Chauffage : améliorer la performance de son installation

Après un diagnostic thermique de son logement, la réalisation de certains travaux (isolation des combles…), couplée éventuellement à la rénovation de son système de chauffage (changement des radiateurs ou de la chaudière), permet de diminuer sa facture d’énergie de façon substantielle. 

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
6mn de lecture
Réaliser un diagnostic de performance énergétique est conseillé avant tout travaux d'isolation.
© adobestock

Faire un état des lieux de la consommation énergétique du logement

> Le plus connu des outils d’évaluation est le diagnostic de performance énergétique (DPE), qui coûte entre 100 et 150 euros. « Obligatoire lors de la mise en vente ou en location d’un logement, il n’a cependant qu’une valeur indicative », explique Audrey Zermati, directrice de la stratégie d’Effy, spécialisée dans l’efficacité énergétique. En effet, les résultats diffèrent parfois beaucoup d’un diagnostiqueur à un autre, selon qu’il a pris en compte tous les paramètres (composition des murs, épaisseur de l’isolant, vitrage, système de ventilation, système de chauffage, etc.). «Àpartirde2021,leDPE  (diagnostic de performance énergétique) sera fiabilisé.Ildeviendraainsiopposablelorsdes transactions immobilières et il engagera donc laresponsabilitédesdiagnostiqueurs»,  poursuit Audrey Zermati. En attendant, il est possible de réaliser un audit énergétique. Établi par un bureau d’études certifié, il donne lieu à des préconisations sur les travaux de rénovation énergétique à envisager. L’audit doit comporter deux scénarios de travaux, dont l’un vise une diminution d’au moins 30 % des dépenses énergétiques, et l’autre, les performances requises pour la réalisation d’une maison BBC (bâtiment basse consommation) en rénovation. Cependant, ces bilans sont onéreux, de l’ordre de 500 à 1 000 euros en moyenne.

> Il existe aussi des simulateurs sur les sites internet des fournisseurs d’énergie utilisant le mode de calcul 3CL (« calcul de la consommation conventionnelle des logements ») de l’Ademe. Le 3CL prend en compte les habitudes de vie des habitants, les caractéristiques thermiques du bâtiment et du système de chauffage.

Mieux isoler et ventiler son logement

> « Les travaux d’isolation constituent la toute première étape de la rénovation énergétique,insiste la directrice de la stratégie d’Effy. Si vous procédez au changement de chaudière avant l’isolation, celle-ci risque d’être surdimensionnée et trop performante pour les nouveaux besoins de chauffage.» Dans une maison individuelle, le toit est la principale source de perte chaleur, affichant jusqu’à 30 % de déperdition selon l’Ademe. L’isolation des combles, ou des rampants si les combles sont aménagés, est donc une priorité. Pour une isolation de combles perdus, il faut compter 20 euros hors taxes par m² environ, mais il est possible de recevoir des aides liées au dispositif des certificats d’énergie, et le bénéfice est immédiat. «Pour mamaisonde65 m2,madépenseenfioulpour lechauffagecentrals’élevaità2500 eurospar an,témoigne Marie, qui habite dans la Creuse. Jedevaiséconomisersurtout.J’avaisdéjàfait isoler la maison au niveau du sous-sol et du garage,sansrésultat.Aprèsmoninscriptionsur son site internet, la société Pacte Énergie Solidaritém’aenvoyéunconseillerquim’atrès bien expliqué ce qu’il pouvait faire, et il m’a présentélesaidesdontje pouvais bénéficier. Finalement, je n’ai déboursé qu’un euro! Les travaux ont été réalisés quelques jours plus tard, avec sérieux et très proprement. Depuis la pose de cette isolation en mousse sur le plafond des combles perdus, j’ai divisé ma facturedefioulpardeux.»

