Protection des mineurs sur les réseaux sociaux

Protection des mineurs sur les réseaux sociaux

ACTU / 17 sites de réseaux sociaux s'engagent à mettre en place avant avril 2009 des mesures visant à protéger la vie privée des mineurs.

Pour mieux protéger les enfants et les adolescents contre les risques liés à la fréquentation des réseaux sociaux (Myspace, Facebook...), la Commission européenne a incité 17 sites à signer un accord présenté le 10 février 2009. Ils s'engagent à renforcer la confidentialité des informations personnelles (identité, coordonnées...) enregistrées par les mineurs.

Avant le mois d'avril 2009, 4 mesures devraient être mises en œuvre :

  • les utilisateurs pourront signaler un abus en un seul clic ;
  • les profils et les listes de contacts des utilisateurs mineurs seront paramétrés comme "privés" par défaut, donc inaccessibles au public ;
  • les profils privés des utilisateurs mineurs ne seront plus accessibles ;
  • les options de vie privée seront mieux visibles, afin que les jeunes utilisateurs sachent qui peut lire ce qu'ils mettent en ligne : leurs amis ou le monde entier.

Les 17 signataires sont : Facebook, Myspace, Dailymotion, Skyrock, Google/YouTube, Yahoo!Europe, Sulake/Habbo Hotel, Arto, Bebo, Giovani.it, Hyves, Microsoft Europe, Nasza-klaza.pl, Netlog, One.lt, StudiVZ et Zap.lu.

Une popularité à prendre en compte

L'utilisation des réseaux sociaux en ligne a augmenté de plus de 35 % en Europe en 2008 selon la Commission européenne. On compte aujourd'hui environ 42 millions d'utilisateurs réguliers, et ce chiffre pourrait doubler d'ici 2012.

Les sites de socialisation incitent les internautes naïfs à penser qu'ils communiquent avec un groupe d'amis proches, alors qu'en réalité des millions de personnes peuvent accéder aux informations les concernant. Ce réservoir d'informations privées renforce les risques de harcèlement.

Les réseaux sociaux constituent également une mine d'or pour les annonceurs publicitaires susceptibles d'utiliser des informations personnelles pour mieux cibler les internautes.

Des parents insouciants ?

Selon un sondage e-enfance / IPSOS, 68 % des parents déclarent ne pas systématiquement parler avec leurs enfants de ce qu’ils font ou voient sur Internet.

77 % estiment que leur enfant ne recevra pas de propositions de la part d’inconnus malintentionnés sur des chats ou des forums et 84 % qu’il ne fera pas l’objet d’intimidations ou de chantage...