Emprunter sur 25 ou 30 ans, c'est possible !

Emprunter sur 25 ou 30 ans, c'est possible !

Les emprunts très longs ont ceci de séduisant qu'ils permettent un crédit plus important pour une mensualité moins lourde.

Les établissements bancaire proposent désormais des crédits immobiliers étalés sur vingt-cinq ans et plus. Pourquoi choisir un prêt à (très) long terme ? Pour emprunter plus ou rembourser moins.

Emprunter plus

Sur trente ans, vous empruntez environ 30 % de plus que sur quinze ans. Par exemple, si vous pouvez rembourser 500 euros par mois (hors assurance), vous obtenez un crédit de 59 000 euros sur quinze ans.Sur trente ans, vous empruntez près de 22 000 euros de plus. De quoi vous offrir d'emblée une maison plus grande ! La formule intéresse aussi les jeunes qui n'ont pas encore beaucoup d'économies.

Rembourser moins

Mais les prêts à plus de vingt-cinq ans permettent aussi, pour un même montant emprunté, de supporter un remboursement mensuel moins lourd.Dans notre exemple, pour un crédit de 81 000 euros, vous déboursez chaque mois 175 euros de moins en remboursant sur trente ans plutôt que sur quinze ans.

Comment fonctionnent ces prêts ?

Comme n'importe quel crédit. Certains sont à taux fixe (le taux reste identique pour toute la durée du prêt), d'autres sont à taux révisable.

Dans ce dernier cas, le taux de votre crédit sera réajusté - chaque année par exemple - en fonction des taux d'intérêt sur les marchés financiers.

Certaines banques proposent aussi des formules intermédiaires : par exemple, le taux ne sera révisé qu'une fois tous les cinq ans ou il restera fixe les dix premières années et deviendra révisable ensuite, etc.

Attention :

en général, les taux d'intérêt fixes sur trente ans sont plus élevés que ceux sur quinze ans.

Sachez aussi que les prêts à l'accession sociale (PAS) ou conventionnés (PC), qui ont notamment l'avantage de donner accès à l'APL (allocation personnalisée au logement), peuvent durer trente ans, voire trente-cinq ans au maximum.

Que demandent les banques ?

Dans tous les cas d'emprunt, les banques préfèrent que vous financiez vous-même au moins 10 % de l'acquisition, le crédit ne portant que sur les 90 % restants.

Elles demandent aussi une garantie, qui, pour des prêts aussi longs, est presque toujours une hypothèque sur le logement acheté.

Enfin, de nombreux établissements prévoient que vous pourrez "moduler" vos remboursements : au cours du crédit, vous aurez le droit de majorer vos mensualités ou de les diminuer dans certaines limites. Ces opérations entraînent néanmoins parfois des frais ou impliquent d'accepter un taux d'intérêt un peu plus élevé au départ.

Un prêt sur trente ans revient-il vraiment plus cher ?

Oui, mais il peut permettre quelques économies substancielles.

Ainsi, vous paierez au total environ deux à trois fois plus d'intérêts qu'avec un prêt sur quinze ans.

C'est logique, car, sur tous les crédits, les intérêts sont calculés sur le capital que vous n'avez pas encore remboursé. Or, avec un prêt sur trente ans, vous remboursez forcément ce capital plus lentement que sur quinze ans.

Et comme, de surcroît, le taux du crédit est plus élevé, l'addition est plus lourde.

D'où l'idée, si vos revenus augmentent au fil des années, de moduler vos mensualités à la hausse, pour rembourser le prêt plus vite, et donc réduire le coût total.

D'un autre côté, pour être tout à fait équitable, il faut savoir que, si un prêt sur trente ans vous permet d'emprunter une somme plus importante et d'acheter votre logement cinq ans plus tôt que prévu, vous économisez cinq années de loyers.

Que se passe-t-il en cas de revente avant la fin du prêt ?

Le prêt sur trente ans peut être transféré sur le nouveau logement.

Vous continuerez donc de le rembourser comme avant. Les seuls frais supplémentaires sont les frais liés à la levée de l'hypothèque sur votre ancien logement et à celle que la banque prendra sur votre nouvelle maison.

Cette souplesse est très importante, car si le crédit ne peut pas être transféré sur le nouveau bien, vous devrez rembourser le capital restant dû d'un seul coup à la banque, qui, à cette occasion, peut vous réclamer des pénalités de remboursement anticipé. Ce qui est plutôt une mauvaise affaire !

D'autant que, comme le crédit est très long, vous n'avez remboursé, même après dix ou quinze ans, qu'une petite partie du capital. Ainsi, par exemple, pour un prêt sur trente ans d'un montant de 81 000 euros, vous devrez encore environ 59 000 euros de capital après les quinze premières années de remboursement.