Changer de radiateurs électriques

> Si vos convecteurs sont anciens ou peu performants, il est possible de les remplacer par des panneaux rayonnants qui dégagent une chaleur uniforme dans toute la pièce, ou par des radiateurs à inertie thermique qui chauffent de façon homogène et constante. Compter de 1500 à 6000 euros pour cinq radiateurs. On peut aussi opter pour la clim réversible, comme l’a expérimenté Jean-Marie : « J’habite dans le moyen pays niçois, à 600 mètres d’altitude. Mamaison,orientéeausud-est,disposaitd’un chauffageavecseptconvecteurs.L’andernier, j’ai remplacé ces derniers par quatre clim réversibles Daikin pour environ 10000 euros, unedanschaquechambreetunepourlesalon.  Jem’enserssurtoutpourlafonctionchauffage et très peu en position froid. J’ai également changédefournisseurd’énergie.D’EDF,jesuis passé à eKwateur. J’ai réduit ma facture d’électricitédemoitié.De24349Kwh,elleest passéeà11529Kwh.Letempsderéactionest plusrapideetjeressensdoncplusdeconfort.»

Compléter avec un chauffage d'appoint

> Pour réduire la consommation d’énergie, il est possible d’adjoindre à son installation de chauffage un autre système. Un chauffage d’appoint à bois permet de chauffer la maison dans l’intersaison sans faire fonctionner la chaudière principale. Il faut alors posséder un conduit de cheminée ou avoir la possibilité d’en faire installer un, et disposer d’un espace suffisant pour stocker son combustible. Entre 1000 et 5000 euros, l’insert, si vous avez déjà une cheminée, ou le foyer fermé, si vous en prévoyez une, sont les solutions idéales pour en accroître les performances. Les poêles (de 1000 à 6000 euros) sont faciles à installer, ceux à granulés offrant une belle autonomie pouvant aller jusqu’à 70 heures.

> Le choix du combustible dépend de certains paramètres. Les bûches, bon marché, ne permettent pas une alimentation automatique de la chaudière. Les granulés, qui offrent un meilleur rendement énergétique et peuvent se stocker à l’intérieur, sont plus chers. «Silesystèmeprincipalfonctionneaufioulouà l’électricité,dontlerendementestfaible,ilpeut êtreintéressantd’intégrerunepompeàchaleur air-eau (PAC), conseille Audrey Zermati. Cette combinaison est tout à fait indiquée pour les logements ruraux et périurbains qui disposent d’unespacesuffisantpourinstallerle système.»Dans cette configuration, la PAC, qui récupère l’énergie contenue dans l’air (pompe aérothermique), dans le sol ou l’eau (pompe géothermique), assure le chauffage lorsque la température extérieure descend à un certain niveau, et la chaudière prend le relais lorsque le froid s’accentue. Comptez de 5000 à 15000 euros. Attention, l’unité extérieure d’une pompe à chaleur aérothermique pouvant être bruyante, elle ne doit pas être installée à proximité de vos fenêtres ou de celles de vos voisins.

Que vaut l'isolation à 1 euro ?

> Travaux bâclés, démarchages abusifs… les litiges sont légion autour de l’isolation à un euro. Ces offres à un euro sont pourtant bien réelles. Financées par les certificats d’économie d’énergie (CEE), un dispositif qui impose aux fournisseurs d’énergie et de carburants de soutenir financièrement les travaux d’économie d’énergie des particuliers, elles permettent de couvrir pratiquement la totalité du coût du chantier.

> Rapprochez-vous de votre agence départementale d’information sur le logement (ADIL, coordonnées sur Anil.org), avant de signer tout contrat.

PENSEZ AUX LABELS DE QUALITÉ

De nombreux labels garantissent la qualité et les performances des appareils de chauffage: 

• Le chauffage électrique possède une certification spécifique, NF Performance, avec quatre niveaux : d’une étoile pour les performances moyennes jusqu’à trois étoiles plus un œil pour les appareils disposant de fonctions avancées.

• Les appareils de régulation énergétique certifiés Eu.Bac sont très précis.

Les appareils de chauffage au bois porteurs du label Flamme verte doivent répondre à certains critères de rendement énergétique et environnementaux, 7 étoiles correspondant au plus haut niveau de performance.

• Pour les installations solaires, vous pouvez vous fier aux certifications CSTBat, Solar Keymark et NF Cesi.

 

df
Katia Vilarasau
Publié le

Partager cet article :