Détecteur de fumée : êtes-vous équipé ?

Détecteur de fumée : êtes-vous équipé ?
Un Français sur 4 n’a pas encore de détecteur de fumée chez lui. - © AndreyPopov

Près de 26 % des Français n’auraient toujours pas installé de détecteur de fumée chez eux, dispositif pourtant obligatoire depuis janvier 2016. Si vous en faites partie, voici ce qu’il faut savoir pour vous équiper correctement.

Chaque année en France, près de 10 000 personnes sont victimes d'incendies domestiques et 800 en meurent. C’est pour cette raison que le 1er janvier 2016, la loi a rendu obligatoire la pose d’au moins un détecteur avertisseur automatique de fumée (DAAF) dans chaque logement. Mais deux ans après, une étude réalisée par ManoMano.fr, site de e-commerce européen de bricolage et de jardinage, révèle qu’un Français sur quatre n’en a pas installé.

Et cela devrait peu évoluer cette année puisque seuls 45 % d’entre eux prévoient de s’équiper cette année. Sur les 2 600 personnes interrogées, 59 % considèrent d’ailleurs les détecteurs de fumée inutiles. En 2017, ils étaient 80 %.

Pourtant, ces petits boîtiers émettent un signal sonore puissant de 85 dB dès qu’ils détectent des dégagements de fumée dans la pièce où ils ont été installés. L’objectif est de pouvoir avertir le plus rapidement possible les occupants dès le début d’un incendie. Comme le rappelle le ministère de l’Intérieur, 70 % des incendies mortels ont lieu la nuit.

Comment choisir son détecteur de fumée ?

Si vous comptez vous équiper, vous devez choisir un détecteur de fumée muni du marquage CE conforme à la norme européenne harmonisée NF EN 14604. Notez qu’il existe des détecteurs spécialement adaptés aux personnes sourdes fonctionnant grâce à un signal lumineux ou vibrant.

Qui doit l’installer ?

Selon la loi, « le détecteur de fumée doit être acheté et installé par le propriétaire du logement, que celui-ci occupe son logement ou le mette en location ». Le locataire doit le nettoyer et remplacer les piles, si nécessaire.

L’occupant du logement doit déclarer à son assureur avec lequel il a conclu un contrat garantissant les dommages d'incendie que le logement est équipé d'un détecteur. Cette notification est faite par la remise d'une attestation.

Où l’installer ?

La loi impose l’installation d’un détecteur de fumée par étage du logement.

De préférence, le détecteur doit être installé dans le palier ou le couloir desservant les chambres. En revanche, il est déconseillé d’en équiper la salle de bain, la buanderie et la cuisine où les fumées de cuisson ou la condensation liée à la vapeur d’eau peuvent déclencher l’alarme de manière intempestive.

Il doit être fixé le plus haut possible, dans l’idéal au plafond au centre de la pièce mais dans ce cas, il doit être au moins à 50 cm d’un ballast électronique, d’un transformateur à basse tension ou d’ampoules à économie d’énergie.

Attention, il est interdit de poser des détecteurs de fumée dans les parties communes des immeubles collectifs d'habitation pour des raisons de sécurité. « Ceci évite que les occupants sortent de chez eux pour aller dans les parties communes d'où proviendraient les fumées », explique le site du service public.

Comment l’entretenir ?

Il faut régulièrement éliminer les poussières sur le détecteur de fumée et vérifier à l’aide du bouton test son bon fonctionnement. La durée de vie de la pile est de 1 an si c’est une pile alcaline, 5 ans si c’est une pile lithium. Quand elle approche de la fin de charge, l’appareil émet des bips afin de vous avertir qu’il faut la remplacer.

Que risque-t-on si on n’installe pas de détecteur de fumée ?

A ce jour, aucune sanction n’est prévue par la réglementation. Si un incendie survient, la compagnie d’assurance devra indemniser le client au titre de la garantie incendie même si ce dernier n’avait pas installé de détecteur de fumée.