Location immobilière : la demande a diminué à Paris en raison de la crise sanitaire

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Agence immobilière, rue, plantes, trottoir
© anouchka

La demande de biens à louer dans la capitale a fortement reculé sous l’effet de la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19. Le nombre moyen de demandes pour une offre diffusée sur LocService.fr atteint 1,6, contre 3,2 au début de l’année 2019, fait savoir, dans un communiqué diffusé mardi 5 octobre, ce site de mise en relation entre propriétaires et candidats à la location.

LocService.fr s’est fondé sur l’analyse de 52 325 offres ou demandes de location enregistrées sur le site entre le 27 septembre 2020 et le 26 septembre 2021.

Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut du management des services immobiliers (Imsi), confirme le constat d’une moindre demande d’habitation dans une métropole comme Paris, pour louer ou pour posséder un bien.

« Dans les onze plus grandes villes françaises, la demande a diminué de l’ordre de 15 % » par rapport à avant la crise sanitaire, explique Henry Buzy-Cazaux à Dossier Familial.

« Chaque année, environ 12 000 à 15 000 ménages quittent Paris. La pandémie a accentué ce mouvement. Les ménages cherchent des localisations alternatives aux métropoles. Ils les trouvent en particulier dans des villes moyennes et dans des territoires ruraux », souligne le président de l’Imsi.

« Transfert des locations Airbnb vers le marché classique »

LocService.fr remarque une « baisse de la demande » locative à Paris, notamment due à une « recherche de surface plus importante en dehors de la capitale » ou au recul du nombre d’étudiants devant se rendre dans les locaux de leur établissement d’enseignement supérieur. Cette diminution de la demande est combinée à la progression de l’offre de biens disponibles à la location, due au « transfert des locations Airbnb vers le marché classique ».

Pénalisés par la chute du tourisme et du nombre de voyages d’affaires, de nombreux propriétaires ont cessé de proposer leur bien comme meublé touristique, préférant le louer à des personnes souhaitant y élire leur domicile.

« L’urgence du moment aura fait réfléchir les investisseurs », analyse Henry Buzy-Cazaux, « convaincu » du caractère durable de cette « mutation ». « Il y a eu une flambée, un engouement incroyable autour des locations touristiques : les investisseurs se sont emballés », souligne-t-il. Les locations classiques permettent aux propriétaires de trouver « un bon mix entre le rendement et la stabilité des locataires ».

Maintien des loyers à un niveau élevé

Selon Henry Buzy-Cazaux, depuis six mois, en raison du rééquilibrage de l’offre par rapport à la demande, les loyers marquent un léger repli. « Au moment de la remise en location, soit les propriétaires n’augmentent pas le loyer, soit ils le diminuent, explique le président de l’Imsi. Les prix sont en voie de modération. »

Le montant moyen exigé par les annonceurs sur LocService.fr à la recherche d’un locataire atteint 1 039 € pour 28 mètres carrés en moyenne, ce qui représente 36,8 € par mètre carré. Le site constate une augmentation de 1,3 % « en deux ans ».

Léger reflux des prix de vente à Paris

Les prix de vente des logements parisiens refluent. En septembre, le montant moyen du mètre carré dans l’immobilier ancien a baissé de 0,3 %, à 10 419 €, évalue la plateforme d’estimation immobilière MeilleursAgents, dans la dernière édition de son baromètre national, parue vendredi 1er octobre.

Le pouvoir d’attraction de Paris à l’égard des candidats à l’acquisition, s’est affaibli. « Plus les acheteurs s’éloignent de la ville centre, plus la hausse des prix est forte. En un an, Paris a ainsi perdu 1,2 %, tandis que la petite couronne en gagnait 2,7 % et la grande couronne 5,2 % », selon MeilleursAgents.

A lire aussi