Loyers impayés : Action logement étend son aide de 150 euros par mois pour les salariés et les chômeurs

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© AntonioGuillem

Bonne nouvelle pour les salariés et chômeurs peinant à payer leur loyer ou à rembourser leur emprunt immobilier. L’aide exceptionnelle de 150 € par mois, mise en place en juin dernier par Action Logement (ex-1 % Logement), est prolongée jusqu’à la fin de la crise sanitaire et le champ des bénéficiaires est élargi.

« Limitée à 2 mois, elle est désormais renouvelable pendant 6 mois, sous conditions, pour accompagner davantage de personnes en situation de difficultés financières », explique l’organisme géré par le patronat et les syndicats.

En vidéo : Jeunes actifs : toutes les aides pour s'installer

Qui peut bénéficier de l’aide d’Action logement ?

L’aide s’adresse aux :

  • locataires (hors Crous) ou propriétaires occupants de leur résidence principale ;
  • salariés du secteur privé ou agricole (quelle que soit son ancienneté et la nature de son contrat de travail) et ont des ressources inférieures ou égales à 1,5 Smic, soit 1 828,50 € net par mois ;
  • demandeurs d’emploi, ex-salariés d’une entreprise du secteur privé ou agricole

Pour y avoir droit, il faut remplir les conditions suivantes :

  • avoir subi une baisse de revenus d’au moins 15 % à la suite de la mise en place d’une  mesure de chômage partiel, travail à temps partiel ou d’une embauche ajournée ;
  • avoir perdu son emploi en raison de la crise sanitaire (suspension mission intérim, non renouvellement d’un CDD, arrêt d’un CDI, report d’un nouveau contrat) ;
  • avoir des ressources inférieures ou égales à 1,5 Smic, soit 1 828,50 € net par mois. Pour les demandeurs ayant subi une situation de chômage partiel ou d’arrêt de travail lié à la garde d’enfant, les ressources doivent être supérieures à une fois le Smic, soit 1 219 € net par mois, et inférieures ou égales à 1,5 Smic. En cas d’activité à temps partiel, le revenu horaire net doit se situer entre 8,03 € et 12,05 € ;
  • supporter des charges de logements représentant 33 % du revenu mensuel net.

Quel est le montant de l’aide ?

Les salariés en poste pourront bénéficier d’une aide forfaitaire de 150 € pour une durée de 2 mois, soit 300 € maximum. En cas de perte d’emploi, l’aide pourra être versée pendant 6 mois maximum. Les salariés qui ont perdu leur emploi (fin de CDD, rupture d’un CDI ou d’une mission d’intérim) et qui ont déjà reçu l’aide durant 2 mois auront droit à 4 mois complémentaires.

Comment en bénéficier ?

Pour bénéficier de l’aide, il faut tester son éligibilité et déposer ensuite un dossier de demande directement sur www.actionlogement.fr, accompagné des pièces justificatives suivantes : une pièce d’identité, un bulletin de salaire du mois avant le changement de situation professionnelle, un justificatif de revenu du mois de la baisse de ressources ainsi que les justificatifs des mois suivants (pouvant aller de 1 à 5 mois), un RIB et une quittance de loyer ou un relevé de compte bancaire mentionnant la mensualité du prêt, pour le mois de la baisse de revenus.

Une seule aide par ménage peut être accordée. Les dossiers de demande peuvent être déposés à partir de ce mercredi 16 décembre. L’aide sera directement versée sur le compte bancaire. Depuis son lancement, près de 80 000 personnes en ont déjà bénéficié.

A lire aussi