Incendie domestique : les détecteurs de fumée sont-ils sûrs et performants ?

Incendie domestique : les détecteurs de fumée sont-ils sûrs et performants ?
La Répression des fraudes a contrôlé huit modèles de détecteurs de fumée. - © sturti

La Répression des fraudes a passé au crible huit détecteurs de fumée vendus sur le marché français. Elle note des progrès en matière de sécurité malgré le retrait d’un modèle qui s’est révélé non conforme et dangereux.

Depuis le 1er janvier 2016, la loi rend obligatoire la pose d’au moins un détecteur avertisseur automatique de fumée (DAAF) dans tous les logements. Ce petit boîtier émet un signal sonore puissant de 85 dB dès qu’il détecte des dégagements de fumée dans la pièce où il a été installé.

Pour s’assurer de la sécurité et de la fiabilité des appareils mis en vente, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a contrôlé 55 établissements (détaillants, magasins de déstockage et solderies, grandes surfaces spécialisées, grossistes, fabricants, importateurs, installateurs et vente à distance) en 2017. Elle vient de révéler les résultats de son enquête.

Un modèle de détecteur de fumée retiré du marché

En tout, 8 modèles de détecteurs ont été analysés en laboratoire. Les tests visaient à vérifier le niveau sonore de l’alarme, le temps de réaction et s’ils détectaient correctement les types de feux les plus courants à l’origine d’un incendie domestique (feu de bois de combustion lente, feu de coton à combustion lente, feu de matière plastique inflammable, feu de liquide inflammable). Un seul modèle sur les 8 s’est révélé non conforme et dangereux (mauvaise détection des fumées de bois et de coton entre autres). Il a été retiré de la vente, rappelé auprès des clients et détruit.

> A LIRE : Détecteur de fumée : comment le choisir, où le poser

Des manquements dans l’information donnée aux consommateurs

Par ailleurs, la moitié des contrôles portant sur la documentation fournie avec les détecteurs s’est révélée non satisfaisante. Les enquêteurs ont relevé plusieurs anomalies : l’absence de déclaration de performance pourtant obligatoire, une déclaration de performance en anglais uniquement, l’absence de rapports d’essais et l’absence ou l’incohérence des coordonnées du responsable.

Autre défaut relevé : un modèle de détecteur présentait une pile scellée et non remplaçable sans qu’aucune mention n’en soit faite sur l’emballage.

Globalement, la Répression des fraudes note des progrès par rapport aux précédentes enquêtes mais par mesure de sécurité, elle poursuivra son plan de surveillance en 2018. Selon le ministère de la Cohésion des territoires, les incendies domestiques causent environ 800 décès par en France.

A LIRE AUSSI :
- Incendies domestiques : comment les éviter ?

- Chauffage : gare à l'intoxication au monoxyde !
- Meubles et étagères : bien les fixer pour éviter les accidents domestiques

- Samu, pompiers, police : les numéros d'appel en cas d'urgence