Ventes aux enchères immobilières : mode d'emploi

L’achat d’un logement aux enchères dans une salle d’audience provoque des montées d’adrénaline tout en offrant un certain nombre d’avantages. À vous d’oser en profiter !

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
10mn de lecture
Acheter son logement lors d'une enchère judiciaire immobilière
© Istock / MonthiraYodtiwong

La crise sanitaire inédite, et particulièrement les deux mois de confinement du printemps, ont mis le marché immobilier français à l’arrêt. Depuis, tout a redémarré et les ventes ont repris à un rythme et à des prix soutenus. Dès lors, il faut absolument sortir des sentiers battus pour espérer réaliser une bonne affaire. En ce sens, les enchères judiciaires, qui se déroulent à la barre du tribunal judiciaire, constituent une piste sérieuse pour acheter un bien en dessous du prix du marché, particulièrement si vous vous éloignez du centre-ville des grandes métropoles ou si vous convoitez un bien occupé. Aux enchères immobilières, vous trouverez de tout, de la villa d’exception à l’immeuble insalubre.

Les logements vendus proviennent de saisies (une banque ou le Trésor public, le plus souvent, poursuivent le créancier pour impayés), de sociétés en liquidation judiciaire ou encore de successions ou de divorces litigieux qui finissent en partage judiciaire. Parfois, ils sont abandonnés depuis plusieurs mois ou années, les procédures de vente forcée étant longues. Il faut alors parvenir à vous projeter, en imaginant le bien vidé (il peut être jonché de tout un bric-à-brac, voire d’immondices quand il a été squatté), nettoyé, réparé et rénové.

df
Rosine Maiolo
Publié le

Partager cet article :