Les nouvelles aides pour rénover votre logement

Cette année, des dispositifs ont été modifiés, d’autres ont été créés. Le point sur ceux que vous pouvez actionner selon les travaux que vous envisagez et selon votre profil.
8mn de lecture
Vous pouvez bénéficier d’aides à la rénovation.
© demaerre

Vous changez de chaudière

Pour tous. Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) a été prolongé pour 2019 et aménagé. Il est égal à 30 % du prix d’une chaudière à très haute performance énergétique, retenu dans la limite de 3 350 euros depuis le 8 mars 2019. « L’avantage fiscal est accordé aussi pour une chaudière à micro-cogénération ou un chauffage aux énergies renouvelables : par exemple, chaudière à bois ou pompe à chaleur autre que air/air », indique Florence Clément, à l’Ademe. Mais pas question d’en profiter pour l’achat d’une chaudière au fioul.

Une nouvelle prime Coup de pouce aux certificats économie d’énergie (CEE), d’au moins 2 500 euros, est désormais accessible pour le remplacement d’une chaudière fioul, charbon ou gaz (autre qu’à condensation).

Pensez enfin à l’éco-PTZ. « Avant le 1er mars, il fallait réaliser un bouquet de travaux pour profiter de ce prêt (30 000 euros maximum) consenti par les banques, sans intérêts. Depuis, il peut financer une seule action d’amélioration de la performance énergétique, dont... l’achat d’une nouvelle chaudière, si celle-ci respecte les caractéristiques techniques exigées pour le CITE », précise Florent Clément. À compter du 1er juillet, l’éco-PTZ sera même accordé pour les logements de plus de deux ans (jusque-là, seuls ceux construits avant 1990 étaient concernés).

Pour les ménages modestes (1). Si votre nouveau chauffage fonctionne aux énergies renouvelables, le CITE n’est plus calculé seulement sur le prix de la chaudière, mais aussi sur le coût de l’installation. Et il est élargi à la dépose de votre ancienne cuve à fioul : le crédit d’impôt couvre alors 50 % de la dépense. De même, la prime Coup de pouce aux CEE est majorée (au moins 4 000 euros). « Ces aides sont cumulables avec le dispositif Habiter mieux agilité de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH), lancé début 2018, pour aider à financer certains travaux de rénovation », souligne Jérémy Antoine, conseiller à l’association Soliha Gironde. C’est pourquoi, en cumulant les aides, il est possible d’obtenir une chaudière à 1 euro, comme le met en avant un slogan en vogue.

Le gouvernement a créé un simulateur (Ecologique-solidaire.gouv.fr/primechaudieres), afin que vous puissiez faire le bilan de toutes les aides auxquelles vous avez droit.

Vous remplacez le chauffe-eau

Pour tous. À condition d’opter pour un chauffe-eau thermodynamique (et non un banal chauffe-eau électrique), vous avez droit au CITE à hauteur de 30 % de la dépense retenue, dans la limite de 3 000 euros, et à l’éco-PTZ (même si vous ne réalisez pas d’autres travaux).

« Ces chauffe-eau, fonctionnant avec de petites pompes à chaleur, doivent être placés dans des pièces non chauffées, comme le garage », précise Florence Clément. Le CITE est aussi accordé pour l’achat d’un chauffe-eau solaire, dans la limite de plafonds variables selon les modèles. L’éco-PTZ aide également à les financer. Autre option, coupler la production d’eau chaude avec un nouveau mode de chauffage (pompe à chaleur, etc.), afin de profiter des aides offertes pour ce dernier.

Pour les ménages modestes (1). Pour un chauffe-eau thermodynamique, le plafond de dépenses pris en compte pour le CITE est de 4 000 euros. Si vous préférez un chauffe-eau solaire, le crédit d’impôt porte non seulement sur l’appareil, mais aussi sur le coût de la pose par un professionnel. Le plafond de dépenses retenu selon le modèle est plus élevé que pour les autres ménages.

Vous refaites la toiture

Pour tous. Le CITE, égal à 30 % de la dépense (2), joue seulement pour l’isolation, et non pour le changement des tuiles ou des ardoises. Depuis l’an dernier, outre l’achat des matériaux d’isolation, il couvre aussi la pose. Cette année, « il est calculé au maximum sur une dépense de 150 euros par m2 si vous isolez par l’extérieur et de 100 euros par m2 si vous isolez par l’intérieur », précise Roselyne Conan, directrice générale de l’ANIL. La prime Coup de pouce aux CEE pour l’isolation (au moins 10 euros par m2) est versée en complément.

« Désormais, les travaux peuvent aussi être financés par l’éco-PTZ, même si ce sont les seuls entrepris dans le logement. Ce prêt finance même les travaux induits par l’isolation, comme l’enlèvement et la repose des tuiles (mais pas l’achat des tuiles neuves) », ajoute Florence Clément.

