Passer par un chasseur d'appartements

Passer par un chasseur d'appartements

Si vous n’avez pas le temps de chercher votre nouveau logement, vous pouvez faire appel aux services d’un "chasseur d’appartements".

Désormais, de nombreux acquéreurs s’adressent à un chasseur d'apparetments qui prospecte à leur place, métier reconnu depuis longtemps dans les pays anglo-saxons.

Signez avec le chasseur d'appartement un mandat de recherche

Les chasseurs d’appartements sont des agents immobiliers qui se placent uniquement du côté de l’acheteur. Vous signez avec eux non pas un contrat de vente, mais un mandat de recherche. Il s’agit, en général, d’un mandat exclusif de trois mois, renouvelable une fois par tacite reconduction.

Le particulier s’engage à ne pas acheter par lui-même, pendant un an, un des logements présentés. Sur le mandat figurent les désirs du client, son budget maximal et les obligations de chacune des parties.

Demandez-lui sa carte professionnelle d’agent immobilier

De nombreux professionnels proposent désormais ce type de services. Certains critères permettent de vérifier si le chasseur d’appartements est compétent.

Il doit pouvoir présenter une carte professionnelle d’agent immobilier et il est préférable qu’il appartienne à l’une des deux fédérations de chasseurs d’appartements : la Fédération française des chasseurs immobiliers (FFCI) ou la Fédération nationale des chasseurs immobiliers (FNCI).

Le chasseur d'appartements doit vous consacrer du temps

Un "bon" chasseur d’appartements doit vous consacrer du temps : il vient vous voir à votre domicile afin de se faire une idée de l’endroit dans lequel vous vivez et de déterminer précisément les caractéristiques du bien à trouver.

La plupart des personnes qui font appel à un chasseur d’appartements ne sont pas à la recherche de la perle rare (loft, atelier, manoir…), mais peinent à trouver un appartement de trois pièces ou une petite maison.

Intérêt de cette formule : non seulement les futurs acheteurs réalisent une économie de temps et d’énergie, mais ils délèguent leur recherche à une personne disposant d’une excellente connaissance du marché immobilier, aguerrie aux négociations financières, et capable de délivrer de bons conseils.

Par ailleurs, lorsque le chasseur d’appartements visite un bien, il prend des photos et il rédige un compte-rendu qu’il met sur un site auquel le client peut accéder. Ce dernier peut ainsi décider ou non de visiter et évite des déplacements inutiles.

Attention aux frais de mission

Les chasseurs d’appartements se rétribuent lorsque la vente se réalise, en prenant une commission allant de 2 à 6 % du montant de la transaction. Si le logement que vous choisissez d’acheter est également en vente dans une agence, ses honoraires sont souvent diminués, car ils viennent s’ajouter à ceux de l’agent immobilier.

Bien que la loi Hoguet l’interdise, certaines sociétés facturent des frais de mission ou de dossier mensuels, autour de 300 €. Les sommes versées sont déduites de la commission si l’affaire est conclue. Cette pratique étant assez répandue, des négociations sont entamées avec les pouvoirs publics pour modifier la loi en ce sens.

Sachez cependant qu’une des deux fédérations existantes, la plus ancienne, la FFCI, demande à ses adhérents de respecter l’interdiction de prélèvement de frais autres que la commission.

Chasseur d'appartement, une profession bien encadrée

Les chasseurs d’appartements sont soumis à la loi Hoguet du 2 janvier 1970 qui prévoit que l’intermédiaire en transactions immobilières doit obligatoirement posséder une carte professionnelle, délivrée par la préfecture.

L’article 6 interdit à l’agent immobilier, sous peine d’un emprisonnement de deux ans et 30 000 € d’amende, de percevoir quelque somme d’argent que ce soit avant la conclusion de la transaction et l’établissement d’un acte écrit contenant l’engagement des parties, c’est-à-dire la signature de l’acte de vente chez le notaire.

Sur le web