Vente immobilière : combien de temps faut-il attendre avant de trouver un acheteur ?

Vente immobilière : combien de temps faut-il attendre avant de trouver un acheteur ?
MeilleursAgents a calculé les délais de vente médians dans les onze principales villes françaises. - © Unclesam

De 41 jours à 84 jours : entre Paris et Nice, les délais médians entre la mise en vente d’un bien et son retrait du marché vont du simple au double, selon le site MeilleursAgents, qui a effectué des calculs concernant les onze principales villes françaises.

Les personnes souhaitant vendre leur bien immobilier se posent la question : en combien de temps vont-elles trouver un acheteur ? Le site MeilleursAgents révèle l’ampleur des disparités en la matière entre les onze plus grandes villes de France, dans son enquête mensuelle parue lundi 2 juillet sur les prix de l’immobilier.

Pour des biens vendus le mois dernier, la plateforme a calculé les délais de vente médians (DVM). Il s’agit de la période « entre la mise en vente (publication de l’annonce) et le retrait du marché (disparition de l’annonce suite à la signature d’un compromis la plupart du temps) », selon le document.

Entre 60 et 90 jours

Dans la capitale, 41 jours suffisent pour vendre un appartement, contre 51 jours en juin 2016. « La tendance du délai de vente médian est, sur un an, orientée à la baisse à Paris, Marseille, Lyon, Nice, Nantes, et Rennes », précise le site. Elle augmente à Toulouse, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux et Lille, comme l’indique le tableau suivant :

« La plupart des acteurs du marché considèrent qu’une vente se réalise entre 60 à 90 jours », rappelle MeilleursAgents.

Des taux de décote variables

La plateforme met aussi en lumière le taux de décote médian (TDM), soit « le pourcentage de réduction consenti en moyenne par les vendeurs » après négociations. 

Inférieur à 2 % dans certaines villes, ce taux « montre que les acheteurs, une fois certains de leur financement, se lancent mais ne prennent pas le risque de négocier de façon abusive », remarque MeilleursAgents. Les tensions sur le marché immobilier profitent aux vendeurs, en position de force.

Pas de transactions sans agence

« Différents paramètres sont susceptibles de fausser les résultats, tels que l’emplacement et la taille, nous explique Thomas Lefebvre, directeur scientifique de l’entreprise. Les biens les plus petits sont ainsi plus liquides que les autres. Notre modèle statistique tient compte de ces biais. »

Le site s’est appuyé sur les données de 10 000 agences immobilières partenaires. L’absence de prise en compte des transactions réalisées directement entre particuliers introduit-elle un biais ? « Non, répond Thomas Lefebvre, car plus de 70 % des ventes se font par l’intermédiaire d’un agent immobilier. »