemnités versées à une personne atteinte d’une affection de longue durée (ALD) sont exonérées d’impôt, et le sont pour 50 % de leur montant si elles sont dues à un accident du travail ou une maladie professionnelle.

Indemnités journalières pendant un congé maternité

Vos indemnités journalières pendant le congé de maternité ou de paternité sont comprises dans le montant préirempli de vos revenus d’activité. Si ce n'est pas le cas, ajoutez la somme de ce que vous avez perçu dans l'année 2017.

Il en va de même pour les indemnités versées au titre d’arrêts de travail nécessités par des troubles pathologiques liés à la grossesse ou à l’accouchement, avant le congé prénatal ou après le congé postnatal.

df
Bernard Genès
Publié le

Partager cet article :