Bruit, odeurs, végétation, animaux... Agir face aux troubles courants de voisinage

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
19mn de lecture
© Antonio Guillem - iStock

La loi est claire, aucun bruit ne doit par sa durée, sa répétition ou son intensité porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme (article R1334-31 du Code de la santé publique). Les méfaits de l’excès de bruit sont bien connus : irritabilité, anxiété, fatigue, diminution de la vigilance et même troubles cardiovasculaires et augmentation de la tension artérielle. Cependant, pour vivre ensemble, chacun est invité à accepter un minimum de désagréments. « On ne peut pas exiger le silence absolu ! », remarque Christophe Sanson, avocat spécialiste des nuisances sonores. Et n’oubliez pas que vous êtes, vous aussi, le voisin d’un autre.

A lire aussi