Protéger mon bébé contre l’eczéma

Protéger mon bébé contre l’eczéma

Véritable cauchemar pour toute la famille, la dermatite atopique, plus connue sous le nom d’eczéma du nourrisson, nécessite une prise en charge globale.

Cette maladie qui s’affiche sur le visage et sur le corps a, de ce fait, un fort impact psychologique. Pour preuve, le papa d’une fillette souffrant d’eczéma se souvient encore du jour où d’autres parents ont demandé que sa fille sorte du bassin de la piscine, de peur qu’elle contamine leurs enfants ! Le rejet vient quelquefois s’ajouter aux démangeaisons.

Plaques rouges, peau sèche...

L’eczéma du nourrisson se manifeste, dans 75 % des cas avant l’âge de 1 an, par des plaques rouges parfois suintantes, une peau très sèche et des démangeaisons importantes. "En raison d’un désordre immunitaire, ces enfants ont génétiquement une peau comme un buvard. Très perméable, elle absorbe tout, y compris les allergènes irritants", explique le Professeur Jean-François Stalder, chef du service de dermatologie au CHU de Nantes.

Heureusement, dans 80 % des cas cet eczéma disparaît spontanément avant l’âge de 2 ans et demi, mais en attendant, il faut faire face à un quotidien difficile. "Cette maladie a un impact important sur la vie de l’enfant, et par ricochet sur celle de ses parents. On ne peut pas se contenter de dire qu’il faut attendre, continue-t-il. Une prise en charge précoce permet d’augmenter les chances de guérison de l’enfant, lui donne une meilleure qualité de vie et améliore les rapports familiaux."

Hydratez la peau de votre bébé qui souffre d'eczéma

L’hydratation est la clé de voûte du traitement. Une ou deux fois par jour en fonction de l’intensité de l’affection l’un des parents de l’enfant lui applique une crème émolliente (particulièrement riche pour hydrater en profondeur), par des gestes doux, sur tout le corps. Y compris dans les cheveux des nourrissons qui ont souvent des croûtes de lait. Une noisette de crème suffit.

Inutile d’insister sous prétexte de mieux la faire pénétrer, car vous ne feriez qu’échauffer la peau et inciter votre enfant à se gratter. Le massage complet ne doit pas excéder deux ou trois minutes pour enduire le corps de la tête aux pieds. Le rôle des parents est de transformer ces séances de crémage régulières en moments privilégiés de calme, de tendresse et de partage. C’est très important pour l’équilibre psychologique de l’enfant.

N’ayez plus peur de la cortisone

En période de poussée, les émollients ne suffisent plus. Il faut calmer l’inflammation et empêcher que le feu de broussailles ne se transforme en feu de forêt. Car la poussée provoque du prurit qui stresse l’enfant, ce qui déclenche une nouvelle poussée avec grattage. En traitant localement l’inflammation, les dermocorticoïdes jouent le rôle des pompiers. "Il faut réagir sans tarder et continuer d’appliquer le traitement aussi longtemps que l’a conseillé le médecin (en général une semaine à dix jours), afin que la poussée ne réapparaisse pas.

C’est là que le bât blesse souvent, déplore le Professeur Stalder. Lorsque le traitement échoue, huit fois sur dix c’est par manque d’adhésion des parents. Car ces soins locaux sont contraignants et les traitements à base de cortisone font peur. À tort ! Résultat : l’enfant n’est pas assez crémé ou le traitement est interrompu trop tôt." Si les dermocorticoïdes ne suffisent vraiment pas, les médecins peuvent prescrire aux enfants de plus de 2 ans un immunomodulateur (Protopic ®) qui donne de très bons résultats, sur le visage notamment.

La prévention de l'eczéma chez le nourrisson

Quelques règles simples permettent d’éviter l’aggravation de l’eczéma, voire de prévenir les poussées. Pour laver votre enfant, privilégiez la douche rapide, car l’eau favorise le dessèchement de la peau. S’il aime les bains, ne le laissez pas plus de dix minutes dans une eau à une température de 35 °C, car la chaleur favorise les démangeaisons en dilatant les vaisseaux. Évitez aussi tout ce qui dessèche et irrite - produits désinfectants, savons et produits de bain moussants - au profit d’un savon doux conseillé par votre pharmacien.

Quelques conseils pour limiter les effets de l'eczéma

Pensez à couper régulièrement les ongles de votre enfant, afin de limiter les effets du grattage. Et s’il va à la piscine, il existe des "crèmes barrière" (Exomega d’Aderma ou Bariéderm d’Uriage) à appliquer avant la baignade. À sa sortie de l’eau, rincez-le à l’eau claire et séchez-le doucement, en tamponnant avec une serviette moelleuse, avant de lui appliquer une crème hydratante sur tout le corps.

Les vêtements qu’il porte directement contre la peau doivent être choisis en coton ou en microfibre uniquement. Pour leur lavage, divisez la dose de lessive par deux ou trois - votre linge sera tout aussi propre - et ne remplissez jamais complètement le tambour de la machine à laver - les textiles seront mieux brassés et rincés. Évitez d’étendre le linge dehors si votre enfant est allergique aux pollens, préférez le sèche-linge. Enfin, attention aux coups de soleil, beaucoup plus rapides et plus graves sur les peaux atopiques.

Certaines stations thermales proposent des ateliers éducatifs

Outre les soins d’eau - bains, douches, cure de boisson -, certaines

stations thermales proposent des ateliers éducatifs : "Hygiène

et hydratation" ou "Alternative au grattage" à Avène ; "À la santé

des petits" et "Pommadage" à La Roche-Posay. Petits et grands

y apprennent à mieux vivre avec cette maladie, à prendre soin

des peaux fragilisées en appliquant la crème correctement. Mais aussi

à combattre les idées fausses qui gâchent un peu plus la vie.