Chauffage : comment réaliser des économies

Grâce à des comportements sobres en énergie (réglez vos radiateurs à la bonne température, ne chauffez pas les pièces inoccupées, pensez à l'entretien annuel de la chaudière, à l'isolation…), il est possible de réaliser des économies. À l’aide d’accessoires intelligents (doubles vitrages, thermostats…), on peut améliorer son confort thermique à peu de frais.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
Réglez la température entre 18 et 20 °C dans la chambre de bébé.
© adobestock

Adopter les bons gestes toute l'année

Réglez la température idéale pièce par pièce : entre 19 et 20 °C dans les pièces occupées dans la journée, entre 16 et 17 °C dans les chambres, entre 18 et 20 °C dans la chambre de bébé. « On a coutume de dire qu’un degré de chauffage en moins équivaut à 7 % d’économie sur sa facture d’énergie, explique Anne Lefranc, ingénieure du service Bâtiment de l’Ademe. Même s’il s’agit d’une moyenne, ce n’est pas négligeable ! » Baissez le chauffage durant vos absences et lors des belles journées ensoleillées du printemps et de l’automne. Pensez à purger les radiateurs à eau chaude une fois par an, avant la mise en chauffe, pour chasser l’air des canalisations, et à dépoussiérer les radiateurs électriques. Réglez la température de l’eau sanitaire à 55 °C. Enfin, pour éviter la déperdition thermique, veillez à fermer les volets à la tombée de la nuit, mais également pendant les journées de grand froid et en l’absence de soleil, surtout si vos fenêtres ne sont équipées que de simples vitrages.

Isoler les ouvertures

Portes et fenêtres seraient responsables de 10 à 15 % de la déperdition énergétique. Équipez de joints isolants le bas de la porte d’entrée et le contour des fenêtres s’ils comportent des interstices, et installez des rideaux. Vous pouvez isoler les circuits d’eau de chauffage et d’eau chaude sanitaire dans les locaux non chauffés (garage, cave) et les faux plafonds avec des manchons d’isolation.

Installer des appareils de régulation et de programmation

Équiper ses radiateurs de robinets thermostatiques (de 50 à 100 euros l’unité) permet de mieux contrôler la chaleur émise par les appareils et de maintenir la bonne température dans chaque pièce. « Vous pouvez aussi utiliser un système de régulation qui va gérer l’ensemble de l’habitation, grâce à un thermostat d’ambiance installé dans la pièce principale, éventuellement couplé à une sonde extérieure pour s’adapter aux variations de la météo », précise Anne Lefranc. L’installation peut être complétée par un programmateur permettant de faire varier la température selon les besoins, en fonction des moments de la journée, de vos absences… Ou par un thermostat connecté (de 150 à 250 euros) qui allie les fonctions de régulation et de programmation à distance et qui se règle à partir d’une application sur smartphone, ordinateur ou assistant personnel. Certains de ces appareils sont multizones et permettent de piloter la température du chauffage dans chaque secteur de l’habitation (chambres, pièces à vivre, cuisine) en fonction des activités et des heures de présence.

30 % des Français ont restreint leur consommation de chauffage en 2018.
Source : Médiateur national de l’énergie 2019.

Entretenir sa chaudière

Obligatoire pour les chaudières à fioul, à gaz et les poêles à bois, notamment pour la vérification des conduits de fumée, l’entretien annuel est également recommandé pour les autres types de chauffage. Il permet d’optimiser les performances du système avec une moindre consommation de combustible, d’allonger sa durée de vie, de limiter les risques de panne et d’améliorer le confort de l’habitation. Pour votre chauffage central, pensez à faire réaliser un désembouage, afin d’éliminer les résidus de la combustion, et un équilibrage de l’irrigation des différents radiateurs. Le professionnel pourra procéder aux réglages de l’appareil et estimer les performances énergétiques et les émissions de polluants. 

AVEZ-VOUS DROIT AU CHÈQUE ÉNERGIE ?

Attribué en fonction des revenus et de la composition du foyer, le chèque énergie est envoyé automatiquement aux ménages sur la base des informations transmises aux services fiscaux. Pour y être éligible, le revenu fiscal de référence annuel du ménage doit être inférieur à 10 700 euros par unité de consommation (UC), sachant qu’une personne constitue 1 UC, que la deuxième personne constitue 0,5 UC, et chaque . personne supplémentaire 0,3 UC. D’un montant de 48 à 277 euros, il permet de régler les factures d’électricité, de gaz, l’achat de combustible et certains travaux de rénovation énergétique. Un conseil : vérifiez votre éligibilité au chèque énergie et son montant en utilisant le simulateur Chequeenergie.gouv.fr/beneficiaire/eligibilite.

L'AVIS D'EXPERT:

Cédric MUSSO, directeur national de l'action politique de l'UFC-Que Choisir

"Les achats groupés d’énergie font réaliser des économies"

Les consommateurs hésitent encore trop souvent  à changer de fournisseur d’énergie, notamment d’électricité, par méconnaissance du marché. C’est pour cette raison que l’UFC Que-Choisir mène depuis 2013 des campagnes d’achats groupés. La dernière, achevée en septembre, a permis de proposer des lots de gaz et d’électricité 16 % moins chers que les tarifs réglementés, pendant deux ans. Ce qui représente une économie moyenne potentielle de 483 euros sur les deux années par rapport au tarif réglementé pour un ménage chauffé à l’électricité, et de 288 euros pour un ménage chauffé au gaz, avec une consommation moyenne de 20000 kWh.

df
Katia Vilarasau
Publié le

Partager cet article :