De l’air frais sans climatisation à la maison

De l’air frais sans climatisation à la maison

Lorsque la protection du logement contre le soleil n’a pas été pensée dès sa conception, il est difficile d’éviter qu’il se réchauffe. Ventilation, évaporation de l’eau, plantes, pergola…, des solutions permettent de se passer de climatisation.

Se rafraîchir l’été, c’est bien ; ne pas contribuer à réchauffer l’atmosphère, c’est encore mieux ! Or les climatiseurs sont de gros producteurs de gaz à effet de serre, car leurs fluides frigorigènes ont une capacité de réchauffement plus de 1 000 fois supérieure à celle du CO2 ! De plus, ces appareils consomment beaucoup d’énergie, ce qui se répercute sur la facture d’électricité.

Créer des courants d'air

Il y a heureusement des moyens alternatifs de rafraîchir son logement. Des gestes simples peuvent vous aider à rester au frais. Le tout est d’y penser ! Ainsi, ouvrir les fenêtres le soir, lorsque la température extérieure a baissé, permet de profiter de la nuit pour faire entrer la fraîcheur.

Vous obtiendrez un meilleur résultat en ouvrant les fenêtres de deux façades opposées. En les refermant, ainsi que les volets, dès que le soleil commence à chauffer, vous emprisonnerez l’air frais dans la maison. Si votre logement est équipé d’un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC), vous pouvez le laisser fonctionner la nuit.

La circulation de l’air procure une agréable sensation de fraîcheur. Ouvrez de préférence les fenêtres les plus en hauteur - puisque l’air chaud monte - et sur plusieurs côtés. Un ventilateur de plafond (de 40 à 200 €) créera un courant d’air agréable si l’air intérieur n’est pas trop chaud.

Certains modèles de ventilateurs sur pied sont même munis d’un système de brumisation débrayable qui pulvérise de l’eau à haute pression (à partir de 100 €) : un dispositif parfait pour un balcon, une terrasse, ou au jardin !

L'eau pour se rafraîchir

Faire évaporer de l’eau est un des moyens les plus anciens et efficaces pour produire du froid. Chaque fois qu’un gramme d’eau passe de l’état liquide à celui de vapeur, il prélève environ 600 calories dans l’environnement.

Les rafraîchisseurs d’air (à partir de 75 €), qui fonctionnent selon ce principe, ont une action efficace tout en consommant dix fois moins d’électricité qu’un climatiseur.

On peut aussi faire évaporer de l’eau de diverses manières : en mouillant périodiquement le carrelage, en arrosant la terrasse le soir, en plaçant une serviette mouillée devant une fenêtre entrouverte ou un ventilateur. Vous pouvez aussi faire sécher votre linge peu essoré.

S’il fait très chaud, limitez l’utilisation du four et des plaques de cuisson. Remplacez vos ampoules à incandescence et vos halogènes - qui dégagent plus de chaleur que de lumière - par des ampoules basse consommation et éteignez les appareils électriques restés en veille. Des équipements économes en énergie portant la mention "A" dégageront aussi moins de chaleur.

Volets, pare-soleil, films solaires...

La clé de toute protection contre la chaleur du soleil est d’empêcher les rayons d’entrer en contact avec les surfaces vitrées. Vous pouvez installer un certain nombre de dispositifs faisant barrage : avancées de toit, pergolas, claustras, balcons, volets battants, roulants ou à lames inclinables, persiennes, stores…

"Il vaut mieux empêcher la chaleur d’entrer que de devoir l’évacuer, explique Nicolas Brun, responsable de l’espace Info-énergie de Montpellier. En effet, une fois que les rayons ultraviolets ont passé les vitrages, ils se transforment en infrarouges, c’est-à-dire en chaleur."

À vous de choisir la solution la plus adaptée à votre logement et à vos moyens. Il existe des films solaires transparents qui se collent sur les vitres (par exemple, 75 € le film thermique 40 C 100 × 100 cm chez www.variance-store.com). Attention !

