A quoi servent les contrats obsèques ?

A quoi servent les contrats obsèques ?

Les contrats obsèques permettent de préparer sa sortie de scène plus sereinement. Des dispositions qui n’ont jamais pour effet de précipiter son départ.

Qui n’a jamais rêvé d’assister à ses propres funérailles ? À défaut, on s’attachera à en régler les moindres détails en souscrivant un contrat de prévoyance obsèques. "Il ne s’agit pas seulement de soulager financièrement ses proches, explique Raphaël Berger, du Crédoc. Souscrire un tel contrat signifie souvent affirmer son indépendance face à la mort."

Deux types de contrats obsèques

Il existe deux types de conventions : les contrats de "prestations d’obsèques à l’avance", présentés par les sociétés de pompes funèbres, et ceux qui prévoient le versement d’un capital à une personne que l’on désigne pour s’occuper de l’organisation de ses funérailles le moment venu, proposés par les banques et les assurances.

Quelle que soit la dénomination adoptée par ces produits - assurances-obsèques, épargne obsèques, conventions décès -, ils adoptent le même type de fonctionnement : celui de l’assurance-vie.

La personne qui souscrit le contrat choisit un niveau de garantie, c’est-à-dire le montant qu’elle estime nécessaire au financement de ses obsèques. Elle alimente ce contrat soit au moyen d’un versement unique, soit par des cotisations régulières pendant une période déterminée pour atteindre ce capital. Une dernière formule consiste à verser une prime modique viagère (chaque année jusqu’à son décès).

Le mécanisme - classique en matière d’assurance-vie - consiste à délivrer le capital en compte au moment du décès de l’assuré, au bénéficiaire qu’il avait désigné. Soit le souscripteur choisit un proche afin qu’il organise les obsèques selon les consignes qu’il lui aura données, soit il désigne un opérateur funéraire.

On notera que, quel que soit l’interlocuteur auprès duquel ce contrat est souscrit - entreprise d’organisation funéraire ou guichet de banque -, le souscripteur reste libre de modifier à tout moment la personne ou la société à qui il confiera le soin d’organiser ses obsèques.

Régler les détails de ses obsèques

Les personnes qui souhaitent un déroulement très précis de leurs obsèques désigneront une société de pompes funèbres comme bénéficiaire de la convention. "Ces contrats permettent réellement de respecter la volonté du souscripteur puisqu’ils doivent détailler précisément le contenu des prestations souhaitées", explique Luc Puaud, directeur commercial de la prévoyance funéraire du groupe OGF.

L’entreprise de pompes funèbres établit un devis comportant les prestations choisies : modèle de cercueil ou d’urne funéraire, décorations florales, lieu d’inhumation, préparation et transport du corps… Ce contrat précise également si le souscripteur veut être inhumé ou choisit la crémation, ainsi que le type de cérémonie, religieuse ou civile. "L’organisation de la cérémonie religieuse revient toutefois à la famille", précise Luc Puaud.

Le contrat n’est pas figé lors de sa conclusion. Le souscripteur conserve la possibilité de modifier à tout moment le contenu des prestations.

Si le capital n’est pas suffisant au jour du décès

L’inconvénient réside dans le risque que les sommes ainsi épargnées ne couvrent pas la totalité des prestations choisies si, au jour du décès, la revalorisation financière du contrat n’a pas été suffisante pour compenser l’augmentation des prix, laquelle reste soutenue.

D’après une étude menée par François Michaud-Nérard, directeur des services funéraires de la Ville de Paris, ils ont progressé de 32 % entre 1998 et 2007, alors que l’inflation, sur la même période, se cantonnait à 13,8 %. Si le capital ne suffit pas à régler la totalité des prestations au jour du décès, il reviendra alors aux héritiers de payer la différence.

Aujourd’hui, selon la confédération des professionnels du funéraire et de la marbrerie (CFPM), le coût moyen des obsèques varie, selon les prestations choisies, de 3 800 € à 4 500 € dans les grandes agglomérations et de 2 500 € à 3 700 € dans les zones rurales.

Prévenir ses proches

On souscrit généralement ce type de convention à partir de la cinquantaine. Entre cet âge et le moment où le contrat se réalisera, beaucoup d’assurés l’oublient… et omettent de prévenir leurs proches des dispositions qu’ils ont prises.

Or, le jour du décès, il appartiendra à ceux-ci de contacter l’entreprise de pompes funèbres dont les coordonnées figurent sur le contrat. "Les héritiers disposent d’une plate-forme téléphonique qui fonctionne tous les jours 24 heures sur 24" précise Luc Puaud. Lors de la signature d’un contrat obsèques, l’assureur ou l’entreprise funéraire remet un dossier au souscripteur. L’idéal est d’en remettre une copie à la personne qui sera chargée d’exécuter ses dernières volontés.