Les investissements immobiliers à Orléans

A un peu plus d’une heure de Paris, Orléans est un secteur propice aux investissements immobiliers. Les opportunités sont nombreuses dans un marché qui reste stable et où la demande locative est favorable aux amateurs d’ancien et aux investisseurs. Et pour cause, Orléans est une vraie ville étudiante qui vous permettra de louer votre logement sans grande difficulté. Découvrez les conseils de nos experts pour savoir dans quels quartier d’Orléans investir.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
L'investissement immobilier à Orléans
© Ralf Gosch

Le marché immobilier à Orléans

L’équilibre entre l’offre et la demande freine la hausse des prix et permet de nombreuses opportunités, selon Maxime Petel, directeur de l’agence Era Orléans Bannier. Dans les quartiers ouest (La Madeleine et au nord de Châteaudun et Bannier), dotés de toutes les commodités et à quinze minutes du centre de la ville par le tramway, les maisons restent abordables, 1 900 €/m2 avec des premiers prix à 204 000 €.

Les budgets plus serrés trouveront leur bonheur aux Murlins, plus excentré mais calme, avec des maisons des années 1930 ou 1950, de 80 à 120 m2. L’offre est également importante en Sud Loire, mais les prix y sont plus élevés.

Dans quels quartiers investir à Orléans

Pour les appartements, les investisseurs peuvent se tourner en toute sécurité vers les programmes neufs, car la demande locative est soutenue. Dans les quartiers centraux (Bretonnerie, Bourgogne, centre-ville nord et sud), comptez 80 000 € en moyenne pour un studio de 25 m2, 130 000 € pour un 2-pièces de 40 m2. Projet phare : la restructuration, en plein centre-ville sud, dans le quartier des Carmes, de l’ancien hôpital Porte-Madeleine qui accueillera 2 000 étudiants, ainsi que la construction et la réhabilitation de logements, d’ici à 2022. La concurrence du neuf rend le prix des appartements anciens plus attractif. Les amoureux des vieilles pierres profiteront du centre médiéval, très bien rénové, à partir de 1 800 €/m2.

df
Violette Queuniet
Publié le

Partager cet article :