Pourquoi faire appel à un chasseur de biens immobiliers ?

Faute de temps ou d’envie, un candidat acquéreur peut s’adresser à un chasseur immobilier. Ce professionnel prospecte pour votre compte et sélectionne les biens adaptés à votre demande.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Un chasseur immobilier
© Adobe Stock

1re bonne raison : Vous gagnez du temps

Le chasseur d'appartement ou de maison est un agent immobilier qui se place uniquement de votre côté, celui de l’acheteur. Il a pour vocation de trouver le bien que vous recherchez à votre place. Son intervention est utile si vous manquez de temps pour éplucher les annonces et visiter les biens correspondant à vos critères. Son intervention est aussi nécessaire si vous résidez loin de la ville où vous souhaitez devenir propriétaire.

Avant de se mettre en quête de votre bien, il devra vous consacrer du temps afin de connaître votre demande, de déterminer et d’affiner avec vous les caractéristiques de votre futur bien. Et si vous faites affaire avec lui, il élaborera un cahier des charges détaillé (budget, surface, localisation, typologie du bien…), afin de bien cadrer sa mission.

2e bonne raison : Vous profitez d’une recherche « sur mesure »

En pratique, vous lui confiez un mandat de recherche pour votre compte. Il s’agit, en général, d’un mandat exclusif de trois mois, renouvelable une fois par tacite reconduction. Face à l’ensemble des interlocuteurs de la chaîne immobilière (vendeur, diagnostiqueur, syndic, entreprises de travaux,…), il représente vos seuls intérêts et réalise une recherche « sur mesure ».

3e bonne raison : Vous bénéficiez d’une veille permanente du marché

Le chasseur immobilier se rend disponible pour prospecter en permanence pour votre compte et assurer une veille permanente des nouvelles offres arrivant sur le marché. Il scrute à la fois les annonces des agents immobiliers, des notaires (transactions, ventes aux enchères) et des particuliers. Il fait un premier tri des biens correspondants à votre demande, passe des coups de fil pour obtenir des renseignements complémentaires et bien sûr se déplace sans délai pour visiter les biens présélectionnés.

A chaque étape de sa recherche et pour chaque bien vu, il réalise un compte rendu détaillé (photos, avis, comparatif de marché) qu’il met sur un site auquel vous pouvez accéder. A vous ensuite de choisir avec tous ces éléments en main.

4e bonne raison : Vous vous associez les services d’un professionnel reconnu

Le chasseur d’appartements est un agent immobilier soumis à la loi Hoguet du 2 janvier 1970 qui prévoit que l’intermédiaire en transactions immobilières doit obligatoirement posséder une carte professionnelle d’agent immobilier, délivrée par la préfecture. Il s’agit précisément de la Carte T (T pour transaction) valable trois ans. Assurez-vous que votre interlocuteur est bien en possession d’une telle carte. De même, privilégiez un chasseur membre d’une des associations professionnelles suivantes :

-      Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) ;

-      Fédération française des chasseurs immobiliers (FFCI) ;

-      Fédération nationale des chasseurs immobiliers (FNCI).

5e bonne raison : Vous ne payez qu’en cas de succès

Comme tout agent immobilier, le chasseur d’appartement n’est payé que si la vente se réaliseSa commission représente de 2 à 6 % du montant de la transaction. Si le logement que vous choisissez d’acheter est également en vente dans une agence, ses honoraires seront partagés avec l’agent immobilier du vendeur.

 

Combien coûte un "chasseur d'appartement" ? La loi Hoguet interdit aux agents immobiliers la facturation de frais de mission ou de dossier. L’article 6 de ce texte prohibe aussi de percevoir quelques sommes d’argent que ce soit avant la conclusion de la transaction et de l’établissement d’un acte écrit contenant l’engagement des parties, c’est-à-dire la signature de l’acte de vente définitif chez le notaire. A défaut, ils risquent une peine maximum de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.

 

df
La Rédaction
Publié le

Partager cet article :