Copropriétés : où paie-t-on le plus de charges ?

Copropriétés : où paie-t-on le plus de charges ?
Les charges de copropriétés sont 42 % plus chères à Paris qu’en province. - © serts

Entretien de l’immeuble, services collectifs… Les charges de copropriétés peuvent peser lourd. Pour la première fois, un baromètre compare leur montant dans onze grandes villes. A Paris, elles sont 42 % plus élevées qu’en province.

Pour la première fois, une étude dresse un comparatif du montant moyen des charges de copropriétés dans onze grandes villes françaises. MeilleureCopro.com, site de conseil aux copropriétaires, a établi ce baromètre à partir de l’analyse de 180 000 annonces de biens en vente issues de différents portails immobiliers (Leboncoin, SeLoger, BienIci, etc.).

Sans surprise, les charges de copropriétés sont 42 % plus élevées à Paris qu’en province. Les copropriétaires parisiens paient en moyenne 1 992 € par an, tandis que les provinciaux déboursent en moyenne 1 400 €. Pour les copropriétés les plus chères, c’est-à-dire celles offrant le plus de services (espaces verts, gardien, ascenseur et chauffage collectif), la facture peut grimper jusqu’à 7 200 € dans la capitale, contre 3 500 € en province.

Dans le détail, après Paris, Nice se classe deuxième avec une moyenne de 1 800 € de charges sur l’année, suivie de Strasbourg (1 586 €), Lyon (1 552 €), Marseille (1 444 €), Rennes (1 320 €), Montpellier (1 265 €), Lille (1 186 €), Bordeaux (1 058 €) et enfin Nantes (1 048 €).

En rapportant le montant au mètre carré Carrez, la facture atteint 40 € par mètre carré par an à Paris, tandis qu’en province, elle va de 19 € à Bordeaux jusqu’à 32 € à Nice.

Chauffage, gardien et ascenseur sont les postes les plus onéreux

Ces écarts de prix entre les villes s’expliquent en partie par les taux d’équipements des copropriétés. Par exemple, 17 % des immeubles parisiens passés au crible sont équipés en chauffage collectif – poste pesant en moyenne 35 % dans le budget annuel – contre seulement 4 % à Bordeaux. A Paris, 22 % sont dotés de gardiens, contre moins de 10 % dans la plupart des autres villes. Et concernant la présence d’ascenseur, le taux d’équipement est de 39 % dans la capitale contre 27 % en province.