S'éclairer mieux et moins cher

S'éclairer mieux et moins cher

Fluocompactes, leds, halogènes basse consommation… Le nombre de références a de quoi laisser perplexe lorsqu’il s’agit de changer ses ampoules à incandescence. Voici quelques repères pour bien les choisir.

 

 

Trop énergivores, les lampes classiques, dites à incandescence, et la plupart des halogènes sont retirées progressivement de la vente depuis 2009. Elles disparaîtront définitivement des rayons le 31 décembre 2012. Certaines ne sont plus fabriquées et seuls les stocks peuvent être commercialisés. Cette mesure, généralisée à l’Union européenne, doit permettre une économie d’énergie d’environ 30 % d’ici à 2020, soit l’équivalent de la consommation énergétique annuelle de la Roumanie !

Actuellement, on trouve cinq types de lampes dans le commerce : les ampoules classiques et les halogènes de moins de 60 W ; les lampes fluocompactes (dites « basse consommation ») de classe énergétique A ; les tubes fluo (dits « néons »), à usage plutôt professionnel ; et, plus récentes, les diodes électroluminescentes (led) (Light emitting diode ou diode électro-luminescente). Ces lampes à meilleur rendement énergétique doivent faire diminuer les dépenses d’éclairage des ménages de 15 %, soit de 25 à 50 € par an. Chacune de ces catégories se décline désormais en un large choix de formes, de tailles et de culots. De quoi donner le tournis au consommateur, quand il s’agit d’en changer !

Ampoule : privilégier flux lumineux et couleur

Pour comparer les différents modèles aux technologies différentes, il faut cesser de raisonner en termes de consommation et de puissance, exprimées en watts, pour se concentrer sur le flux lumineux, exprimé en lumens (lm). L’efficacité lumineuse s’exprime pour sa part en lumens par watt. Plus ce chiffre est grand, plus la lampe émet de lumière pour une même consommation électrique.

Pour un watt consommé, par exemple, on aura 12 lumens avec une lampe à incandescence, 20 à 27 lumens avec une lampe halogène haute efficacité et 45 à 70 lumens avec une lampe basse consommation. De même, en fonction de l’usage recherché, on va s’attacher à la couleur de la lumière, exprimée en degrés kelvin (K). Plus elle est basse (< 4 000 K), plus la lumière émise tend vers les couleurs chaudes, donc reposantes. Plus elle est élevée (> 5 300 K), plus elle est dynamique et plus la lumière tire vers le bleu, ce qui convient plutôt aux bureaux, cuisines ou salles de bain. La lumière du jour, par exemple, correspond en moyenne à 5 600 K le midi.

Les lampes à incandescence, classiques ou halogènes, ont une température de couleur de 2 500 à 3 400 K. Longtemps décriées pour leur lumière blafarde, les fluocompactes ont progressé dans ce domaine. Suivant les marques, leur gamme s’étend désormais du blanc chaud (2 700-3 000 K), au blanc froid (5 500 K), en passant par le blanc intermédiaire (4 000 K). Beaucoup de leds de couleur blanche produisent, quant à elles, une lumière bleutée (autour de 6 000 K), mais certaines émettent un blanc plus chaud.
-  Info consommateurs. Mieux vaut éviter de mixer une lumière chaude et une lumière froide dans une même pièce, pour éviter les problèmes de rendu des couleurs.

Ampoule : un étiquetage précis

Sur l’emballage d’une ampoule sont indiqués sa classe énergétique

(de A pour les plus sobres à G pour les plus gourmandes), sa durée de vie

, sa puissance

(en watts) et son flux lumineux

(en lumens). S’y ajoutent, pour celles fabriquées depuis le 1er septembre 2010, les dimensions

; le nombre de cycles d’allumage 

; la température de couleur 

; le temps de chauffage 

; l’utilisation avec un variateur d’intensité et à l’extérieur 

; la quantité de mercure dans l’ampoule

. La capacité à restituer les couleurs (indice IRC) doit aussi être indiquée ; plus cet indice est fort (maxi 100), mieux les couleurs sont respectées, les indices inférieurs à 80 étant interdits à la vente pour les lampes fluocompactes.

Lampe fluocompacte : plus de 8 000 heures d’éclairage

Les lampes fluocompactes restent pour l’heure les plus économiques. « En remplaçant une lampe à incandescence de 60 W par une fluocompacte équivalente de 15 W, on économise 5 € sur un an, soit la différence de prix à l’achat, et beaucoup plus au-delà », note Bruno Lafitte, ingénieur éclairage et environnement électromagnétique à l’Ademe.

Ces lampes durent 8 000 heures en moyenne, contre 1 000 pour une lampe à incandescence, et économisent 75 à 80 % d’énergie. Certaines marques annoncent même des durées de vie de 20 000 heures ! Disponibles avec un culot à vis ou à baïonnette, elles s’adaptent à la plupart des luminaires, mais ne conviennent pas à des lampes situées en extérieur et seuls certains modèles sont compatibles avec un variateur d’intensité lumineuse.

Le temps de chauffage à l’allumage a quasiment disparu sur les dernières générations, l’indication « flux lumineux instantané » ne pouvant toutefois être utilisée que si l’on obtient 60 % du flux lumineux en moins d’une seconde. Quant aux nouvelles générations, elles supportent mieux les allumages fréquents, pouvant être allumées et éteintes de 20 000 à 500 000 fois, voire plus. Prix : de 5 à 8 € pièce pour le modèle de base.

