Travaux de rénovation : comment demander le label RGE ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© Jelena Danilovic

Réunir les conditions requises

D’abord, assurez-vous que vous êtes en règle avec vos obligations administratives et légales, notamment d’assurances. L’organisme qualificateur vous demandera aussi de fournir des informations sur vos employés, sur vos moyens matériels et techniques et sur vos deux derniers exercices comptables. Vous devrez présenter des références de chantiers de moins de 24 mois ou, à défaut, de moins de 48 mois. Chaque entreprise doit désigner au moins un responsable technique ayant suivi une formation spécifique FeeBat auprès d’un organisme agréé.

Choisir une qualification RGE et un organisme agréé

Depuis le 1er janvier 2021, pour lutter contre les défauts de qualité et les fraudes, le dispositif RGE a été renforcé. Une nouvelle nomenclature des catégories de travaux (avec six catégories « critiques ») et de nouvelles règles de contrôle des chantiers sont entrées en vigueur. Les principaux organismes de qualification auxquels demander un dossier sont : Qualibat, pour la plupart des travaux de rénovation énergétique sauf électriques ; Qualifelec, pour les travaux électriques notamment ; Qualit’EnR, pour les installations d’équipements d’énergie renouvelable ; Certibat, pour les travaux de rénovation énergétique globale ; et Cerquami, pour les travaux de performance énergétique. Ils vous aideront à constituer votre dossier. « Il est totalement inutile et coûteux de recourir à des sociétés extérieures pour remplir le dossier de candidature », précise Charles Bouvier, responsable communication et qualité chez Qualibat.

Suivre et valider une formation agréée

Les organismes de qualification ne délivrent pas de formation. Vous, ou le responsable technique désigné, devrez en suivre une, si nécessaire. Pour choisir une formation FeeBat en rénovation énergétique, consultez le site Feebat.org.

Demander la qualification RGE et satisfaire aux contrôles

Votre dossier de candidature sera soumis à une commission départementale ou nationale. La qualification a un coût, plus ou moins important selon le nombre de personnes à former dans l’entreprise, auquel s’ajoutent des frais lors du dépôt du dossier et de son renouvellement. Les audits de chantier sont également facturés. Renseignez-vous auprès de l’organisme qualificateur. Une fois obtenu, le label RGE est accordé pour 4 ans (2 ans pour une validité « probatoire ») avec un contrôle annuel ou deux contrôles pour les six domaines « critiques ». Un peu avant le terme de ce délai, l’organisme vous enverra un « dossier de révision », sésame pour le renouvellement du label RGE. « Pour un bon déroulement du processus et pour ne pas risquer de perdre sa qualification, l’artisan (ou son référent) doit anticiper et réunir en amont les informations qui lui seront demandées lors des suivis annuels et lors de la révision », conseille Charles Bouvier.

Les atouts du label RGE

En 2020, on comptait plus de 57 000 entreprises qualifiées RGE. Véritable sésame, le label RGE obtenu dans un domaine spécifique de rénovation énergétique permet à l’entreprise ou l’artisan de mettre en valeur ses compétences et d’élargir sa clientèle. C’est aussi l’assurance d’une meilleure visibilité grâce à un référencement officiel dans un annuaire professionnel, accessible aux particuliers sur Faire.gouv.fr.

 

A lire aussi