Location : les indispensables en matière d'assurance

4 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© North_Star - iStock

Pour le propriétaire

N'oubliez pas votre assurance propriétaire non occupant

Les propriétaires qui mettent en location un logement situé dans une copropriété sont obligés d’assurer leur responsabilité civile, c’est-à-dire les dégâts qui pourraient résulter d’un défaut d’entretien du logement ou d’un vice de construction. Et, même si ce n’est pas obligatoire, tous les propriétaires ont vivement intérêt à se protéger en souscrivant une assurance propriétaire non occupant (PNO). Outre leur responsabilité (si, par exemple, une tuile tombe et blesse un passant), ce contrat garantit, en cas d’absence de locataire ou si ce dernier n’était pas correctement assuré, les dommages liés à un dégât des eaux, par exemple, ou un incendie né dans le logement. Certains contrats incluent même la prise en charge des loyers que votre locataire n’acquittera plus si votre logement est inhabitable après un sinistre. Pratique si vous devez continuer à rembourser un prêt immobilier souscrit pour l’achat du bien.

Astuces

En cas de location saisonnière ou de logement de fonction, l’assurance multirisque habitation est facultative. Il reste néanmoins conseillé d’être couvert au minimum en responsabilité civile. C’est en général le cas grâce à la multirisque habitation souscrite par le locataire pour sa résidence principale.

L'assurance des loyers impayés

Les propriétaires (souvent par l’intermédiaire de l’agent immobilier qui assure la gestion locative de leur bien) peuvent souscrire une assurance contre les loyers impayés. Ainsi, si le locataire fait défaut, l’assureur versera tout ou partie du loyer pendant douze à vingt-quatre mois, en général. Le contrat d’assurance peut couvrir également les frais de procédure, les dégradations dans le logement ou la vacance entre deux locataires, dans certaines limites. La prime représente souvent entre 2,5 et 5 % du montant du loyer. Toutefois, les assureurs posent de nombreuses conditions. Le propriétaire doit prouver que son locataire respectait, à son entrée dans les lieux, des critères de solvabilité exigeants (comme de gagner trois fois le montant du loyer), et, au premier impayé, respecter à la lettre les formalités de relance prévues dans le contrat. De plus, plusieurs mois de franchise peuvent être prévus avant que l’assurance prenne réellement en charge les loyers impayés.

Pour le locataire

L'assurance habitation est obligatoire

Le locataire d’un logement, nu ou meublé, à titre de résidence principale, est tenu de s’assurer pour les risques locatifs, c’est-à-dire les dommages qu’il pourrait causer au logement. S’il était responsable d’un incendie, d’un dégât des eaux, d’une explosion, cette assurance indemniserait à sa place le propriétaire dont le bien a été détruit ou endommagé. Mais il n’est pas conseillé de se limiter à cette seule garantie, car le locataire est aussi responsable des dégâts éventuels envers les voisins ou les tiers. Elle peut être couverte par la garantie recours des voisins et des tiers. Enfin, si le locataire veut être indemnisé pour les dégâts causés à ses propres biens en cas de détérioration ou de vol, il doit avoir souscrit un contrat qui comprend cette garantie. Ces trois protections importantes sont regroupées au sein d’une assurance multirisque habitation. C’est donc cette assurance complète qu’il est conseillé de souscrire.

Fournir l'attestation au propriétaire

Les tarifs d’une assurance multirisque habitation dépendent de la surface de votre logement (exposition aux vols, inondations, etc.), de ses protections (alarmes, porte blindée...), de sa situation, mais aussi des garanties souscrites. Très en vogue, la garantie valeur à neuf, qui promet le remplacement au prix du neuf de l’équivalent de votre mobilier ou de vos équipements (informatique, électroménager et autres) peut renchérir la prime, par rapport à un dédommagement proportionnel à la vétusté. La prime peut aussi bondir lorsque le voisin du dessus est responsable de dégâts des eaux à répétition. Enfin, n’oubliez pas de renégocier votre assurance régulièrement. De nouveaux équipements peuvent changer la donne... et les primes des assurés fidèles sont souvent plus élevées que celles affichées pour les nouveaux clients.

Les avantages de la multirisque habitation

Les tarifs d’une assurance multirisque habitation dépendent de la surface de votre logement (exposition aux vols, inondations, etc.), de ses protections (alarmes, porte blindée...), de sa situation, mais aussi des garanties souscrites. Très en vogue, la garantie valeur à neuf, qui promet le remplacement au prix du neuf de l’équivalent de votre mobilier ou de vos équipements (informatique, électroménager et autres) peut renchérir la prime, par rapport à un dédommagement proportionnel à la vétusté. La prime peut aussi bondir lorsque le voisin du dessus est responsable de dégâts des eaux à répétition. Enfin, n’oubliez pas de renégocier votre assurance régulièrement. De nouveaux équipements peuvent changer la donne... et les primes des assurés fidèles sont souvent plus élevées que celles affichées pour les nouveaux clients.

A lire aussi