Comment rédiger son testament ?

Il est possible de rédiger soi-même son testament, c'est alors un testament olographe. Pour que ce document soit valable, son testateur doit tenir compte de certaines règles strictes.
3mn de lecture
Le testament contient les dernières volonté de son rédacteur.
© Ceci est mon testament, écrit à la main, daté et signé.

Comment rédiger son testament soi-même, sans se rendre chez le notaire ? Le testament olographe (écrit à la main) est le moyen le plus utilisé par les Français pour transmettre leurs biens meubles ou immeubles après leur décès. Mais attention, pour être valable et dans tous les cas, il doit être entièrement écrit de la main du testateur, daté (jour, mois, année) et signé, le mieux étant de numéroter chaque page et de les parapher.

La date est essentielle

L'indication de la date est très importante : elle permet d'apprécier la capacité du testateur au jour où le testament a été rédigé et, en s'il a rédigé plusieurs testaments, de déterminer leur chronologie dont dépendra leur application.

"Ceci est mon testament"

Il faut être le plus clair possible et ne pas laisser de doute sur la nature du document, car, à défaut, le testament devra être interprété et la volonté du testateur pourra être trahie. Le plus simple : commencer son testament en écrivant noir sur blanc "ceci est mon testament". Ensuite, il faut éviter les formules telles que "Je souhaite ou j'aimerais léguer ma maison à X", qui pourront être interprétées, et préférer les expressions qui expriment clairement la volonté du testateur : "Je lègue ma maison à X".

Désigner précisément les légataires

Il faut indiquer avec précision les personnes légataires, les bénéficiaires, par leurs nom, prénom, adresse et le lien de parenté éventuel, pour qu'aucun doute ne soit permis quant à leur identité.

S'assurer de sa validité

Le principal inconvénient d'un testament olographe est le risque de commettre une erreur, tant sur la forme que sur le fond. Il est toujours possible de le faire relire par un notaire qui vérifiera qu'il respecte le droit et qu'il ne comporte aucune erreur susceptible de le rendre nul, comme, par exemple, déshériter ses enfants.

Que faire de votre testament ?

Pour éviter que votre testament ne disparaisse (qu'il soit égaré, voire détruit), le mieux est de le confier à un notaire. Celui-ci le fera enregistrer au fichier central des dispositions des dernières volontés (FCDDV). Le notaire chargé du règlement d'une succession a l'obligation de consulter ce fichier : il saura alors si un testament a été établi par le défunt et auprès de quel notaire il l'a déposé. Il est également possible de conserver son testament chez soi ou de le déposer dans un coffre en banque, mais le risque est qu'il ne soit pas découvert à temps. Quoi qu'il en soit, un testament olographe devra être remis entre les mains d'un notaire qui se chargera de l'ouvrir après le décès du testataire.

Testament : à ne surtout pas faire !

  1. Enregistrer ses dernières volontés : ces enregistrements (audio, vidéo, sur smartphone…) n'ont aucune valeur juridique.
  2. Écrire son testament à la machine à écrire ou sur un ordinateur : il ne sera pas valable, même si toutes les pages comportent la signature manuscrite du testateur.
  3. Écrire son testament à deux, avec son conjoint ou son concubin, ou le faire signer par ces derniers : il sera nul. Chaque personne doit faire son propre testament.
  4. Éviter les photocopies, elles n'ont aucune valeur juridique.

Que peut-on donner par testament ?

Le testament peut porter sur l'ensemble des biens, une partie d'entre eux seulement ou un ou plusieurs biens déterminés. Mais il n'est possible de léguer que des biens que l'on détient en propre : il n'est pas possible de léguer des biens communs. Si le testateur n'a ni enfants, ni ascendants, ni conjoint, il peut léguer tous ses biens. Dans l'hypothèse contraire, il ne peut disposer librement que de ce qui ne va pas obligatoirement à ses héritiers protégés, sinon leur protection serait illusoire. Cette part s'appelle la "quotité disponible". Il existe également une quotité disponible "spéciale entre époux" qui ne peut être utilisée qu'en faveur de son conjoint.

La difficulté réside dans le fait que le testateur ne connaît pas à l'avance le montant de la quotité disponible, puisqu'elle dépend à la fois du nombre d'héritiers et de la masse à partager. Si les legs excèdent la quotité disponible, ils devront alors être réduits.

Un testament rédigé chez un notaire qui le conserve dans ses archives est un acte authentique appelé testament authentique.

df
Nathalie Cheysson Kaplan
Mis à jour le