Les solutions fixes (avancées de toit, balcons…) doivent être prévues de façon à laisser entrer la lumière afin d’éviter d’avoir froid l’hiver. Une avancée de 90 cm suffit à protéger une vitre de 2,50 m de haut au zénith.

Mais s’il y a une terrasse devant la vitre, les rayons du soleil vont s’y réfléchir et vous devrez allonger votre avancée. Les pare-soleil les plus efficaces sont ceux qui sont installés à l’extérieur de la maison, comme les volets roulants, par exemple.

Le jardin : un atout supplémentaire contre la chaleur

Si vous disposez d’un jardin, c’est un allié supplémentaire contre la chaleur. Les arbres, à choisir à feuilles caduques pour laisser entrer la lumière l’hiver, maintiendront le bâtiment à l’abri du soleil.

Des arbustes plantés le long des murs aideront également à les protéger de la chaleur. Une pergola, une treille ou des plantes grimpantes au-dessus de la terrasse ou devant une baie vitrée adouciront les effets du soleil tout en laissant circuler l’air. À l’intérieur aussi, les plantes créent de la condensation qui absorbe la chaleur.

Penser au puits canadien et au toit végétalisé

Si vous envisagez de rénover votre maison, pensez au puits canadien (ou puits provençal) : l’air extérieur est aspiré, un tuyau le conduit à 2 m de profondeur où il se rafraîchit avant de ressortir dans la maison, propulsé par un ventilateur.

Selon le bureau d’études Fiabitat, le coût de cette installation s’échelonne de 5 000 à 7 000 €. Les parois rafraîchissantes permettent aussi de lutter contre la chaleur : dans un mur ou un plafond serpente un tuyau dans lequel circule de l’eau froide. Ce dispositif, qui doit être installé par un professionnel, est réversible : il vous rendra service hiver comme été.

Les toits végétalisés protègent de la chaleur, car elle met du temps à traverser la terre. La société Vertige pose ce type de toits pour 70 à 130 € le mètre carré et vend aussi des kits prêts à poser. "Cela ne dispense pas d’une bonne isolation, souligne Nicolas Brun, même si le toit est le deuxième point d’entrée de la chaleur dans la maison après les portes et fenêtres."

Se protéger du soleil grâce à l'orientation de la maison

Si vous pouvez prendre ce problème en compte dès la construction de la maison, sachez que l’orientation est primordiale : "Les grands vitrages doivent être au sud, recommande Nicolas Brun, car on peut facilement se protéger du soleil quand il est haut."

Une orientation est-ouest est la garantie d’avoir du soleil dans la maison du matin au soir. Installer la façade principale à l’ouest est à éviter absolument, car c’est l’après-midi que le soleil est le plus chaud et il est plus difficile de protéger une fenêtre de ses rayons lorsqu’il est oblique que lorsqu’il est à son zénith.

Un aspect important de la conception d’une maison est son inertie : "Plus elle est forte, plus le bâtiment met de temps à se réchauffer et à se refroidir, explique Nicolas Brun. On obtient un maximum d’inertie avec des murs épais et des matériaux lourds, comme le béton ou la pierre."

Par ailleurs, vous obtiendrez les meilleurs résultats en isolant correctement votre maison, notamment les combles et les murs. Ces derniers peuvent être isolés de l’extérieur. Cette pratique, encore peu courante en France, permet aux murs d’amortir la surchauffe.

Quatre conseils pour choisir un climatiseur

Voici quelques conseils d’achat destinés à ceux qui ne peuvent pas se passer de la climatisation.

Choisissez votre modèle plusieurs mois avant les grosses chaleurs, vous éviterez les achats impulsifs dictés par l’urgence.

Privilégiez le marquage Eurovent, garantie de qualité, et choisissez le coefficient de performance le plus élevé, au moins 3.

Ne transformez pas votre maison en glacière, pour ne pas subir un choc thermique en sortant. L’Ademe recommande de ne pas descendre en dessous de 26 °C et de garder une différence de température avec l’extérieur de 7 °C maximum.


N’oubliez pas de nettoyer ou de changer les filtres tous les six mois.