Pouvez-vous bénéficier de Ma Prime Rénov' pour faire des travaux dans une résidence secondaire ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© cyano66 - iStock

Hélas, non ! Même si, officiellement, le gouvernement a ouvert le dispositif d’aides à la rénovation énergétique dénommé « MaPrimeRénov’ » à tous les propriétaires, occupants ou bailleurs, ainsi qu’aux copropriétés. Cette prime reste réservée, comme l’ancien crédit d’impôt en faveur de la transition énergétique, aux propriétaires qui font réaliser des travaux dans leur résidence principale.

Consultez le guide pratique "J'achète un logement"
Consultez le guide pratique "J'achète un logement"
  • Une check-list pour ne rien oublier
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
  • J'y vais

    Le recours aux certificats d'économie d'énergie

    Il n’est pas possible d’en profiter – et ce, quel que soit le niveau de revenus – pour une résidence secondaire. Le seul dispositif d’aides auquel vous avez accès pour une résidence secondaire est celui des certificats d’économie d’énergie (CEE). Peu importe que vous soyez propriétaire, locataire ou simple occupant à titre gratuit. Ces aides distribuées par les fournisseurs d’énergie (Total, EDF, Avia…) et les entreprises de la grande distribution ayant des stations essence (Carrefour, Leclerc...) sont remises à tous les ménages sans conditions de ressources.

    C’est la nature des travaux réalisés qui est prise en compte pour l’octroi des subventions. Ils doivent permettre d’améliorer l’efficacité énergétique du logement, répondre à certains critères de performance minimale et être réalisés par un professionnel qualifié « RGE » (reconnu garant de l'environnement).

    Le montant des aides CEE dépend de la nature des travaux et des revenus du ménage. Par exemple, pour des travaux d’un devis moyen de 4 000 euros pour le remplacement d’une chaudière individuelle au fuel, au charbon ou au gaz, autre qu’à condensation, par une chaudière à gaz à très haute performance énergétique, l’aide est de 1 200 euros pour les ménages modestes ; de 600 euros pour les ménages plus aisés. Pour l’installation d’une pompe à chaleur air/eau (coût moyen : 12 000 euros), l’aide est de 4 000 euros pour les ménages modestes et de 2 500 euros pour les ménages plus aisés.

    Astuces

    A lire aussi