Acheter un bien immobilier à Nantes

Dans cette ville de plus en plus attractive, l’offre immobilière est sous forte tension, mais des zones agréables à vivre subsistent à des prix abordables.
3mn de lecture
L’offre immobilière est sous tension à Nantes.
© photlook

Qualité de vie et dynamisme économique attirent, chaque année, 8 500 habitants supplémentaires dans la métropole de Nantes (qui compte 24 communes), dont 3 600 habitants à Nantes même. Les immeubles neufs poussent comme des champignons, notamment sur l’île de Nantes, emplacement des anciens chantiers navals. Le plan local de l’habitat de Nantes Métropole prévoit, pour la période 2019-2025, la construction de 6 000 logements par an, dont un tiers de logements sociaux. L’offre immobilière est malgré tout sous tension et les prix augmentent. Ces cinq dernières années, les quartiers les plus centraux de Nantes ont littéralement flambé, avec des poussées à 46 % !

Sandrine Gester, directrice de l’agence immobilière Lafaye (affiliée à la Fnaim) à Nantes, a donc sélectionné des secteurs plus abordables et par ailleurs agréables à vivre et très bien desservis. L’offre de transports en commun est exceptionnelle pour une métropole de cette taille et va encore s’accroître dans les années à venir avec deux lignes de tram supplémentaires pour accéder au futur CHU de l’île de Nantes. Pour les investisseurs, l’achat d’une petite surface dans n’importe quel quartier est un pari gagnant. Ce type de bien reste accessible à l’achat comme à la location, et la vacance n’est pas à craindre : la ville accueille tous les ans près de 40 000 étudiants.

Nantes Erdre

Le microquartier du Plessis-Tison est de plus en plus recherché. Ses maisons de ville s’y acquièrent à 10 % au-dessous de celles du huppé quartier Saint-Donatien, pourtant à deux pas. C’est qu’il faut franchir un boulevard qui marquait naguère la limite entre Nantes et ses faubourgs. Une barrière purement psychologique, car le secteur bénéficie des mêmes atouts : bonnes écoles, nombreux commerces et transports en commun.

À Tortière, 400 logements neufs vont sortir de terre, d’ici à deux ans, sur l’emplacement très convoité de l’ancien siège social d’une banque. Prix du m2 : 3 500 €. Au nord-est, le quartier du Champ-de-Manœuvre voit le jour sur un ancien terrain militaire. Près d’un tiers des 200 logements est prévu en accession abordable.

Doulon-Bottière

Au nord, le quartier s’est bien valorisé, au cours de ces dernières années, avec la construction de nombreux immeubles de standing le long du boulevard Jules-Verne jusqu’à Haluchère. Ce secteur bénéficie lui aussi de la proximité de bonnes écoles. Au sud, le secteur Bottière, le long de la ligne 1 du tram, a beaucoup évolué. Tout un quartier (Bottière-Chénaie) est sorti de terre il y a moins de dix ans, avec des commerces, un marché, une école, etc. Les appartements s’y échangent à des prix plus accessibles (2 500 €/m2). Un programme de logements en accession à la propriété dans le secteur voisin de Pin-Sec vient d’être lancé à des prix similaires.

Chantenay-Bellevue-Sainte-Anne

L’aménagement du Bas-Chantenay sur 200 hectares fait partie des projets d’urbanisme majeurs de la métropole. Réhabilitation d’usines, aménagement des berges de la Loire, installation d’un belvédère sur une ancienne carrière sous la forme d’un gigantesque Arbre aux hérons vont transformer ce quartier qui porte encore les traces de son passé industriel. C’est le moment d’acheter (2 500 €/m2 en moyenne) car les prix vont s’envoler. Sur la très prisée butte Sainte-Anne, en revanche, les maisons sont désormais rares et chères.

Rezé

Desservie par le tram, cette commune limitrophe de Nantes est une valeur sûre. Son axe nord-sud poursuit sa rénovation avec de nombreux programmes neufs. Pour un T3 dans la rue commerçante Charles-Rivière, comptez 3 300 €/m2 (1 000 € de moins qu’à Nantes dans un quartier similaire). L’arrivée, début 2019, du marché d’intérêt national au sud de la ville valorise toute la zone.

Les amateurs de maisons individuelles feront de bonnes affaires à l’est de la ville (La Blordière, quartiers limitrophes de Nantes Sud et de Vertou), dont la cote remonte. On y trouve des demeures anciennes, souvent vétustes et avec des travaux à prévoir, mais dotées d’un gros potentiel.

df
Violette Queuniet
Publié le