Acheter un bien immobilier à Bordeaux

Depuis 2016 dans le top 3 des villes où l’immobilier a le plus augmenté, les prix de la capitale girondine devraient enfin se stabiliser en 2019.
3mn de lecture
Le marché de l’immobilier ancien devient très compliqué pour les primo-accédants.
© Mattcardinal

La flambée de l’immobilier bordelais est-elle terminée ? « Nourrie par l’arrivée de la LGV en 2017 qui la met à deux heures de Paris, par un flux démographique soutenu, une qualité de vie réputée et un bassin d’emploi dans le secteur tertiaire qui souffre moins des soubresauts économiques qu’ailleurs, la capitale girondine est une ville chère », explique Fabrice Gauthier, notaire à Bordeaux. Avec 12 % d’augmentation en 2017 et près de 18 % en 2018, le marché de l’ancien devient très compliqué pour les primo-accédants, « contraints de réduire leur surface de moitié ou de sortir de Bordeaux », selon Fabienne Romain, directrice d’agence du Cabinet Bedin.

Aucun quartier n’échappe à l’inflation, comme celui de la Bastide, sur la rive droite : naguère délaissé, il profite aujourd’hui de sa proximité avec la gare, du réseau de tramway et de projets d’urbanisme. Presque toutes les communes de la métropole sont également touchées, notamment à l’ouest : « Certains quartiers de Mérignac, de Talence et de Pessac sont presque aussi chers qu’à Bordeaux », souligne Thomas Groizard de l’agence Square Habitat.

Hôtel de Ville-Quinconces

Ce quartier, où est enchâssé le fameux « triangle d’or », concentré d’hôtels particuliers et de boutiques de luxe, tutoie des sommets : le prix au m2 peut atteindre les 10 000 €, voire les 12 000 ! À côté de ce marché de prestige, les appartements et maisons de ville des quartiers du centre-ville (Saint-Seurin-Fondaudège, Chartrons) constituent encore une bonne affaire pour les investisseurs : « En dépit d’une rentabilité locative un peu faible, ces produits vont continuer à gagner de 2 à 3 % par an en valeur, ce qui en fait un excellent placement, explique Fabienne Romain. D’autant qu’avec l’encadrement des locations de type Airbnb et l’anticipation du coup d’arrêt de la flambée des prix, des biens sont actuellement remis sur le marché. »

Nansouty

Longtemps épargné par l’augmentation des prix, le quartier de Nansouty est aujourd’hui prisé des familles qui lorgnent ses échoppes (petites maisons en pierre de taille typiques de Bordeaux avec un jardin à l’arrière), ses maisons individuelles ou ses grands appartements, ainsi que la modération des prix : à partir de 3 400 €/m2 pour une maison et 3 800 €/m2 pour un appartement. « Il s’agit d’un quartier très agréable qui garde un esprit village », note Thomas Groizard. Proche de la gare Saint-Jean, il compte de nombreux commerces. Seule ombre au tableau, les offres y étant peu nombreuses, il faut parfois consentir à acquérir un bien avec travaux.

Bacalan

Adossé à la ceinture des boulevards, au nord de Bordeaux et au bord de la Garonne, le quartier populaire de Bacalan est en pleine mutation. Il profite tout à la fois de la réhabilitation des Bassins à flot, de la présence de la Cité du vin et de musées (Cap Sciences, nouveau musée de la Mer, base sous-marine), du pont Chaban-Delmas et du tramway. « Avec des échoppes et des maisons de ville à partir de 3 500 €/m2, c’est un secteur qui est encore abordable », note Thomas Groizard. On y trouve aussi des petits immeubles et, plus près du centre de la capitale du Bordelais de grands ensembles d’immeubles neufs dont la verticalité pourrait toutefois rebuter. On y verra également de nombreux commerces et des espaces verts.

Floirac

Disposant d’un accès rapide au centre de Bordeaux grâce aux transports en commun, la commune de Floirac, située sur la rive droite, devient de plus en plus attractive grâce à ses prix raisonnables.

« Il faut compter en moyenne 273 000 € pour une maison avec jardin et 3 110 €/m2 pour un appartement dans l’ancien, explique Fabrice Gauthier. Un budget abordable, même s’il a augmenté de 10 % en une année. » Avec sa nouvelle salle de spectacle l’Arkéa Arena, le futur pont Simone-Veil et l’installation de cliniques et de pôles de santé, Floirac pourrait poursuivre encore son embellie.

À lire aussi
df
Katia Vilarasau
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Sur le même thème