Logement : c'est quoi, la RE2020 ?

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Franck Legros - iStock

Différentes catégories de bâtiments concernées

La RE2020 s’applique depuis le 1erjanvier aux maisons individuelles et aux logements collectifs neufs. À partir du 1er juillet, les bureaux ainsi que les bâtiments d’enseignement primaire et secondaire y seront soumis.

À compter du 1er janvier 2023, ce sera au tour des constructions de bâtiments d’une surface inférieure à 50 m², aux extensions de bâtiments d’une surface inférieure à 150 m2et aux constructions provisoires. Puis, ultérieurement, les bâtiments tertiaires spécifiques : hôtels, commerces, gymnases, etc. seront concernés.

Amélioration de la performance énergétique

La RE2020 entend diviser par trois la consommation énergétique des nouveaux bâtiments par rapport aux constructions existantes. Elle se base sur le concept des bâtiments à énergie positive (Bepos), qui doivent produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment grâce à des matériaux bio-sourcés favorisant l’accumulation et la diffusion de chaleur.

Les constructions doivent également faire l’impasse sur les énergies fossiles (fioul, gaz) et être capables de produire leur propre énergie renouvelable, notamment à l’aide de panneaux solaires.

Le secteur du bâtiment représente 44 % de la consommation d’énergie en France. (Source : Ademe, 2019)

Baisse de l’empreinte carbone

Cette réglementation exige de calculer l’empreinte carbone des bâtiments neufs sur toute leur durée de vie, avec des seuils à ne pas dépasser. Sont privilégiés les matériaux biosourcés qui stockent le carbone (bois) et les matériaux géo-sourcés (pierre de taille, terre crue).

La mixité est encouragée : le bois pourra être utilisé avec la brique et le béton si ces derniers sont décarbonés.

Adaptation du logement aux fortes chaleurs

Un indicateur de confort d’été, exprimé en degrés-heures (DH) et conçu sur la base d’un scénario météo similaire à la canicule de 2003, sera calculé lors de la conception du bâtiment. Les solutions de climatisation dites passives (protections solaires, brasseurs d’air, puits climatiques) seront favorisées.

A lire aussi