Présidentielle : pénurie d’assesseurs pour le second tour

Présidentielle : pénurie d’assesseurs pour le second tour
Peut-être serez-vous réquisitionné pour le second de la présidentielle si votre bureau de vote manque d'assesseurs. - © Régis Duvignau - Reuters

De nombreuses mairies s’inquiètent du manque d’assesseurs pour surveiller le déroulé du deuxième tour dans les bureaux de vote. Or, ils sont indispensables à la validation du scrutin. La solution : faire appel aux électeurs pour remplir ce rôle dimanche.

A Dinan, Nice, Valence ou encore Reims, les bureaux de vote n’ont pas le nombre d’assesseurs requis pour le bon déroulement du deuxième tour de l’élection présidentielle de ce dimanche. La faute à l’élimination au premier tour des deux grands partis traditionnels, le Parti socialiste et Les Républicains, qui pose un problème logistique. Car les militants des formations présentes au second tour, le Front National et En Marche !, ne sont pas assez nombreux pour remplir ce rôle.

Selon le code électoral, chaque bureau de vote doit être tenu par un président – le maire, l’un de ses adjoints, un conseiller municipal ou un électeur désigné par le maire – et au moins deux assesseurs, l’un pour vérifier les listes, l’autre pour faire émarger les votants. Non rémunérés, ils sont mobilisés dès 7h45, avant l’ouverture des bureaux de vote, jusqu’au dépouillement et recomptent les bulletins.

Comment sont désignés les assesseurs ?

« Chaque candidat [...] ou chaque liste en présence a le droit de désigner un assesseur et un seul, pris parmi les électeurs du département », prévoit l’article 44 du code électoral. Si leur nombre est insuffisant, les manquants sont choisis par le maire parmi les conseillers municipaux ou, le cas échéant, parmi les électeurs de la commune.

Ainsi, « le jour du scrutin, si, pour une cause quelconque, le nombre des assesseurs se trouve être inférieur à deux, les assesseurs manquants sont pris parmi les électeurs présents », à l’ouverture selon l’ordre de priorité suivant : « l’électeur le plus âgé, puis l’électeur le plus jeune ». Seule obligation : savoir lire et écrire.

La mobilisation des mairies face à la pénurie

Les partis avaient jusqu’à jeudi soir pour déclarer les assesseurs présents au second tour. Face à la pénurie annoncée, des mairies ont décidé de mobiliser des agents municipaux rémunérés. C’est notamment le cas de Lille ou Marseille. De son côté, Auxerre avait envisagé le problème depuis déjà longtemps et envoyé un courrier aux nouveaux inscrits pour leur proposer d’être assesseur. Résultat : aucun ne manque.

Mais pour d’autres municipalités, le compte n’y est pas. Plusieurs ont donc lancé ces derniers jours des appels à candidature. Valence s’est ainsi tournée vers ses électeurs dans l’espoir de trouver 50 bénévoles. Intéressé ? Contactez le service des élections au 04 75 79 29 14.

L’ultime recours, ce sera dimanche à l’ouverture des bureaux de vote. Si le vôtre est concerné, vous serez peut-être réquisitionné en vous rendant aux urnes et vous ne pourrez pas refuser ce rôle d’assesseur !