Pour les ménages modestes (1). Vous bénéficiez d’une prime Coup de pouce aux CEE majorée (minimum 20 euros par m2). En outre, les salariés devraient bientôt bénéficier d’une subvention d’Action Logement susceptible de couvrir le coût total des travaux d’isolation, dans la limite de 20 000 euros. Ce dispositif a été annoncé, mais sa mise en place tarde.

Vous isolez les planchers bas

Pour tous. Le CITE est, depuis l’an dernier, égal à 30 % de la dépense (matériaux et frais de pose). « Attention, l’avantage fiscal joue si ces planchers se situent sur un vide sanitaire, un garage, une cave, et non sur un terre-plein », précise Jérémy Antoine. Vous avez aussi droit à la nouvelle prime Coup de pouce aux CEE (minimum 20 €/m2). « Enfin, l’éco-PTZ pourra aussi, dès le 1er juillet 2019, financer l’isolation des planchers bas », note Roselyne Conan.

Pour les ménages modestes (1). La prime Coup de pouce aux CEE est majorée (minimum 30 euros/m2).

Vous changez les fenêtres

Pour tous. Cette année, il est de nouveau possible d’obtenir le CITE à condition de remplacer des fenêtres à simple vitrage par d’autres à double vitrage respectant des critères techniques précis et d’ajuster les menuiseries autour. Le crédit d’impôt ne représente toutefois que 15 % du prix de la fenêtre (sans la pose) pris en compte dans la limite de 670 euros maximum par fenêtre. L’opération est éligible à l’éco-PTZ, « cette fois, même si vos fenêtres sont déjà à double vitrage, mais à condition d’en profiter pour changer au moins la moitié des fenêtres et portes-fenêtres donnant sur l’extérieur », précise Roselyne Conan.

Vous installez un poêle à bois ou un insert

Pour tous. Ces travaux, éligibles au CITE (30 %), peuvent désormais être financés par l’éco-PTZ. Une prime Coup de pouce aux CEE de 500 euros minimum est également disponible pour remplacer un équipement de chauffage au charbon par un appareil à bois très performant.

Pour les ménages modestes (1). Cette prime Coup de pouce aux CEE est portée à 800 euros.

Vous ravalez la façade de votre maison

Pour tous. Si vous en profitez pour isoler les murs par l’extérieur, ces travaux vous donnent droit au CITE à hauteur de 30 % de la dépense (matériaux et pose) dans la limite de 150 euros par m2. Vous pouvez également financer cette isolation grâce à l’éco-PTZ.

Pour les ménages modestes (1). Les salariés devraient en outre bénéficier prochainement d’une subvention d’Action Logement, susceptible de couvrir le coût total des travaux d’isolation dans la limite de 20 000 euros.

Vous aménagez une salle de bains pour une personne âgée

Pour les ménages modestes (1). Action Logement a prévu de verser une subvention de 5 000 euros maximum, dans les prochains mois, pour adapter les salles de bains aux contraintes liées au vieillissement et au handicap.

Rechercher des aides locales

Les collectivités locales déploient elles aussi des aides financières pour inciter aux travaux d’économies d’énergie ou à l’utilisation d’énergies propres. Par exemple, dans les régions confrontées à une pollution de l’air aux particules importante, certaines proposent des subventions pour les poêles à bois performants. Sur Ademe.fr (cliquer dans l’onglet « Particuliers et éco-citoyens » sur « Financer votre projet » puis sur « Rénovation »), il est possible d’utiliser un simulateur d’aide (« Simul’Aid€s »), en fonction de votre profil, si vous habitez dans certaines régions (Grand Est, Normandie, Occitanie, Centre-Val de Loire et Corse).

(1) Les plafonds de ressources à respecter sont identiques à ceux retenus par l’ANAH. Plus d’infos sur Anah.fr, Anil.fr ou Ademe.fr.

(2) Outre les plafonds fixés selon les travaux réalisés, les dépenses qui donnent droit au CITE sont prises en compte dans la limite de 8 000 euros pour une personne seule, le double pour un couple, le tout majoré de 400 euros par enfant à charge. Ce plafond est apprécié sur une période de cinq années consécutives. 

Propriétaire, locataire : qui bénéficie des nouvelles aides ?
Aides Bénéficiaires
Crédit d’impôt pour la transition énergétique Les propriétaires occupants, les locataires ou les occupants à titre gratuit de leur résidence principale
Prime Coup de pouce aux certificats d’économie d’énergie Les propriétaires ou les locataires, qu’il s’agisse de leur résidence principale ou secondaire

Éco-PTZ

Les propriétaires occupants ou bailleurs si le logement est utilisé comme résidence principale
Action Logement-isolation Les salariés propriétaires occupants percevant des revenus modestes (ou les bailleurs du parc privé logeant des retraités à revenus modestes) si le logement est utilisé comme résidence principale
Action Logement-adaptation au vieillissement Les propriétaires âgés percevant des revenus modestes (ou les bailleurs du parc privé logeant des retraités à revenus modestes) si le logement est utilisé comme résidence principale
df
Pauline Clément
Publié le