Info environnement. Recyclables à 93 %, les fluocompactes contiennent 5 mg de mercure (la taille d’une pointe de stylo à bille) et doivent être déposées dans des bacs de collecte dédiés chez les distributeurs ou en déchetterie. Attention ! En cas de casse à la maison, il est conseillé d’aérer, de ramasser les morceaux avec un balai (surtout pas un aspirateur), de nettoyer avec un tissu mouillé, de mettre les débris dans un sac fermé et de le porter en déchetterie. 

Les lampes halogènes durent plus longtemps

Souvent critiquées pour leur consommation excessive, les lampes halogènes à incandescence ont fait de réels progrès. Les nouvelles générations, dites « économiques », consomment 30 % de moins que les lampes classiques à incandescence et durent de 2 000 à 3 000 heures, soit de 2 à 5 ans. Beaucoup moins chères que les fluocompactes, elles restent plus énergivores (classe énergétique C ou D). Disponibles en culot à broches, mais aussi à vis (230 V), elles s’adaptent aux luminaires à variateur d’intensité et peuvent être utilisées à l’extérieur. Prix : de 3 € à 4 € pièce.

Info environnement. Non recyclables, les halogènes se jettent à la poubelle ordinaire.

 Leds : l'électronique au service de la lumière 

Considérées comme l’avenir de l’éclairage, les leds à usage domestique sont constituées de plusieurs diodes électroluminescentes de forte puissance, qui émettent de la lumière à partir de composants électroniques. Elles consomment 90 % de moins que les lampes à incandescence et durent 15 à 30 fois plus longtemps (certains fabricants annoncent jusqu’à 35 ans de durée !).

Ces lampes s’allument instantanément, sans temps de chauffe, supportent les allumages répétés, s’adaptent aux variateurs d’intensité et à un usage extérieur. Elles existent sous différentes formes et culots, et se déclinent en versions colorées. Une solution d’avenir ? « L’offre actuelle sur l’éclairage domestique en led est disparate et leur efficacité énergétique reste inférieure à celle des lampes fluocompactes, estime Bruno Lafitte, à l’Ademe. Les leds que l’on trouve en grande surface offrent un flux lumineux limité et concentré.

Elles n’affichent pas encore d’étiquette énergie (classement A à G) permettant de guider le consommateur. » Autre point faible, selon l’ingénieur de l’Ademe, « les leds sont des sources de lumière ponctuelles qui nécessitent une bonne utilisation pour éviter l’éblouissement ».

La meilleure alternative led à la lampe à incandescence correspond actuellement à une puissance de 60 W (710 lumens), avec le modèle led Parathom® Classic A80 d’Osram. Cette lampe offre un flux lumineux de 806 lumens, soit une réduction de la dépense d’énergie de 80 %, et une lumière de type blanc chaud, de 2 700 Kelvin. Point noir : leur coût prohibitif (30 € en grande surface !). « L’Ademe investit beaucoup pour améliorer cet éclairage prometteur, notamment avec un projet visant à remplacer les spots halogènes », indique Bruno Lafitte. Mais le consommateur n’en profitera pas avant deux ans.

Info environnement. Comme les fluocompactes, les leds se recyclent et doivent donc être déposées dans les mêmes bacs (en magasin ou en déchetterie). Attention, quand elles sont sous forme de spots, à ne pas les confondre avec des spots halogènes qui, eux, ne se recyclent pas. La différence se trouve derrière le verre, où l’on distingue plusieurs diodes.

Quelle ampoule choisir ?

  Puissances comparables Economie d'énergie Durée de vie Efficacité énergétique Coût énergétique/an
Ampoules à incandescence classiques 40 W   1 an E, F ou G 4,40 €
Ampoules halogènes éco 28 W Jusqu'à 30 % 2 à 5 ans C ou D 3,10 €
Ampoules fluocompactes 7-8 W Jusqu'à 80 % 6 à 20 ans A < 1 €
Led 8 W Jusqu'à 90 % 15 à 25 ans A < 1 €

*Base : lampe à incandescence de 40 W.(Source : Osram)

Certaines lampes sont-elles dangereuses ?

Les risques liés aux champs électromagnétiques émis par les lampes fluocompactes ont défrayé la chronique. Des mesures de l’exposition humaine à ces champs électromagnétiques ont été effectuées sur 300 lampes, à partir d’un protocole élaboré par l’Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (devenue l’Agence nationale de sécurité sanitaire)) et validé par le Syndicat de l’éclairage, l’Association française de l’éclairage et le Criirem (Centre de recherche et d’information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques non ionisants).

Elles ont permis de conclure qu’en usage courant, à partir d’une distance de 30 cm, le champ électromagnétique émis est inférieur aux recommandations fixées par l’Union européenne. Concernant les leds, l’Agence nationale de sécurité sanitaire a émis en octobre dernier des réserves sur les risques d’éblouissement et la dominante bleue de la lumière émise par les leds blanches. Néfaste pour la rétine, elle est notamment déconseillée dans les lieux fréquentés par des enfants.

 

Pour en savoir plus

Guide interactif européen pour bien choisir ses lampes : www.ec.europa.eu/energy/lumen/index_fr.htm.
Association française de l’éclairage : www.afe-eclairage.com.fr.
Malampe.org, le site de l’éco-organisme Récyclum : www.malampe.org.