Chauffage : améliorer la performance de son installation

Après un diagnostic thermique de son logement, la réalisation de certains travaux (isolation des combles…), couplée éventuellement à la rénovation de son système de chauffage (changement des radiateurs ou de la chaudière), permet de diminuer sa facture d’énergie de façon substantielle. 

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
6mn de lecture
Réaliser un diagnostic de performance énergétique est conseillé avant tout travaux d'isolation.
© adobestock

> Le plus connu des outils d’évaluation est le diagnostic de performance énergétique (DPE), qui coûte entre 100 et 150 euros. « Obligatoire lors de la mise en vente ou en location d’un logement, il n’a cependant qu’une valeur indicative », explique Audrey Zermati, directrice de la stratégie d’Effy, spécialisée dans l’efficacité énergétique. En effet, les résultats diffèrent parfois beaucoup d’un diagnostiqueur à un autre, selon qu’il a pris en compte tous les paramètres (composition des murs, épaisseur de l’isolant, vitrage, système de ventilation, système de chauffage, etc.). « À partir de 2021, le DPE  (diagnostic de performance énergétique) sera fiabilisé. Il deviendra ainsi opposable lors des transactions immobilières et il engagera donc la responsabilité des diagnostiqueurs »,  poursuit Audrey Zermati. En attendant, il est possible de réaliser un audit énergétique. Établi par un bureau d’études certifié, il donne lieu à des préconisations sur les travaux de rénovation énergétique à envisager. L’audit doit comporter deux scénarios de travaux, dont l’un vise une diminution d’au moins 30 % des dépenses énergétiques, et l’autre, les performances requises pour la réalisation d’une maison BBC (bâtiment basse consommation) en rénovation. Cependant, ces bilans sont onéreux, de l’ordre de 500 à 1 000 euros en moyenne.

df
Katia Vilarasau
Publié le

Partager cet article :